Claude Béland inquiet qu'aucun membre du C.A. ne brigue la présidence de Desjardins

Claude Béland a dirigé le Mouvement Desjardins de... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Claude Béland a dirigé le Mouvement Desjardins de 1987 à 1999.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'ancien président du Mouvement Desjardins Claude Béland est «inquiet» de voir qu'aucun membre du conseil d'administration actuel n'a brigué la présidence de l'institution financière.

«Ce sont eux qui, normalement, et je l'espère, ont conseillé Monique F. Leroux durant plusieurs années. Cette dernière était un peu la porte-parole de la décision majoritaire du conseil. Et là, aucun d'entre eux [24 membres] n'a jugé avoir les compétences requises pour devenir président? C'est décevant et inquiétant», a indiqué au bout du fil celui qui a dirigé le Mouvement de 1987 à 1999, ajoutant qu'il est surprenant que «pour une grande organisation comme Desjardins, on ne réussisse à présenter que trois candidats, donc deux sont des employés, alors que tous les membres de la Caisse pouvaient se présenter», déplore-t-il.

Mardi, Desjardins a dévoilé par voie de communiqué les trois candidats qui ont postulé à la présidence, soit Daniel Paillé, ancien chef du Bloc québécois, Guy Cormier, premier vice-président réseau des caisses et services aux particuliers, et Robert Ouellette, premier vice-président technologies et centre de services partagés.

En 2000, Alban D'Amours avait dû livrer bataille contre six candidats avant d'obtenir son premier mandat. Il avait été réélu en 2004. Mme Leroux comptait quant à elle sept adversaires en 2008. En 2012, elle avait été réélue par acclamation. 

«La plupart du temps, c'était des membres du conseil, des dirigeants, des représentants des membres qui étaient candidats, pas seulement des représentants des employés», affirme au Soleil M. Béland, faisant allusion à MM. Ouellette et Cormier. «Cela me surprend énormément. Ça me déçoit», ajoute-t-il. 

L'homme d'affaires, aujourd'hui âgé de 84 ans, refuse de donner son appui à un candidat en particulier afin de ne pas nuire au processus électoral. Il souligne toutefois être «surpris» qu'un candidat externe au Mouvement, M. Paillé, soit dans la course. D'ailleurs, depuis la mise en place du nouveau mode électoral, en 2000, cela ne s'est jamais produit.

«La bonne nouvelle, c'est qu'il y a une personne de l'externe qui a réussi à devenir candidat en obtenant l'appui de 10 membres du collège électoral. C'est quand même un homme d'expérience. C'est un ancien ministre [de l'Industrie, du Commerce, de la Science et de la Technologie]. La mauvaise nouvelle, c'est le fait qu'aucune personne qui est dans le processus décisionnel [du Mouvement] ne s'est présentée», insiste M. Béland. «On sent qu'il y a un gros virage. Que Desjardins n'est peut-être plus une association de personnes, mais plutôt une association de capitaux. C'est plus une entreprise qu'une association coopérative, comme le disait M. [Alphonse] Desjardins.»

Selon M. Béland, le prochain président de l'institution financière devrait avoir pour défi que les membres Desjardins retrouvent «leur sentiment d'appartenance avec le Mouvement». «Si j'étais candidat, c'est du moins ce que je ferais. [...] Avant, nous avions un sentiment d'appartenance très fort. C'était à nous autres, les caisses. Aujourd'hui, les gens disent : "C'est pareil partout."»

«Ce n'est pas dramatique»

Du côté du Mouvement Desjardins, le fait d'avoir seulement trois candidats n'est pas une surprise. «Ce n'est pas dramatique. La dernière année de M. Béland en 1997, ils étaient deux candidats», rappelle André Chapleau, porte-parole du Mouvement. «Les gens ont vu ce que le profil exigeait et ils ont sûrement fait une introspection. [...] C'est une fonction très exigeante. Ce n'est pas anormal qu'il n'y ait que trois personnes.»

Le 13 février, une séance privée des 256 membres du collège électoral [certains ne voteront pas] est prévue à l'horaire. Les trois candidats auront alors à se présenter et à expliquer leur vision du Mouvement. Et le 19 mars, les membres du collège électoral auront à se prononcer à huis clos pour leur nouveau patron.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer