Le taux de chômage dépasse les 5 % à Québec

Au Québec, 22 500 emplois à temps plein ont disparu... (Archives, Associated Press)

Agrandir

Au Québec, 22 500 emplois à temps plein ont disparu en mars, tandis que 11 200 emplois à temps partiel ont été créés.

Archives, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le taux de chômage dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec a franchi la barre des 5 % au premier trimestre de 2016, pour s'établir à 5,1 %. Il demeure toutefois l'un des plus faibles au Canada.

Depuis le début de l'année 2016, 12 500 emplois ont été perdus dans la région regroupant le territoire des villes de Québec et de Lévis. Et le taux de chômage a grimpé de 0,2 point depuis la fin du mois de décembre. Devrions-nous nous inquiéter de cette situation?

Rien d'alarmant, indique sans hésiter l'économiste principal de Québec International, Louis Gagnon. «La situation est bien différence de la perte semblable observée en 2011. À cette époque, la région devait composer avec une baisse de la population active et une hausse du nombre de chômeurs. Cette année, le repli de l'emploi s'explique en grande partie par la diminution de 2,6 % de la population active.»

À la fin du mois de mars, la RMR de Québec dénombrait 432 800 emplois. Les données de l'Enquête sur la population active menée par Statistique Canada indiquent que le nombre de travailleurs était en baisse pour un cinquième mois consécutif. Pour la RMR de Québec, on compte 6500 emplois de moins en mars qu'en février.

«Malgré tout, d'autres indicateurs demeurent favorables à Québec. [...] Les données non désaisonnalisées [pour le premier trimestre de 2016] indiquent que le taux de chômage était inférieur à 6 % pour l'ensemble des catégories suivantes : 15-24 (5,9 %); 25-24 (5,5 %); et 55 ans et plus (5,9 %). Quant au taux d'emploi de 64,3 %, il demeure le plus élevé au Québec», se réjouit M. Gagnon.

Au cours des trois derniers mois, le niveau d'emploi est demeuré stable dans les secteurs de l'industrie manufacturière et de la construction. «Pour le secteur des services, il continue de s'ajuster aux aléas de certaines de ses composantes, soit celles liées aux services financiers et d'assurances, aux services professionnels, scientifiques et techniques et aux services de santé et services sociaux», poursuit l'économiste.

Recul de 0,1 % pour le Québec

Au Québec, 22 500 emplois à temps plein ont disparu en mars, ce qui a été partiellement compensé par la création de 11 200 emplois à temps partiel. Un recul net de 11 200 emplois a ainsi été comptabilisé. Le taux de chômage a quant à lui reculé de 0,1 point à 7,5 %, ce qui était attribuable à une diminution du nombre de personnes à la recherche d'un emploi - ces derniers n'étant pas considérés comme des chômeurs.

«Le premier ministre libéral est empêtré dans les problèmes éthiques, l'inertie, l'indécision et l'incohérence. Pendant ce temps, le développement économique du Québec perd encore. L'emploi stagne au Québec. Il y a même moins d'emplois en ce moment qu'il y en avait il y a 11 mois. Depuis l'arrivée au pouvoir des libéraux il y a deux ans, il ne s'est créé que 34 900 emplois. C'est seulement le tiers des emplois promis en campagne électorale», a déclaré par voie de communiqué le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau.

Du côté de la Coalition avenir Québec (CAQ), on reproche au gouvernement de n'avoir créé que 300 emplois au cours des 12 derniers mois. «À mi-chemin dans son mandat, c'est toute une douche froide qui s'abat sur le bilan économique de Philippe Couillard», a affirmé le chef de la CAQ, François Legault.

Importante hausse au Canada

Pour le Canada, le taux de chômage a baissé de 0,2 point de pourcentage en mars pour s'établir à 7,1 %. Ce recul résulte d'une progression de 40 600 ou de 0,2 % de l'emploi en mars. Il s'agit de la plus importante hausse du nombre d'emplois depuis la création de 43 100 postes en octobre.

Les économistes s'attendaient en moyenne à un ajout net de 10 000 emplois au pays le mois dernier, et à un taux de chômage stable à 7,3 %, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters.

La majorité des emplois créés, soit 35 300, sont des postes à temps plein. Le secteur privé a accueilli 65 100 nouveaux travailleurs, tandis que le nombre d'employés du secteur public a chuté de 2600.

Par rapport au mois de mars de l'an dernier, le Canada comptait 129 600 travailleurs de plus, soit une augmentation de 0,7 %.  Avec La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer