Un hiver à oublier pour Transat A.T.

Un accroissement de la concurrence, les craintes suscitées... (PHOTO ROBERT SKINNER, archives LA PRESSE)

Agrandir

Un accroissement de la concurrence, les craintes suscitées par le virus Zika ainsi qu'une menace de grève des pilotes d'Air Transat ont plombé les résultats de la saison hivernale de la société québécoise.

PHOTO ROBERT SKINNER, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne
Montréal

Après un «hiver à oublier», le voyagiste Transat A.T. s'attend à un été plus difficile puisque ses deux principaux concurrents ont décidé d'offrir plus de sièges à destination de l'Europe.

Combinée aux attaques terroristes de l'an dernier sur le Vieux Continent, cette capacité supplémentaire de 15 % a incité les transporteurs à réduire leurs prix pour remplir leurs avions, estime la direction de la société exploitant le transporteur Air Transat.

«Ça sera plus difficile cet été, a affirmé jeudi son président et chef de la direction, Jean-Marc Eustache, au cours d'une conférence téléphonique pour discuter des résultats du deuxième trimestre. Nous allons continuer à faire de l'argent, mais ça sera un peu moins.»

Par exemple, Air Canada et Westjet ont ajouté 200 000 sièges supplémentaires - soit une capacité supplémentaire de 20 pour cent - à destination du Royaume-Uni puisque les deux transporteurs commencent à desservir l'aéroport londonien de Gatwick.

De son côté, Transat A.T. - qui a connu le deuxième meilleur été de son histoire l'an dernier - a augmenté sa capacité de cinq pour cent vers Londres, a précisé M. Eustache aux analystes financiers.

«Il y a une surcapacité et si vous regardez sur Internet, vous constaterez que les prix demeurent faibles même pendant la haute saison», a-t-il dit.

D'après l'application montréalaise Hopper, qui permet d'estimer le prix des billets, les tarifs internationaux affichent un recul de 16 pour cent comparativement à l'an dernier. Du côté des vols intérieurs, les prix sont en baisse d'environ cinq pour cent.

Transat A.T. affirme que ses prix de vente à destination de l'Europe ont fléchi de 6,3 pour cent comparativement à l'an dernier, alors que vers le Sud, ils ont grimpé de 1,8 pour cent.

Un accroissement de la concurrence, les craintes suscitées par le virus Zika ainsi qu'une menace de grève des pilotes d'Air Transat ont plombé les résultats de la saison hivernale de la société québécoise.

L'entreprise a plongé dans le rouge au deuxième trimestre, affichant une perte nette de 25 millions $, ou 68 cents par action, comparativement à un bénéfice net de 24,7 millions $, ou 64 cents par action, il y a un an.

Ses revenus ont progressé de 1,5 pour cent, à 888,2 millions $, mais les coûts de la société ont avancé à un rythme plus rapide au cours de la période de trois mois terminée le 30 avril dernier.

En excluant les éléments non récurrents, la perte ajustée du voyagiste a bondi de 77 pour cent, à 11,9 millions $, ou 32 cents par action.

«Pour ce qui est des destinations soleil, c'est un hiver à oublier», a concédé M. Eustache.

La glissade du huard par rapport au billet vert a fait bondir de 25 millions $ les coûts des forfaits vers les destinations soleil, et ce, en dépit d'une baisse des prix du carburant. L'augmentation des prix de vente moyens des forfaits n'a absorbé qu'une partie des impacts négatifs provoqués par les fluctuations du dollar canadien.

Mona Nazir, de Valeurs mobilières Banque Laurentienne, a néanmoins estimé que Transat A.T. avait été en mesure de tirer son épingle du jeu au cours de l'hiver.

«Sunwing, Air Canada ainsi que Thomas Cook ont également connu des difficultés au cours de cette saison, notamment en raison des craintes entourant le Zika, les risques d'attaques terroristes et une météo plus clémente», écrit l'analyste dans un rapport.

En plus de poursuivre ses efforts de réduction de coûts, Transat A.T. (TSX:TRZ) tentera de se redonner un élan en accélérant la diversification de ses activités.

À terme, le voyagiste souhaite entre autres bonifier son offre d'hôtels du côté des destinations soleil en plus de percer le marché américain en acquérant un distributeur de forfaits.

Aux États-Unis, rien ne devrait se concrétiser avant 2017, a prévenu M. Eustache, qui aimerait bien voir les avions d'Air Transat transporter des Américains vers le Sud.

D'ici là, Transat A.T., qui a accepté l'offre de 80 millions $ du géant TUI Group pour ses filiales Transat France et Tourgreece, attendra la conclusion de cette transaction, prévue plus tard cette année.

L'action de Transat a retraité jeudi de 26 cents, soit 3,3 pour cent, pour clôturer à 7,65 $ à la Bourse de Toronto.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer