Exclusif

Trois boutiques à Toronto pour WLKN

Pierre-Olivier Mercier et sa bande sont impatients de... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Pierre-Olivier Mercier et sa bande sont impatients de s'installer à Toronto, plus gros marché au Canada.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Toronto n'a qu'à bien se tenir. WLKN, le détaillant de vêtements de Québec, arrive en ville.

Ce n'est pas une, ni deux, mais trois boutiques que Pierre-Olivier Mercier et sa bande ouvriront à la fin août et au début septembre dans autant de centres commerciaux, a appris Le Soleil.

Il s'agit d'un investissement totalisant 2,3 millions $.

Ces boutiques auront pignon sur rue à Vaughan Mills, au Upper Canada Mall et au Oshawa Centre. 

Des commerces d'une superficie d'environ 3500 pieds carrés semblables à ceux que WLKN possède déjà à Laurier Québec, au Quartier Dix30, au Carrefour Laval et sur la rue Rideau au centre-ville d'Ottawa.

Pas moins de 75 emplois seront créés, faisant ainsi passer à 200 le nombre de membres de la famille de WLKN dont la première boutique a vu le jour en 2010 à l'intersection de la route de l'Église et du chemin des Quatre-Bourgeois à Sainte-Foy.

La région métropolitaine de Toronto compte près de sept millions de personnes. «C'est un marché énorme», note Pierre-Olivier Mercier. «Il s'agit de l'un des bassins culturels les plus importants au Canada. Tous les courants s'y croisent.»

Un marché propice au concept WLKN qui met de l'avant la culture du streetwear en offrant une multitude de marques de vêtements et de sneakers associés à la planche à roulettes, à la planche à neige et au hip-hop.

WLKN voit gros pour la Ville reine.

«Nous voulons y implanter six à huit boutiques d'ici 2018. Des négociations sont en cours avec les propriétaires des grands centres commerciaux. L'ouverture des nouveaux magasins va dépendre de la disponibilité des locaux et la libération de certains baux.»

Si WLKN décide d'en ouvrir trois d'un seul coup, c'est pour provoquer un effet médiatique plus marquant... et pour démontrer à la concurrence que les gars et les filles de WLKN ont l'intention de leur faire la vie dure.

«C'est notre premier test dans le Canada anglais. À notre boutique d'Ottawa, il y a beaucoup de clients qui viennent du Québec. Dans le cas de Toronto, nous avons bien fait nos devoirs. Nous intervenons auprès des blogueurs, des influenceurs de marché et des stylistes qui conseillent les artistes et les vedettes. Nous parlons aux équipes de sport professionnel de Toronto. Nous sommes très confiants.»

Toronto, ce n'est que le début de l'aventure canadienne de WLKN. «À terme, nous aimerions posséder 25 magasins dans l'ensemble du pays», annonce le jeune homme d'affaires d'à peine 31 ans.

Ses prochaines conquêtes : Vancouver et Edmonton. Plus précisément le West Edmonton Mall, le plus grand centre commercial de l'Amérique du Nord.

Le malheur des uns...

Alors que le marché du commerce de détail titube et que les grandes chaînes de magasins de vêtements mettent la clé sous la porte de plusieurs de leurs boutiques, WLKN, de son côté, joue la carte de l'expansion.

Un magasin qui ferme, ça donne l'occasion à un autre d'ouvrir.

«En période de vaches grasses dans le commerce de détail, nous n'aurions jamais pu obtenir les locaux que nous avons loués dans les grands centres commerciaux. Les loyers auraient été inabordables. Et les listes d'attente pour occuper les meilleurs espaces locatifs, longue comme le bras.»

Or, ce n'est actuellement pas le cas.

C'est ce qui fait qu'un WLKN constitue une prise intéressante pour un centre commercial qui a des locaux vacants.

«Les conditions actuelles du marché permettent à une petite compagnie comme la nôtre de s'établir. Le jour où l'économie se remettra en marche et que le ménage sera complété dans notre industrie, nous serons en position de force pour en profiter pleinement», explique Pierre-Olivier Mercier.

L'objectif de WLKN est d'implanter de six à... (fournie par WLKN) - image 2.0

Agrandir

L'objectif de WLKN est d'implanter de six à huit boutiques dans la Ville reine d'ici 2018.

fournie par WLKN

Une «belle bibite»

Ce dernier ne croit pas que le commerce en ligne détrônera l'achat sur place dans les magasins.

Même si sa clientèle cible - les 15 à 35 ans - est super branchée, WLKN ne réalise que 5 % de son chiffre d'affaires à partir de @wlknstore.

«Avec leur téléphone intelligent ou leur tablette, nos consommateurs consultent ce que nous leur proposons. Toutefois, ils vont préférer se pointer à la boutique pour essayer le vêtement», a constaté Pierre-Olivier Mercier. 

Cet automne, WLKN présentera une plateforme d'achat en ligne totalement transformée.

«Ça va faire trois fois que l'on refait notre outil d'achat en ligne. Cette fois, ça va être la bonne», explique le patron de l'entreprise qui compare le commerce en ligne à une «belle bibitte» qu'il faut prendre le temps d'apprivoiser et qui ne donne pas toujours les résultats espérés compte tenu des sommes d'argent importantes qu'il faut investir pour nourrir la bête.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer