Maxime Bernier privatiserait Postes Canada

«Le plus important serait vraiment de mettre fin... (La Presse Canadienne, Justin Tang)

Agrandir

«Le plus important serait vraiment de mettre fin au monopole. Ça donnerait aux Canadiens plus de choix, un meilleur service et possiblement des prix plus bas», estime Maxime Bernier.

La Presse Canadienne, Justin Tang

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Candidat à la direction du Parti conservateur du Canada, le député de Beauce Maxime Bernier privatiserait Postes Canada et ouvrirait la porte à la concurrence pour les lettres de moins de 500 g s'il dirigeait le pays.

M. Bernier, qui n'a jamais fait de cachettes de sa philosophie libertarienne, a émis cette opinion à l'approche d'un possible conflit de travail à la société d'État. «Le plus important serait vraiment de mettre fin au monopole. Ça donnerait aux Canadiens plus de choix, un meilleur service et possiblement des prix plus bas», a-t-il déclaré en entrevue téléphonique avec Le Soleil à partir de Calgary, où il se préparait à assister au Stampede.

Citant les cas de l'Autriche, des Pays-Bas, de l'Allemagne, de la Belgique, du Portugal et du Royaume-Uni qui ont opté pour la privatisation de leur service postal, M. Bernier a indiqué que les prix y avaient baissé. «Ou, à tout le moins, ils ont augmenté de façon moindre qu'au Canada, où le coût d'un timbre a grimpé de 44 % au cours des dix dernières années.»

Maxime Bernier est également convaincu que les compagnies privées, qui sont déjà présentes dans le domaine de la livraison de colis et de lettres de plus de 500 g, seraient plus productives que Postes Canada. «Ça aussi, les expériences menées dans d'autres pays l'ont démontré», insiste-t-il.

«Je ne crois pas ce que disent les gens de Postes Canada, à savoir que ce serait impossible d'offrir le service autrement. On agit comme s'il s'agissait d'un service essentiel alors que la livraison d'envois de moins de 500 g diminue de 6 % par année. Même les envois de cartes d'anniversaire sont à la baisse. Le pic d'envois à Postes Canada est à l'approche de Noël, mais, à part de ça, les gens l'utilisent moins», poursuit le député de Beauce.

Inconfort

Malgré tout, Maxime Bernier concède qu'une grève ou un lock-out pourrait créer un inconfort pour certaines entreprises.«Un inconfort qui est cependant moindre que par le passé en raison de tout ce qui peut maintenant se faire par Internet. Moi par exemple, j'utilise la poste pour envoyer des documents de mon bureau de député vers Ottawa, pour les passeports par exemple. Si je dois trouver un autre transporteur, ça va me coûter plus cher», indique-t-il.

M. Bernier estime que les monopoles ont moins d'incitation à réduire leurs coûts et à améliorer leurs services. «Les services postaux devraient fonctionner dans un contexte de concurrence comme n'importe quel autre secteur de l'économie. L'ouverture à la concurrence et la privatisation sont la clé pour faire diminuer les coûts et faire en sorte que les Canadiens ne soient plus privés de services pendant un conflit de travail de la société d'État», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer