ArcelorMittal pourrait cesser ses activités plus tôt que prévu sur la Côte-Nord

Les installations d'ArcelorMittal à Port-Cartier... (Photo fournie par ArcelorMittal)

Agrandir

Les installations d'ArcelorMittal à Port-Cartier

Photo fournie par ArcelorMittal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) Les 2500 employés d'ArcelorMittal à Port-Cartier et à Fermont ont déjà connu des jours meilleurs. Le géant minier leur a fait savoir lundi qu'il pourrait cesser ses activités sur la Côte-Nord en 2030, 15 ans plus tôt que prévu.

Le temps dur qui affecte l'industrie force l'entreprise à mettre sur la glace «pour une période indéterminée» le développement de la fosse Off-load, située tout près de la mine principale exploitée par Mittal, celle du mont Wright, à Fermont. Avec ce gisement en moins, la durée de vie de la mine serait écourtée, prenant fin en 2030 plutôt qu'en 2045. 

«Malgré que ce projet-là soit très important pour nous et pour la mine, les coûts d'opération actuels ne nous permettent pas d'amasser le capital nécessaire pour le réaliser», a expliqué le porte-parole de la société, Paul Wilson. «Les travaux devaient commencer cet été, alors il fallait prendre une décision.» 

Un choix qui inquiète le syndicat des Métallos, qui se dit «préoccupé» sans vouloir être «alarmiste» à ce stade. «J'ai assez d'expérience dans le domaine minier pour savoir que ça change d'une journée à l'autre [...] Il n'est pas dit que ce projet-là ne reviendra pas à l'ordre du jour», a réagi le coordonnateur régional, Nicolas Lapierre. 

«Joyau» de l'économie  

Mais, les Métallos interpellent dès maintenant le gouvernement sur l'importance de «trouver une issue positive» pour Port-Cartier et Fermont, où ArcelorMittal est le principal employeur, mais aussi pour toute la région. «Une fermeture porterait un coup très dur à la vitalité de la Côte-Nord», prévient M. Lapierre. 

«La Côte-Nord se meurt, continue-t-il. On ne peut laisser ainsi partir un joyau de l'économie du Québec et laisser une région complète se dévitaliser.» Depuis les derniers mois, l'économie régionale, qui dépend largement de l'industrie minière, a reçu son lot de mauvaises nouvelles avec l'effondrement du marché du fer. 

De son côté, ArcelorMittal indique avoir l'intention de poursuivre sa recherche de financement pour que le projet Off-load se réalise. Dans le cas contraire, la production de la minière amorcerait sa décroissance à partir de 2022 jusqu'en 2030. «On n'est pas rendus là, et notre objectif, c'est d'avoir les fonds pour maximiser la durée de vie de la mine», a rassuré M. Wilson.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer