RénoVert: coup de pouce à la rénovation

Un nouveau programme de rénovation domiciliaire RénoVert devrait... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Un nouveau programme de rénovation domiciliaire RénoVert devrait profiter à quelque 100 000 contribuables.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le gouvernement du Québec instaure un nouveau programme de rénovation domiciliaire. Après LogiRénov, voici RénoVert.

Le crédit d'impôt remboursable RénoVert profitera à quelque 100 000 contribuables qui bénéficieront d'une aide fiscale totalisant près de 175 millions $, selon le ministère des Finances.

Ce crédit d'impôt vise à encourager les citoyens à entreprendre des travaux de rénovation résidentielle écoresponsable réalisés par des entrepreneurs reconnus.

Les ménages qui voudront profiter de ce nouveau programme de rénovation domiciliaire devront se grouiller pour réaliser les travaux. En effet, il s'appliquera jusqu'au 31 mars 2017.

La valeur du crédit d'impôt remboursable RénoVert correspondra à 20 % des dépenses de rénovation résidentielle admissibles qui excéderont 2500 $.

Ainsi, pour une dépense admissible de 15 000$, la valeur du crédit d'impôt sera de 2500 $. 

Jusqu'à 10 000 $

La valeur maximale du crédit d'impôt sera atteinte lorsque les dépenses de rénovations admissibles atteindront 52 500 $. La valeur du crédit d'impôt ne pourra donc dépasser plus de 10 000 $.

Il y a une grande variété de travaux admissibles à un remboursement : l'isolation d'un toit et des murs, l'étanchéisation des fondations, l'installation de portes et fenêtres ou d'un toit végétalisé ainsi de divers travaux mécaniques visant les systèmes de chauffage, de climatisation et de ventilation.

En plus d'appuyer les efforts des citoyens à accroître l'efficacité énergétique de leur résidence, la mesure budgétaire rapportera gros aux PME du secteur de la rénovation.

«Le crédit d'impôt permettra de soutenir 1,2 milliard $ de dépenses de rénovation résidentielle écoresponsable chez les ménages québécois, soit près de 12 000 $ en moyenne par contribuable bénéficiaire.»

Québec en demande encore plus de la SAQ

Le gouvernement du Québec s'attend à une bien meilleure performance de la part de l'une de ses principales vaches à lait, la Société des alcools du Québec (SAQ).

Le message est clair : la société d'État doit se donner les moyens pour améliorer et mesurer sa performance, et ce, dans le but de favoriser son efficacité et son efficience. 

Et d'accroître, en bout de course, les dividendes versés à l'État.

Le ministre des Finances, Carlos Leitão, veut même comparer la performance de la SAQ à celle à la Régie des alcools de l'Ontario ainsi qu'avec des entreprises privées évoluant dans le commerce de détail.

«À la suite de cet examen, le gouvernement déterminera les voies possibles à suivre pour optimiser davantage les activités de la société d'État», indique le ministère des Finances.

Le gouvernement demande à la société d'État de diminuer le ratio des charges nettes sur les ventes. 

Un bout de chemin a déjà fait.  Ce ratio est passé de 25,2 % en 2004-2005 à 18,8 % en 2014-2015. L'objectif est de le réduire à 18,6 % en 2016-2017, puis à 18,5 % en 2017-2018.

Selon le ministère des Finances, la réduction du ratio des charges nettes sur les ventes devrait permettre à la SAQ d'augmenter son résultat net annuel de 23 millions $ en 2017-2018.

En 2014-2015, la SAQ a présenté un résultat net d'un peu plus de 1 milliard $, une progression de 3,1 % par rapport à l'exercice précédent. Selon les prévisions du Ministère, ce résultat devrait afficher 1,1 milliard $ en 2017-2018. 

Au terme de l'exercice 2014-2015, la SAQ a versé un dividende de 1 milliard $ au gouvernement du Québec, soit 13 millions $ de plus que le montant anticipé dans le budget de juin 2014.

Services en ligne et plaques personnalisées pour la SAAQ

Le gouvernement du Québec demande à la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) de miser davantage sur les nouvelles technologies. La société d'État devra «augmenter l'offre de services en ligne et offrir un rabais à ceux qui s'en prévaudront». Le certificat d'immatriculation deviendra permanent et son renouvellement, tout comme celui du permis de conduire, se fera de façon automatique. Une seule facture sera envoyée au conducteur pour les deux. Québec revient également à la charge avec la production de plaques d'immatriculation personnalisées. Un tel projet avait été mis de l'avant par les péquistes, puis abandonné. «Les propriétaires pourront inscrire sur leur plaque une séquence alphanumérique au choix, laquelle devra être acceptable d'un point de vue éthique», peut-on lire dans les documents du budget. La SAAQ espère en tirer des revenus de 5 millions $ dès 2017-2018.  Annie Morin

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer