Mine Arnaud: des économies «substantielles» grâce à l'intervention de Québec

Québec a notamment mis la main sur les... (Photo fournie par Cliffs Natural Resources)

Agrandir

Québec a notamment mis la main sur les équipements portuaires, des bâtiments d'entreposage et de vastes terrains du géant Cliffs.

Photo fournie par Cliffs Natural Resources

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>

(Sept-Îles) Mine Arnaud pourrait bien voir fondre la facture de son projet d'aménager une mine d'apatite à ciel ouvert à Sept-Îles grâce à l'achat par Québec des installations minières de Cliffs Natural Resources dans le secteur névralgique de la Pointe-Noire.

La société Mine Arnaud, dont Investissement Québec est le principal actionnaire, lance une étude pour identifier ce qu'elle pourra tirer des nouveaux actifs de l'État pour amoindrir les coûts de son projet de 850 millions $. Le financement tarde d'ailleurs à être ficelé depuis que son seul partenaire, Yara International, a choisi de ne plus investir. 

«Le plus qu'on pourra sauver, le mieux ça va être», affirme la porte-parole Kateri C. Jourdain. Ne voulant pas chiffrer les économies possibles pour l'heure, la minière estime qu'il devrait s'agir d'un montant «substantiel» de «plusieurs dizaines de millions». L'étude menée par Axor Experts-Conseils sera complétée à la fin septembre. 

«Le but sera de définir clairement combien on pourra sauver en utilisant les installations (appartenant maintenant au gouvernement)», poursuit Mme Jourdain. Les actifs stratégiques que l'État a payés

66,75 millions $ en mars, dans le cadre de la liquidation légale du géant Cliffs, sont les seuls à donner accès à la Pointe-Noire. 

Équipements stratégiques

À l'époque, Mine Arnaud aurait eu à s'entendre avec le joueur privé pour notamment utiliser le chemin de fer Arnaud, nécessaire pour transporter le concentré d'apatite du site minier situé à l'entrée ouest de Sept-Îles vers le port. Québec a aussi mis la main sur les équipements portuaires, des bâtiments d'entreposage et de vastes terrains du géant Cliffs.  

Mine Arnaud pourrait ainsi notamment rayer de son projet initial la construction d'un quai et de silos pour expédier et entreposer sa production. «On devait construire presque l'entièreté nos installations [sur la Pointe-Noire]», explique Mme Jourdain. «C'est clair que [l'achat de Québec] a un impact positif sur le développement du projet». 

Construction en 2017? 

Mine Arnaud a encore dans ses cartons le début de la construction du complexe minier à l'été 2017. Les travaux d'ingénierie, reportés après la décision de Yara, pourraient être lancés cet automne si les astres s'alignent. La phase d'ingénierie pourrait d'ailleurs être allégée à la lumière des résultats de l'étude sur les infrastructures de Pointe-Noire. 

Mine Arnaud doit néanmoins ficeler son financement, mais confirme être en discussions sérieuses avec des groupes intéressés. La société poursuit aussi ses démarches pour s'entendre avec des acheteurs de sa production, qui doit atteindre

1,3 million de tonnes de concentré d'apatite par an. Yara devrait en acheter entre 40 et 50 %.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer