L'industrie hôtelière en meilleure santé

Après trois ans à la tête de l'Association... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Après trois ans à la tête de l'Association des hôteliers de la région de Québec, Michelle Doré passera le flambeau le 7 juin prochain. «On peut dire mission accomplie!» commente fièrement la femme d'affaires.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Deux ans après la période sombre qu'a connue l'industrie hôtelière, la santé des hôtels est toujours fragile, mais meilleure, estime la présidente de l'Association des hôteliers de la région de Québec (AHRQ), Michelle Doré. Cette dernière, qui veille aux bons soins de l'industrie depuis 2013, délaissera sa chaise de présidente au mois de juin, a appris Le Soleil.

«Pour être consommé, tu dois plaire!» affirme d'entrée de jeu Mme Doré pour expliquer le second souffle que connaît actuellement l'industrie. «Les propriétaires d'hôtels ont compris le message. L'importance de se renouveler, de se repenser. Ce qui était peut-être un peu moins le cas auparavant», poursuit-elle.

Entre 2013-2014, dans la région de Québec, il y a eu huit fermetures, notamment celles du Manoir St-Castin et du Loews Le Concorde*, selon des données de la Fédération du commerce de la Confédération des syndicats nationaux. Dans la région de la Chaudière-Appalaches, il y a eu sept fermetures, notamment celles du Manoir des Érables à Montmagny et du Manoir de Tilly à Saint-Antoine-de-Tilly*.

Nouveaux venus

Aujourd'hui, les nuages gris semblent derrière. Plusieurs établissements ouvriront leurs portes au cours des prochains mois, notamment l'hôtel du Village Vacances Valcartier, le projet de condo-hôtel Entourage sur le Lac (anciennement le Manoir St-Castin) et l'hôtel Marriott Courtyard dans Lebourgneuf. À Lévis, un hôtel sous la bannière Hampton Inn & Suites by Hilton est présentement en construction.

Outre les projets confirmés, le groupe GM Développement prévoit aussi la construction d'un hôtel dans son complexe d'affaires aux abords de l'amphithéâtre. Le groupe hôtelier Riôtel, de Matane, a également confié au Soleil en février qu'il souhaitait s'établir dans la capitale. Dans sa vision d'avenir pour le bassin Louise, le Port de Québec avait inclus un complexe hôtelier donnant sur la marina.

Du côté de Lévis, le maire Gilles Lehouillier a démontré de l'intérêt pour un nouvel établissement cinq étoiles de 125 chambres dans le secteur de la traverse, sur la rue Saint-Laurent.

Le marché est-il assez grand pour accueillir tous ces nouveaux joueurs? «Oui, en principe on devrait être capable», croit Mme Doré, concédant que certains propriétaires trouveront peut-être la situation plus difficile. «Les hôteliers vont devoir bien calculer leurs sous. Les établissements vont devoir continuer de se moderniser. Ça va être un défi», dit-elle, ajoutant que la chute du huard apporte actuellement de l'eau au moulin de l'industrie. Et que la nouvelle réglementation entourant les sites comme Airbnb devrait donner un bon coup de pouce.

D'autres défis

Après trois ans à la tête de l'AHRQ, Mme Doré estime qu'il est temps de passer le flambeau. Le 7 juin prochain, lors de l'assemblée générale de l'AHRQ, un nouveau président ou présidente sera nommé à la tête des 111 membres de l'Association. «J'avance en âge et les jeunes ont de bonnes idées», dit Mme Doré, pour expliquer sa décision.

En 2013, la femme d'affaires s'était notamment donné comme objectif de livrer bataille à l'hébergement illégal et à la croissance des intermédiaires, comme Expedia.ca et Booking.com. Elle souhaitait aussi augmenter la visibilité de la Ville de Québec à travers le monde.

«On peut dire mission accomplie!» dit-elle fièrement. «Nous avons réalisé plus que ce que nous pensions faire. Aujourd'hui, les hôteliers ont commencé à se parler. La force du nombre. Cette stratégie nous a permis de diminuer la commission perçue par les compagnies de réservations en ligne pour une nuitée et limiter leur pouvoir de vente au Québec [l'arrêt de l'achat des noms de domaine].

«À se parler, un jour nous allons parvenir à établir des règles plus saines de jeu», ajoute-t-elle, faisant notamment allusion à Airbnb. «Le prochain président va avoir beaucoup de défis avec Internet. Airbnb n'existait pas vraiment à Québec il y a trois ans... Il va également avoir le dossier des cartes de crédit, les frais de transaction. Ça avance très lentement», déplore-t-elle.

Selon Mme Doré, la population aura un grand rôle à jouer pour assurer la santé financière de l'industrie au cours des prochaines années.

«Il faut que les gens comprennent que lorsqu'ils achètent directement chez nous, les hôteliers peuvent investir plus dans leur entreprise. C'est encourager le commerce local. Le tourisme est l'une des façons les plus simples de faire entrer de l'argent au Québec», conclut la femme de 68 ans, qui refuse de parler de retraite.

Elle a d'ailleurs été nommée au mois de mars au sein du conseil d'administration de l'Association des hôteliers du Québec. Elle continuera également de siéger au conseil d'administration de l'AHRQ, celui de la Corporation de l'industrie touristique du Québec et celui du regroupement français Fairbooking.

*Ouvert de nouveau

De gros projets, notamment pour l'Hôtel Champlain

Bien qu'elle quitte son poste de présidente de l'Association des hôteliers de la région de Québec (AHRQ), Michelle Doré n'a pas l'intention de rester les bras croisés au cours des prochains mois.

La femme d'affaires, propriétaire de trois établissements hôteliers du Vieux-Québec, soit l'Hôtel Champlain, l'Auberge Place d'Armes et l'Hôtel Jardin Sainte-Anne, travaille sur plusieurs projets pour moderniser ses hôtels. Près de 1 million $ a déjà été investi dans l'Hôtel Champlain pour notamment refaire le hall d'entrée, la façade de l'édifice, la salle à déjeuner et les chambres.

«Les cinq étages ont subi une transformation cosmétique. C'est un hôtel neuf», affirme-t-elle, ajoutant que le restaurant le Pain Béni dans l'Auberge Place d'Armes est actuellement en rénovation. «Il va réouvrir dans une semaine et demie avec un nouveau nom et un nouveau concept. J'ai magasiné les lustres en France», souligne Mme Doré.

Outre ses projets de modernisation pour ses établissements, la femme d'affaires poursuivra également sa bataille avec l'Alliance des hôteliers pour l'équité en ligne. «Il n'est pas question d'arrêter.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer