Délit d'initié présumé chez Amaya: le grand patron ciblé par l'AMF

L'Autorité des marchés financiers (AMF) du Québec calcule que des amis et des... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ross Marowits
La Presse Canadienne
Montréal

L'Autorité des marchés financiers (AMF) du Québec calcule que des amis et des associés du chef de la direction d'Amaya, ainsi que son frère, ont engrangé des profits totalisant près de 1,5 million $ grâce à des informations privilégiées au sujet d'acquisitions, incluant la transaction qui a fait de la firme montréalaise le plus grand groupe de poker en ligne du monde, il y a deux ans.

Selon les documents publiés par l'AMF, le grand patron d'Amaya, David Baazov, serait la «principale source» des fuites d'informations privilégiées.

M. Baazov fait face à cinq chefs d'accusation, notamment pour avoir influencé ou tenté d'influencer le cours du titre d'Amaya et pour avoir communiqué une information privilégiée. Deux autres personnes et trois entreprises ont aussi été visées par 18 autres chefs d'accusation à la suite de l'enquête de l'AMF.

Le patron d'Amaya, âgé de 35 ans, a rejeté les accusations, qu'il a qualifiées de fausses, et s'est dit confiant de pouvoir prouver son innocence pour chacune d'entre elles.

Même si les détails de l'affaire n'ont pas été dévoilés, les documents de l'AMF précisent que les délits d'initiés allégués touchent sept transactions réalisées depuis 2011 et impliquant 13 autres personnes, incluant Josh Baazov, le frère du chef de la direction d'Amaya.

Les profits tirés des transactions d'investisseurs individuels se sont établis entre 200 $ et 155 839 $, selon deux rapports sur les enquêtes publiés par un tribunal administratif indépendant associé à l'AMF.

Plus de 800 000 $ auraient été empochés en lien avec l'acquisition par Amaya (TSX : AYA) du Oldford Group pour 4,9 milliards $US en 2014. Cette entreprise détenait entre autres les actifs PokerStars et Full Tilt Poker.

Le Montréalais Isam Mansour aurait engrangé 500 000 $ en achetant, puis en revendant, les actions des entreprises associées aux ententes d'Amaya, selon les documents.

Ces documents avancent également que Craig Levett - un ami et partenaire d'affaires de Josh Baazov -, sa femme et son frère ont empoché plus de 500 000 $. Les autres personnes qui seraient impliquées comprennent divers amis, membres de la famille et associés qui ont effectué des transactions à partir d'informations divulguées par Josh Baazov, selon les documents.

Parmi ceux-ci se trouve John Chatzidakis, un conseiller indépendant de la Financière Sun Life dont le contrat a été résilié lorsque sa licence a été suspendue, à la suite de l'enquête.

MM. Mansour, Levett et Josh Baazov n'ont pu être joints pour commenter la situation.

Pour sa part, M. Chatzidakis avait peu de choses à dire.

«Je suis désolé, je ne peux parler à personne au sujet de toute situation», a-t-il dit lorsque joint à son domicile. «Mais la vérité sera connue dans l'avenir.»

Le chef de la direction d'Amaya, David Baazov,... (Photothèque Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Le chef de la direction d'Amaya, David Baazov, a rejeté toutes les accusations de l'AMF, qu'il a qualifiées de fausses. 

Photothèque Le Soleil

Appels surveillés

Au cours de l'enquête, l'AMF a surveillé certains appels téléphoniques et d'autres communications entre investisseurs.

Après avoir obtenu des informations au sujet d'une acquisition imminente, les investisseurs ont acheté des actions de la société cible ou d'Amaya, souvent pour la première fois, fait valoir l'AMF. Une fois les transactions annoncées, après la hausse des prix des actions, les investisseurs ont alors vendu leurs actions et empoché d'importants profits, selon les documents.

Aucune des allégations n'a été prouvée.

Les 13 associés de M. Baazov n'ont pas été accusés mais ils se sont fait ordonner de ne pas négocier d'actions ou d'accéder aux produits de leurs activités.

Les profits ont été réalisés en lien avec des transactions impliquant Cryptologic, Chartwell Technology, WMS Industries, Oldford Group, BWIN.Party et Intertain Group, selon les documents de l'AMF.

L'action d'Amaya a plongé depuis le dépôt des accusations, la semaine dernière. Elle a clôturé lundi à 14,81 $, en baisse de 64 ¢, soit 4,1 %, à la Bourse de Toronto.

Intertain (TSX : IT) a indiqué lundi que son action avait perdu des plumes après qu'elle eut été identifiée dans les documents de l'AMF. Après avoir touché en juin un sommet de 20,09 $ pour les 52 dernières semaines, elle a clôturé lundi en hausse de 35 ¢, soit 3,6 % à 10,00 $.

La société spécialisée dans les jeux de hasard s'est dite déçue de constater que de mauvaises informations et des décisions de vendeurs à découvert avaient nui à ses actionnaires. 

Intertain, qui révise actuellement ses options stratégiques, dit avoir reçu des manifestations d'intérêt de la part de plusieurs entreprises au sujet du rachat de l'ensemble ou de certaines de ses activités.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer