Négos dans l'hôtellerie: pas de troubles à l'horizon

Johnny Lagacé, du Syndicat des employés du Hilton...

Agrandir

Johnny Lagacé, du Syndicat des employés du Hilton et Michel Valiquette, trésorier de la Fédération du commerce de la CSN.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) S'il n'en tenait qu'à la CSN, les négociations regroupées dans le monde de l'hôtellerie dans la région de Québec se régleraient avant l'échéance des conventions de travail le 30 juin, sans aucune perturbation.

«Les relations sont bonnes et les perspectives de croissance dans l'industrie touristique et hôtelière montrent une croissance soutenue pour les prochaines années», affirmait Michel Valiquette, trésorier de la Fédération du commerce de la CSN, lundi en conférence de presse au Hilton Québec. Tout le monde devrait pouvoir profiter de la manne.

«Nous demandons à la partie patronale de négocier de bonne foi pour que les nouveaux contrats de travail soient ratifiés rapidement», soutenait-il lors du lancement de la négociation regroupée touchant 27 établissements au Québec, dont 6 dans la région de Québec. Les autres sont situés à Montréal, en Estrie et en Montérégie.

À Québec, il y a 800 travailleurs dans six hôtels engagés dans cette nouvelle ronde de négociations alors que la fédération du commerce englobe quelque 5000 travailleurs de l'hôtellerie dans la province.

Les enjeux de la prochaine convention collective porteront sur quatre éléments. Les assemblées générales des divers syndicats locaux demandent une valorisation des années de services par l'amélioration des indemnités de vacances de l'ordre de 0,5 % du salaire pour chaque semaine de vacances.

Les travailleurs veulent aussi une meilleure protection des emplois par «une clause contre les abolitions fictives ou les fusions de classification» en même temps qu'une augmentation des indemnités de départ.

En contrepartie d'un contrat de quatre ans, les employés de l'hôtellerie veulent de meilleures hausses salariales. La demande tient compte «des récents indicateurs publiés par Tourisme Québec [TQ] qui révèlent une hausse de 6 % du taux d'occupation des hôtels de la Capitale-Nationale pour la période d'un an se terminant en mars 2016. D'ici 2020, TQ précise que l'industrie touristique de la province prévoit une augmentation d'environ 5 % par année», indique M. Valiquette.

La demande salariale est de 4 % par année pour les années 2016 à 2018 et de 5 % pour l'année 2019.

Les conventions collectives se terminent à la fin de juin dans la région de Québec et à la fin de juillet dans la région de Montréal. 

Selon M. Valiquette, cette neuvième ronde de négociation regroupée comporte des avantages non seulement pour les syndiqués touchés, mais pour l'ensemble de l'industrie hôtelière. Généralement, les autres établissements, syndiqués ou non, se collent aux ententes négociées par le regroupement.

À titre d'exemple, M. Valiquette illustre que «les préposés aux chambres de l'hôtel Reine Elizabeth ont un taux horaire de 22,64 $ alors que les serveuses et les serveurs reçoivent 16,97 $ avant leurs pourboires».

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer