La Banque du Canada maintient son taux directeur à 0,5%

La Banque du Canada a révisé à la... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La Banque du Canada a révisé à la hausse sa prévision de croissance de l'économie pour 2016 dans la foulée des dépenses de plusieurs milliards de dollars annoncées dans le plus récent budget fédéral.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Ottawa

La Banque du Canada a révisé à la hausse sa prévision de croissance de l'économie pour 2016 dans la foulée des dépenses de plusieurs milliards de dollars annoncées dans le plus récent budget fédéral.

La banque centrale a également indiqué mercredi qu'elle maintient son taux directeur à 0,5 pour cent et prévient qu'elle aurait pu décider de le modifier, n'eût été des importants investissements du gouvernement fédéral dans des secteurs comme les infrastructures.

Elle s'attend ainsi à ce que les dépenses d'environ 25 milliards $ échelonnées sur les deux prochaines années contrebalancent l'incidence négative d'un dollar canadien un peu plus fort, d'une croissance plus lente de la demande étrangère ainsi que d'une réduction des investissements dans le secteur de l'énergie.

Ainsi, selon la Banque du Canada, le produit intérieur brut (PIB) réel devrait s'établir à 1,7 pour cent en 2014, alors que sa prévision de janvier dernier faisait état d'une croissance de 1,4 pour cent.

La Banque du Canada a affirmé qu'il y aurait eu une modeste révision à la baisse de sa prévision de croissance économique cette année, n'eût été le programme de dépenses du gouvernement fédéral.

«Toutes ces évolutions économiques à l'échelle internationale et nationale auraient eu pour effet une légère révision à la baisse des perspectives de la banque», a indiqué la banque centrale dans le communiqué accompagnant le dévoilement de sa politique monétaire.»

«Toutefois, les mesures budgétaires annoncées dans le budget fédéral en mars dernier auront une incidence positive appréciable sur le PIB», a ajouté l'organisation.

Projections

Faisant écho aux projections du plus récent budget fédéral, la Banque du Canada prévoit une incidence positive des dépenses des gouvernements fédéral et provinciaux d'un demi-point de pourcentage sur la croissance du PIB pour l'exercice en cours et de 0,6 point de pourcentage en 2017-2018. Les impacts des mesures provinciales seraient peu significatifs.

Mais malgré cet élan insufflé par le gouvernement, la banque centrale s'attend à une croissance économique de 2,3 pour cent en 2017, alors que l'institution tablait précédemment sur une augmentation de 2,4 pour cent.

Il s'agissait du premier Rapport sur la politique monétaire publié par la Banque du Canada depuis le dépôt du premier budget du gouvernement Trudeau, le 22 mars dernier.

Le plan gouvernemental prévoit cinq déficits totalisant plus de 110 milliards $, dont 29,4 milliards $ pour l'exercice 2016-2017 et 29 milliards $ lors de l'année fiscale suivante.

À la suite de l'annonce, l'économiste en chef de la CIBC Avery Shenfeld a écrit dans une note que le gouverneur Stephen Poloz n'avait pas d'autre choix que de relever les prédictions pour 2016 étant donné que le ministre des Finances, Bill Morneau, a fait l'apologie des bénéfices des mesures de relance et que l'économie a connu une croissance étonnamment robuste en décembre et janvier.

«Avec cela à l'esprit, il s'agit de la révision de la projection à la hausse pratiquement la plus mince que (la banque centrale) aurait pu choisir», a dit M. Shenfeld.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer