Davie et la STQ tenteront d'enterrer la hache de guerre

Le chantier Davie... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le chantier Davie

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Comme il l'avait proposé au gouvernement fédéral pour la construction et la location d'un navire ravitailleur destiné à la Marine royale canadienne, Chantier Davie Canada se porte volontaire pour financer la construction des deux traversiers assurant la navette entre Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine. Ces bateaux-passeurs seraient ensuite loués ou vendus à la Société des traversiers du Québec (STQ).

Dans un effort pour rapprocher les parties, le gouvernement du Québec a convoqué la STQ et Chantier Davie Canada à une rencontre, mardi, avec des représentants du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports et de celui de l'Économie, de la Science et de l'Innovation.

L'information a été confirmée au Soleil par l'attachée de presse du ministre Jacques Daoust, Mélissa Turgeon.

Il appert que le chantier naval de Lévis profitera de l'occasion pour proposer une sortie de crise à cet imbroglio contractuel qui a provoqué, la semaine dernière, la mise à pied temporaire d'un peu plus de 120 travailleurs de Chantier Davie Canada.

L'entreprise soutient qu'elle n'a plus les moyens de financer la construction des deux traversiers et réclame que la STQ accepte le règlement des réclamations en suspens.

Le processus de médiation qui devait permettre aux deux partenaires d'affaires en conflit de trouver un terrain d'entente ne s'est jamais mis en branle.

Davie menace même d'aller cogner à la porte de la Cour supérieure pour forcer la main de la STQ.

Chèque de 20 M$ déposé en avril

En avril dernier, le ministre Daoust déposait un chèque de 20 millions $ dans le compte bancaire de Davie en guise d'avance afin que le chantier rappelle au boulot la première vague de travailleurs qui avaient été renvoyés à la maison à la fin du mois de mars.

À cette époque, Le Soleil révélait que c'était un montant d'environ 40 millions $ que le chantier maritime devait supporter depuis le début des travaux de construction des deux bateaux.

Selon ce qu'il a été possible d'apprendre, Davie proposera au gouvernement et à la STQ un scénario comparable à celui du projet Resolve.

Rappelons que le chantier a reçu 700 millions $ d'Ottawa pour transformer un porte-conteneur en un navire ravitailleur qui sera ensuite loué à la Marine royale canadienne pour une durée initiale de cinq ans. 

En gros, c'est Davie qui prendrait les risques liés à la construction des traversiers et au respect des échéanciers et qui, par la suite, louerait ou vendrait les bateaux-passeurs à la STQ.

De l'avis de Davie, il est irréaliste de penser construire deux traversiers pour la somme de 120 millions $, comme le prévoit le contrat avec la STQ.

Le gouvernement écossais a récemment accordé un contrat évalué à 180 millions $ pour la construction d'un seul traversier beaucoup moins sophistiqué que ceux qui iront faire la navette entre Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer