Les patrons invités à investir dans les arts de la scène

«Si 20 % des entreprises à Québec achetaient pour 2000 $ de billets et... (Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Si 20 % des entreprises à Québec achetaient pour 2000 $ de billets et donnaient ça à leurs employés, on va avoir un problème parce que toutes les salles vont être pleines!» Cette affirmation de Gaston Déry résume à elle seule les ambitions du nouveau programme Aux premières loges lancé mardi.

Le président du comité Affaires et culture de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec a été chaudement applaudi par des représentants d'entreprises et du milieu culturel réunis avec le maire à l'hôtel de ville de Québec pour le dévoilement de cette initiative pour les arts de la scène.

Le concept est de permettre à une entreprise d'acheter plus facilement et avec un certain rabais des billets pour de la chanson, de la danse, de l'opéra, du théâtre. Les spectacles sont choisis dans la section Aux premières loges sur le site de la Ville de Québec (ville.quebec.qc.ca/auxpremieresloges) et la Ville s'occupe du reste. 

«Les entreprises pourront faire leur choix en une seule étape. La Ville va s'occuper de réserver leurs billets et de transmettre les factures aux organismes culturels», a dit la vice-présidente du comité exécutif responsable de la culture, Julie Lemieux.

Inspiration

L'idée a été fortement inspirée par Grant Hamilton, président d'Anglocom qui offre des billets de spectacles à ses employés depuis plusieurs années. Il a commencé graduellement en les amenant à l'Orchestre symphonique, dans divers théâtres, puis des saisons d'opéra, ou de danse contemporaine. «Comme entrepreneur, c'est une dépense minime, mais des retombées bien au-delà de ça. C'est un outil de recrutement et de fidélisation», a dit M. Hamilton qui investit environ 8000 $ par an en billets depuis une dizaine d'années.

La rétention et cet ajout à la qualité de vie des employés ont aussi été soulignés par le maire de Québec, Régis Labeaume. «Les arts et spectacles sont un facteur d'attractivité et de rétention des employés au sein des entreprises privées», a-t-il dit. Mardi, le maire de Québec a même annoncé en conférence de presse qu'il allait écrire lui-même aux entreprises pour les inciter à adhérer au nouveau programme.

La démarche inspire aussi Marc Boutet, président-directeur général de De Marque. «Je suis là comme une entreprise qui a emboîté le pas. On est fiers d'être les premiers», a-t-il dit en espérant «remplir les salles» au bénéfice des artistes et des entreprises culturelles de Québec.

Pour l'instant, une bonne partie des grands diffuseurs d'arts de la scène sont présents dans le portail où on trouve Les Violons du Roy, le Centre d'art La Chapelle, le choeur Les Rhapsodes, le Club musical de Québec, La Rotonde, l'Opéra de Québec, l'Orchestre symphonique de Québec, le Palais Montcalm, le théâtre jeunesse Les Gros Becs, Le Trident, La Bordée, le Périscope et Premier Acte.

Mais les spectacles présentés au Centre Vidéotron n'en feront pas partie.

«Souvent, les contrats avec les artistes limitent énormément la marge de manoeuvre des diffuseurs», a expliqué Marc Gourdeau, président du Conseil de la culture.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer