Québec demeure championne de l'emploi au Canada

Le taux de chômage continue de fondre dans... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le taux de chômage continue de fondre dans la région de Québec.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le taux de chômage continue de fondre dans la région de Québec. En mai, il a baissé de 0,3 point de pourcentage par rapport au mois précédent pour afficher 4,2 %.

Ce taux est le plus bas parmi les huit principales régions métropolitaines de recensement (RMR) au Canada. Il est de 5,7 % à Vancouver, de 8,1 % à Calgary, de 6,2 % à Winnipeg, de 7,3 % à Toronto et de 8,1 % à Montréal.

Les données de l'Enquête sur la population active publiées vendredi par Statistique Canada révèlent que le taux de chômage est passé de 7,1 % à 6,9 % au Canada. Il y a la création de 13 800 emplois en mai dans l'ensemble du pays. Au Québec, pas moins de 21 600 emplois ont été créés le mois dernier.

De 7,5 % en avril, le taux de chômage est passé à 7,1 % un mois plus tard.

«La Belle Province affiche le meilleur score mensuel au cours de la dernière année», fait remarquer Joëlle Noreau, économiste principale au Mouvement Desjardins. «Depuis un an, le Québec a regarni les rangs de ses travailleurs de 0,4 %, soit de 18 200 personnes.»

Dans le cas de la RMR de Québec - qui couvre principalement le territoire des villes de Québec et de Lévis - l'histoire commence à se répéter.

Baisse du nombre d'emplois

Le taux de chômage baisse. Le nombre d'emplois (425 800) aussi : 2100 de moins par rapport à avril. Et le bassin de main-d'oeuvre disponible n'en finit plus de rétrécir. Entre autres, il y a 4000 chômeurs de moins qu'au début de l'année. La région en compte 19 000.

«Pour un septième mois consécutif, la population active a diminué, soit de 0,8 % par rapport au mois d'avril», signale l'économiste principal de Québec International, Louis Gagnon, en mentionnant que 23 500 personnes avaient quitté la population active depuis le mois de décembre, c'est-à-dire le nombre de personnes, parmi la population de 15 ans ou plus, qui avaient un emploi ou qui étaient en chômage.

Une situation qui cause l'apparition de cheveux blancs aux employeurs qui, eux, recherchent activement de la main-d'oeuvre.

«Le marché de l'emploi avait pris les bouchées doubles dans la région ces dernières années. Un retour du balancier était prévisible afin d'absorber les gains importants réalisés», commente M. Gagnon.

«Toutefois, la situation a pris une autre tournure», ajoute-t-il. Au lieu de freiner les embauches, les entreprises cherchent à les multiplier, soit pour assurer leur croissance ou pour remplacer les départs de leurs employés vieillissants.

«Au contraire de ce que nous pouvions prévoir, il semble que ce soit le bassin de candidats disponibles qui s'essouffle», conclut l'économiste principal de Québec International.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer