Immigration française: Labeaume veut des règles assouplies

Le maire Labeaume a demandé au ministre fédéral... (Photo: David Boily, La Presse)

Agrandir

Le maire Labeaume a demandé au ministre fédéral des Finances Bill Morneau des ajustements à la politique d'immigration dans le but de favoriser l'arrivée de nouveaux travailleurs, particulièrement en provenance de la France.

Photo: David Boily, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le maire Régis Labeaume souhaite que le gouvernement fédéral assouplisse les règles d'immigration entre la France et le Québec afin de combler les besoins de main-d'oeuvre de la région de Québec.

Lors de sa rencontre privée avec le ministre fédéral des Finances, M. Labeaume a fait valoir ses préoccupations en matière de recrutement de la main-d'oeuvre. «À Québec, le plus gros problème, c'est ça. Les entreprises progressent moins parce qu'elles ont pas suffisamment de monde.»

Le maire a donc demandé à Bill Morneau des ajustements à la politique d'immigration dans le but de favoriser l'arrivée de nouveaux travailleurs, particulièrement en provenance de la France.

«Je lui ai mentionné que le gouvernement devait relaxer un peu ses critères d'immigration parce que nous autres, ça nous créait des problèmes. J'ai beaucoup insisté sur notre relation avec la France. Nous, notre priorité à la Ville de Québec, c'est toujours d'aller en France parce qu'il y a reconnaissance mutuelle des diplômes», a expliqué M. Labeaume.

Selon lui, les dossiers sont longs et difficiles à monter pour les entreprises. «La réglementation est très sévère, les délais sont très longs. Les preuves qu'il faut faire pour démontrer que les gens qui viendraient ne prendraient pas la place d'un autre, c'est très compliqué. À un moment donné, il faut relaxer : tu veux ou ben tu veux pas», dit le maire.

Ajoutez à cela le contexte particulier de la capitale québécoise, qui de façon générale attire peu les immigrants, comparativement aux grandes villes.

«Je suis bien d'accord avec l'immigration humanitaire, mais nous, à Québec, on n'est pas le premier choix des immigrants. C'est normal, c'est Montréal, Toronto, Vancouver. Mais quand on va en France, on pourrait amener quasiment la moitié des gens de la France à Québec si on pouvait», a raconté M. Labeaume.

Le plus gros contingent

La capitale accueille en moyenne 3000 immigrants par année. La France envoie le plus gros contingent, soit un peu plus de 500 personnes ou 18 % des immigrants. Cela n'inclut pas les détenteurs d'un visa étudiant, nombreux dans nos universités.

Le ministre Morneau n'a pas abordé la question de l'immigration avec les journalistes, mais s'est dit satisfait de son échange avec le maire. «Maintenant, je comprends mieux la situation ici, la bonne économie à Québec. Plusieurs défis et plusieurs projets sont importants pour les gens qui arrivent ici», a-t-il résumé.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer