Coûts d'exploitation: Québec en tête de classement

La région de Québec trône toujours au sommet... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La région de Québec trône toujours au sommet du palmarès des villes dans les marchés à maturité de 500 000 à 2 millions d'habitants à travers l'Amérique, l'Europe et l'Asie-Pacifique où les coûts d'exploitation d'une entreprise sont les plus faibles.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La région de Québec conserve sa couronne. Elle trône toujours au sommet du palmarès des villes dans les marchés à maturité de 500 000 à 2 millions d'habitants à travers l'Amérique, l'Europe et l'Asie-Pacifique où les coûts d'exploitation d'une entreprise sont les plus faibles.

«Au cours de la dernière année, l'affaiblissement du dollar canadien et ses conséquences éventuelles sur notre économie ont suscité l'inquiétude des Canadiens. Cette étude ouvre des perspectives plus prometteuses et montre que la vigueur du dollar américain a en fait contribué à améliorer la compétitivité des entreprises canadiennes et accru leur avantage concurrentiel», indique par voie de communiqué Greg Wiebe, associé chez KPMG. La firme a réalisé l'étude Choix concurrentiels.

Selon des données de l'étude, analysée par Québec International, il en coûte «16,1 % moins cher» de s'établir et de faire affaire dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, qui couvre essentiellement le territoire des villes de Québec et de Lévis, comparativement à la moyenne américaine. «Une amélioration considérable par rapport au 9,3 % obtenu en 2014», indique l'économiste principal chez Québec International, Louis Gagnon.

L'étude bisannuelle de KPMG compare les coûts d'exploitation des entreprises et les facteurs d'attractivité. L'analyse met en parallèle les facteurs qui influencent le choix d'un emplacement géographique, notamment les coûts d'installation, les coûts de transports, les coûts des services publics et les impôts. Elle tient aussi compte du bassin de main-d'oeuvre qualifiée, des conditions économiques, du degré d'innovation, des infrastructures, de même que le coût et la qualité de vie.

À l'échelle mondiale - toutes catégories confondues -, la RMR de Québec (83,9) tire son épingle du jeu. Sixième en 2014, elle occupe désormais, parmi les 111 régions à l'étude, le cinquième rang - une position qu'elle partage avec Charlottetown -, derrière Monterrey (76,5) et Mexico (78,6) au Mexique, ainsi que Fredericton (83,3) et Moncton (83,3) au Canada.

Pour ce qui est de la catégorie des régions de 500 000 habitants à 2 millions, la RMR de Québec occupe le premier rang devant Rotterdam (87,5), Amsterdam (87,8), Adélaïde (88,2) et Milan (89,5).

«Pour se distinguer, Québec tire profit des différents programmes gouvernementaux canadiens et québécois qui offrent divers incitatifs aux entreprises locales et étrangères [crédits d'impôt et congés fiscaux] ainsi que du bas prix de l'énergie, affirme M. Gagnon. De par son environnement régional, elle se différencie par ses faibles loyers industriels et ses salaires compétitifs, contribuant ainsi à réduire les coûts d'opération», ajoute-t-il.

L'analyse démontre aussi que la RMR de Québec possède un avantage concurrentiel au niveau mondial dans quatre domaines, soit recherche et développement, services aux entreprises, services numériques et secteur de la fabrication. «Pour les services numériques, qui constituent une force à Québec, ils démontrent leur compétitivité dans les secteurs du jeu vidéo [32 % moins cher] et du développement de logiciels [26,9 % moins cher]», dit M. Gagnon.

Le Canada deuxième

Pour ce qui est du Canada, il conserve le deuxième rang parmi les 10 pays affichant des coûts d'entreprise 14,6 % inférieurs à ceux des États-Unis. De même, les Pays-Bas demeurent au troisième rang, avec un avantage en matière de coûts de 12,3 % par rapport à nos voisins du sud.

«Chacune de villes canadiennes à l'étude bénéficiera, comme beaucoup d'autres au pays, des investissements promis par le gouvernement fédéral dans le transport, l'infrastructure verte et l'infrastructure sociale. Ces investissements rendront le Canada encore plus attrayant aux yeux des entreprises et de leurs employés», conclut Brad Watson, leader national, Infrastructures chez KPMG.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer