La Grande-Bretagne en guerre contre les écarts de salaire homme-femme

Actuellement, les hommes britanniques gagnent en moyenne 19... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Actuellement, les hommes britanniques gagnent en moyenne 19 % de plus que les femmes, temps partiel et temps plein confondus, et 9,4 % de plus pour les seuls temps plein.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

Le gouvernement britannique a annoncé vendredi que les entreprises de plus de 250 salariés seraient obligées, à partir de 2018, de publier les écarts de salaires entre les hommes et les femmes en leur sein.

«Ces dernières années, nous avons vu de bons employeurs faire des progrès pour réduire l'inégalité entre les sexes», a expliqué Nicky Morgan, ministre des Femmes et des égalités. «Mais la tâche ne sera pas finie tant que nous ne verrons pas les talents des femmes et des hommes reconnus également et équitablement dans chaque lieu de travail», a-t-elle ajouté.

Cette mesure concerne 8000 entreprises qui devront publier les différences moyennes de salaires et de primes versées aux hommes d'un côté et aux femmes de l'autre.

Le premier classement de ce type sera publié en 2018, et permettra dès lors aux femmes de pouvoir comparer les pratiques entre les différentes entreprises et entre les secteurs d'activité.

«Un pas dans la bonne direction»

La secrétaire générale du Trade Union Congress, la confédération des syndicats britanniques, Frances O'Grady, a salué «un pas dans la bonne direction», mais a regretté que les mesures n'aillent pas plus loin, par exemple en ne forçant pas les employeurs à expliquer «pourquoi de telles différences de salaire existent et quelles actions ils conduisent pour les réduire».

La confédération syndicale a rappelé que les hommes gagnaient en moyenne 19 % de plus que les femmes, temps partiel et temps plein confondus, et 9,4 % de plus pour les seuls temps plein.

La directrice générale de la CBI, la principale organisation patronale du pays, Carolyn Fairbairn, a espéré que la publication des classements ne serait «pas utilisée pour nommer et humilier des entreprises», soulignant que les données publiées seraient «partielles, particulièrement compte tenu du mélange entre temps partiel et temps plein et des différences sectorielles».

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer