Les libéraux comptent respecter leurs engagements électoraux dans le budget

De passage vendredi à une activité prébudget au... (La Presse Canadienne, Galit Rodan)

Agrandir

De passage vendredi à une activité prébudget au Kiwanis Boys & Girls Club de Toronto, le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a enfilé des chaussures neuves, promettant par la même occasion un budget pour la classe moyenne mardi prochain.

La Presse Canadienne, Galit Rodan

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Andy Blatchford
La Presse Canadienne
Ottawa

Malgré la dégringolade des prix du pétrole, le gouvernement Trudeau compte respecter ses engagements électoraux dans le budget qui sera présenté mardi.

La trame politique du premier budget du gouvernement Trudeau ne devrait pas être une grande surprise : réduire les inégalités tout en établissant les fondations d'une croissance économique à long terme.

Néanmoins, livrer les éléments les plus importants du programme électoral du premier ministre aura été une tâche plus ardue que ce que son gouvernement avait anticipé durant la campagne automnale.

Première chose, la projection de déficit de 10 milliards $ devrait être multipliée par trois.

Les libéraux dévoileront leur budget inaugural, mardi, dans le contexte d'une économie ayant été malmenée par les chocs des prix du pétrole. Les perspectives fiscales déjà serrées durant la campagne se sont assombries depuis que le parti a pris le pouvoir en novembre.

Malgré tout, le gouvernement a signalé qu'il respecterait plusieurs - sinon l'ensemble - des grandes promesses de campagne. Ces promesses incluent des milliards de dollars en mesures de stimulation de l'économie, telles qu'un programme d'allocations familiales bonifié et des dépenses accrues dans les infrastructures.

Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a affirmé, le mois dernier, que le gouvernement croyait fermement que le ralentissement de l'économie rendait encore plus pertinent aujourd'hui, qu'il y a quelques mois, son plan de dépenses pour faire croître l'économie.

Les libéraux ont laissé de côté leur promesse d'équilibrer les finances publiques d'ici 2019-2020.

Dans son discours sur le budget, mardi, M. Morneau risque fort de faire référence à l'aide à la «classe moyenne» devant créer graduellement les conditions qui lui permettraient d'améliorer son sort dans le contexte du vieillissement de la population.

Les infrastructures seront un élément clé du programme.

Les libéraux ont déjà dit que le programme d'infrastructure s'attarderait aux travaux de réparation et de maintenance durant les deux prochaines années avant d'effectuer un virage vers des projets plus larges et de plus grande envergure destinés à augmenter la croissance à long terme et à mettre le Canada sur la voie d'une économie à faible émission de carbone.

M. Morneau a surpris le mois dernier en choisissant de dévoiler les sombres perspectives fiscales du gouvernement seulement quelques semaines avant le dépôt du budget. Des observateurs y ont vu une stratégie politique rusée pour empêcher que la majeure partie des mauvaises nouvelles ne portent ombrage au budget lui-même.

Des explications attendues

Tout de même, des experts, comme l'ancien directeur parlementaire du budget Kevin Page, estiment que les Canadiens sont en droit de s'attendre à des explications de la part de M. Morneau sur les raisons poussant le gouvernement à enregistrer des déficits accrus de plusieurs milliards de dollars.

«Si vous parlez d'une expansion fiscale majeure, je crois que vous vous devez vraiment de démontrer que vous êtes en contrôle d'un point de vue de politique fiscale», a dit M. Page en entrevue, soulignant que les conditions actuelles sont loin d'être aussi sombres que lors de la grande récession de 2009-2010.

M. Page, professeur à l'Université d'Ottawa, a appelé le gouvernement à montrer dans quelle mesure le manque à gagner est structurel ou cyclique, une analyse relayée au public couramment par d'autres pays comme les États-Unis.

Faute d'en recevoir une, le NPD envoie une lettre au ministre des Finances

En prévision du premier budget du gouvernement Trudeau, qui sera déposé mardi, le Nouveau Parti démocratique (NPD) a envoyé une lettre au ministre des Finances, Bill Morneau.

Signée par le chef néo-démocrate Thomas Mulcair et le porte-parole du NPD en matière de Finances, Guy Caron, la missive rappelle entre autres au ministre que c'est lui qui doit habituellement faire parvenir une lettre aux députés de l'opposition avant le dépôt du budget.

Or, selon le NPD, le ministre Morneau a choisi d'ignorer cette tradition et de ne pas consulter les autres députés.

Le NPD demande au gouvernement «de réduire les inégalités économiques, de tenir ses promesses et d'améliorer la justice fiscale pour tous les Canadiens».

Il propose notamment d'améliorer l'accès à l'assurance-emploi, de combler les écarts en matière d'éducation des Premières Nations, et de lutter contre l'évasion fiscale.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer