Feu vert aux buanderies de Partagec et Lavérendière

Québec a finalement décidé d'aller de l'avant avec... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Québec a finalement décidé d'aller de l'avant avec les projets de construction de deux buanderies publiques.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après plusieurs mois d'incertitude, les buanderies Partagec et Lavérendière ont poussé un soupir de soulagement jeudi. Le gouvernement du Québec a finalement décidé d'aller de l'avant avec les projets de construction de deux buanderies publiques.

«Après avoir confié une étude à des experts afin de faire la comparaison entre les projets du secteur public et du secteur privé, les résultats présentés confirment que les projets du secteur public sont plus rentables. Plusieurs éléments ont été pris en compte, et nous sommes maintenant convaincus d'avoir la meilleure solution», a déclaré par voie de communiqué le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette.

C'est la firme Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT) qui a réalisé l'analyse des modèles d'affaires. Elle a également défini les coûts d'impact d'un transfert des activités du public vers le privé. L'appel d'offres auprès des entreprises privées a quant à lui été réalisé par le Groupe d'approvisionnement en commun de l'ouest du Québec.

Selon le ministre Barrette, le processus mis en branle a permis aux deux buanderies publiques Partagec, à Québec, et Lavérendière, dans Lanaudière, de réviser les paramètres financiers de leurs projets de construction d'usine pour se conformer au devis de l'appel d'offres lancé pour les buanderies privées. «Le but de l'exercice était de comparer en toute objectivité les modèles privé et public, pour ainsi nous assurer de choisir la meilleure offre, à moindre coût, et permettre un gain net pour le contribuable. Cet exercice a permis aux deux buanderies publiques d'optimiser leurs projets respectifs, ce qui ne se serait pas produit sans un pareil contexte concurrentiel», a indiqué le ministre.

Du côté de l'entreprise privée Buanderie Blanchelle, on conteste la décision et on remet en question la validité du processus qui a mené au choix «de construire deux mégabuanderies à même les fonds publics alors que de meilleurs services sont disponibles à de meilleurs prix dans le secteur privé», peut-on lire dans un communiqué de l'entreprise. Cette dernière a d'ailleurs prévu une conférence de presse mardi à Montréal pour présenter «de véritables données» à la population.

L'organisme à but non lucratif Partagec, qui emploie environ 150 travailleurs, n'a pas donné suite aux appels du Soleil

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer