Desjardins opte pour la jeunesse

À 46 ans, Guy Cormier succède à Monique... (La Presse Canadienne)

Agrandir

À 46 ans, Guy Cormier succède à Monique Leroux à la tête du Mouvement Desjardins.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le suspense n'aura duré qu'un seul tour à l'assemblée extraordinaire du Mouvement Desjardins, samedi, faisant de Guy Cormier, 46 ans, le nouveau président - et le plus jeune de la longue histoire de l'entreprise à occuper ce poste.

«Je suis très heureux d'avoir été choisi pour diriger les destinées de notre Mouvement. Ce sont de lourdes responsabilités et j'y consacrerai le meilleur de moi-même et toutes mes énergies y seront mises», a indiqué en point de presse M. Cormier quelques minutes après le dévoilement des résultats.

«Sous ma présidence, je souhaite que le Mouvement soit reconnu comme une institution financière coopérative où il est simple pour nos membres de faire des affaires. Une organisation qui est humaine, moderne et performante», a ajouté le nouveau patron, qui sera à la tête d'une institution financière qui emploie plus de 47 500 employés et compte près de sept millions de membres et de clients.

La journée de samedi a été forte en émotions pour les aspirants. Dès 9h30, les trois candidats en lice, Daniel Paillé, Guy Cormier et Robert Ouellette, ont pu présenter pour une dernière fois leur vision de l'entreprise aux délégués présents. Un peu après 11h, le verdict est tombé: les 256 membres du collège électoral, qui se sont réunis à huis clos au siège social de l'entreprise à Lévis, avaient tranché pour leur nouveau chef.

Sereine, la présidente du Mouvement depuis 2008, Monique F. Leroux, a assuré qu'elle allait accompagner son successeur jusqu'à la passation des pouvoirs. Ce dernier entrera officiellement en fonction le 9 avril prochain au terme des Assemblées générales annuelles du Mouvement, qui auront lieu au Palais des congrès de Montréal.

«C'est le plus jeune président du Mouvement Desjardins. Je suis très fière. C'est un signe important de relève», a commenté Mme Leroux, qui estime laisser la maison en ordre. «Je me sens sereine et en confiance. Pour moi, je dis: mission accomplie», a ajouté la seule femme en 116 ans d'histoire du Mouvement à avoir occupé la chaise de présidente.

La course aux élections à la présidence s'est enclenchée le 1er février dernier. Au cours des dernières semaines, les candidats ont pu présenter à cinq reprises leurs idées visant à améliorer le Mouvement aux membres du collège électoral.

Service et jeunes

Dans son plan présenté aux délégués, dont La Presse avait obtenu une copie, M. Cormier propose notamment de prendre un virage vers une culture du service et de conquérir les jeunes. Il souligne aussi qu'il souhaite poursuivre l'expansion de l'entreprise au Québec, en Ontario, dans le reste du Canada et sur la scène internationale. Comme troisième ambition, celui qui occupait jusqu'à samedi le poste de premier vice-président réseau des caisses et services aux particuliers chez Desjardins propose d'investir dans les personnes pour renforcer l'organisation et la fierté coopérative, notamment en donnant plus d'autonomie aux employés de première ligne.

«Mes priorités sont évidemment nos membres et notre développement des affaires. Au sein du Mouvement, lorsque je regarde l'environnement dans lequel on vit, il est nécessaire de prendre nos décisions et d'avoir une vision qui est en lien avec nos membres et avec la pérennité du Mouvement Desjardins. Cela va être nos priorités au départ. Par la suite, on va prendre le temps de s'asseoir avec le conseil d'administration et on va regarder le plan de match pour les prochaines années», a affirmé M. Cormier, qui a remercié au passage ses deux rivaux durant la campagne.

Au cours de l'exercice 2015, Mme Leroux a touché un salaire (avec les primes et la valeur du régime de retraite) de 3,9millions$, en hausse de 6,6 %. Elle touchera une allocation de 571 612 $ à la fin de son mandat. Desjardins a souligné qu'il s'agit de bénéfices antérieurs qui remontent à avant son élection, en 2008.

Desjardins est le premier groupe financier coopératif au Canada et le sixième au monde, avec un actif de 248,1 milliards de dollars.

De caissier à président!

Guy Cormier est devenu, samedi, le plus jeune... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 4.0

Agrandir

Guy Cormier est devenu, samedi, le plus jeune président du Mouvement Desjardins. 

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

À 46 ans, Guy Cormier est devenu, samedi, le plus jeune président du Mouvement Desjardins. Et malgré son jeune âge, il est loin d'être un petit nouveau dans l'organisation.

Une carrière débutée il y a 23 ans et dans laquelle il a oeuvré sous la gouverne des présidents Claude Béland (1987 à 2000), Alban D'Amours (2000 à 2008) et Monique F. Leroux (2008 à 2016).

L'histoire débute en 1992. Alors dans la jeune vingtaine, M. Cormier fait ses premiers pas chez Desjardins comme caissier. Le jeune homme originaire de Varennes, sur la Rive-Sud de Montréal, travaille fort et grimpe les échelons au sein de l'entreprise.

Il décroche entre temps un baccalauréat ainsi qu'une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l'École des Hautes Études commerciales (HEC) de Montréal.

Depuis son entrée dans la famille de Desjardins, le nouveau patron a notamment été directeur de comptes entreprises et directeur général de plusieurs caisses à travers la province. De 2009 à 2012, il occupe la chaise de vice-président Finances, Réseau des caisses. En avril 2012, il poursuit son ascension et est nommé premier vice-président Réseau des caisses. Dernièrement, il occupait depuis septembre 2013 le poste de premier vice-président Réseau des caisses et Services aux particuliers chez Desjardins.

En plus de travailler au sein du Mouvement Desjardins, le père de quatre enfants a aussi enseigné la finance pendant près de huit ans au HEC de Montréal. Il est également très engagé dans la communauté auprès de divers organismes, dont la campagne de financement de l'Université du Québec à Rimouski, la Fondation de l'Hôpital Général du Lakeshore ou encore la Maison de soins palliatifs Victor-Gadbois.

Trois questions à Guy Cormier

Q Plusieurs points de services (aujourd'hui, on en compte 1118) et guichets automatiques Desjardins (2080) ont fermé au cours des dernières années. Qu'en pensez-vous?

R Desjardins est l'institution financière au Québec la plus présente et la plus accessible sur son territoire. C'est un fait. Est-ce que cela va continuer d'évoluer? La réponse, c'est oui. Cela va évoluer en fonction des comportements de nos membres. Comment ils utilisent leur coopérative financière. Notre volonté, c'est de demeurer accessible et disponible pour offrir nos services à nos membres partout sur notre territoire.

Q Un ancien président du Mouvement, Claude Béland, a souligné à maintes reprises au cours des derniers mois que Desjardins avait perdu son âme. Qu'en pensez-vous?

R Je travaille chez Desjardins depuis 23 ans. J'ai commencé dans une caisse. J'ai grandi dans le Mouvement coopératif. Je suis à même de très bien savoir que Desjardins ne s'éloigne pas de ses membres. J'invite d'ailleurs nos membres à venir à nos assemblées annuelles de caisse. De se présenter sur nos conseils d'administration. Desjardins au cours des dernières années est l'institution financière la plus présente sur le territoire. La plus accessible. C'est sûr que la société évolue. Que les différents canaux pour rejoindre nos gens évoluent. Mais je suis profondément convaincu que Desjardins est loin d'être une banque.

Q Le dossier des ristournes aux membres a fait couler beaucoup d'encre au cours de la dernière année. Il a même été question à un certain moment de la possibilité de les abolir. Quelle est votre position?

R Au congrès de septembre 2015, nos délégués se sont penchés sur la ristourne. Ils ont pris le temps d'échanger et de débattre et d'en venir à une position où c'est clair qu'on veut faire évoluer nos ristournes. Il y a plusieurs initiatives intéressantes sur la table qui sont en lien avec une ristourne collective, une ristourne individuelle, une ristourne qui pourrait tourner selon le nombre de produits que nos membres détiennent avec la coopérative. Il faut se rappeler aussi que c'est important de maintenir une bonne solidité financière. C'est cet équilibre-là qu'on va chercher, mais il est clair qu'on va se rasseoir avec nos délégués de caisse au cours de mon mandat pour bien positionner l'évolution des ristournes.

Les 10 derniers présidents

  • Cyrille Vaillancourt (1932-1936)
  • Eugène Poirier (1936-1944)
  • Laurent Létourneau (1944-1955)
  • Abel Marion (1956-1959)
  • Émile Girardin (1959-1972)
  • Alfred Rouleau (1972-1981)
  • Raymond Blais (1981-1986)
  • Claude Béland (1987-2000)
  • Alban D'Amours (2000-2008)
  • Monique F. Leroux (2008-2016

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer