Une Maison du commerce et de l'industrie à Québec

Pour faire changement de l'habituelle pelle, Alain Aubut,... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Pour faire changement de l'habituelle pelle, Alain Aubut, président et chef de la direction de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec, tient une perceuse pour marquer la dernière phase d'aménagement de la nouvelle Maison du commerce et de l'industrie.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) De leur nouvelle grande salle du conseil, les administrateurs de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec auront une vue imprenable sur le bureau du premier ministre du Québec et du lieu de rencontre hebdomadaire du Conseil des ministres du gouvernement québécois.

«Ma place est tout juste près de la fenêtre...», a avisé le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de Québec, François Blais, félicitant, du même coup, la direction de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec (CCIQ) pour le choix de l'emplacement «stratégique» de son «observatoire».

«Nous allons avoir le gouvernement à l'oeil!» a blagué le président et chef de la direction de la CCIQ, Alain Aubut.

Au cours des 70 dernières années, la CCIQ logeait à l'ombre du Château Frontenac, au 17, rue Saint-Louis, un bâtiment appartenant à Parcs Canada.

Dorénavant, elle a pignon sur rue sur la colline parlementaire, au sixième étage du 900, boulevard René-Lévesque, un immeuble faisant partie du portefeuille de iA Groupe financier (anciennement nommé l'Industrielle Alliance).

Ce nouveau toit a un nom. La Maison du commerce et de l'industrie de Québec.

La CCIQ ne sera pas l'unique occupant des lieux. D'autres associations régionales représentant des réseaux d'entrepreneurs y établiront leurs pénates. C'est notamment le cas de la Corporation des parcs industriels de Québec, de la Jeune Chambre de commerce de Québec, de SAGE Mentorat d'affaires et peut-être de la Voix des entrepreneurs en technologie de l'information de Québec (VETIQ).

Ces associations, dont les moyens sont souvent limités, pourront ainsi partager de nombreux services administratifs et logistiques, réduire leurs coûts et consacrer toutes les énergies à leur mission première respective.

«La Maison du commerce et de l'industrie de Québec va assurément répondre aux besoins de la communautaire d'affaires de Québec et va permettre de créer une grande synergie entre les différents associations ou groupes qui ont à coeur le développement économique de notre capitale», a déclaré la présidente du conseil d'administration de la CCIQ, Johanne Devin.

D'une superficie de 13 500 pieds carrés, la nouvelle place d'affaires pourra accueillir jusqu'à 10 locataires permanents.

Des locaux seront aussi disponibles pour les associations nationales, comme le Conseil du patronat du Québec, la Fédération des chambres de commerce du Québec et Manufacturier Exportateur, qui mettent régulièrement le cap sur la capitale pour venir rencontrer ministres, députés et hauts fonctionnaires.

Insistant pour dire qu'il s'agissait d'un investissement privé dont le montant demeure ultrasecret, Alain Aubut a reconnu que la Maison du commerce et d'industrie de Québec deviendra une sorte de pôle d'influence des PME, celles qui créent de la richesse au Québec et qui ne s'abreuvent pas des subventions de l'État. «Je parle ici de 82 % des entreprises québécoises qui veulent faire entendre leur voix dans l'élaboration des programmes et des mesures gouvernementales.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer