Lowe's avale Rona: une transaction de 3,2 milliards $ «inévitable»

Rona et Lowe's ont annoncé mercredi la conclusion... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Rona et Lowe's ont annoncé mercredi la conclusion d'une entente qui fera passer le fleuron québécois de la rénovation sous contrôle étranger.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le fleuron québécois RONA passe aux mains du géant américain Lowe's dans une transaction de 3,2 milliards $ CAN. Cette dernière était «inévitable», selon la direction de RONA.

En 2012, Lowe's (NYSE : LOW) avait tenté en vain de mettre le grappin sur l'entreprise québécoise avec une offre de 1,8 milliard $, qui avait été qualifiée «d'hostile» par plusieurs. Le ministre des Finances de l'époque, Raymond Bachand, avait alors bloqué la transaction. 

Cette fois-ci, tout semble indiquer que la compagnie américaine a le champ libre pour devenir la plus importante chaîne de rénovation résidentielle au détail au Canada. La nouvelle ministre de l'Économie, Dominique Anglade, a d'ailleurs déjà donné sa bénédiction.

Pour le président et chef de la direction de RONA, Robert Sawyer, la vente de la compagnie québécoise fondée en 1939 n'était qu'une question de temps. «Si nous n'avions pas bougé et que Lowe's avait ouvert entre 20 et 30 magasins au Québec, c'est certain qu'on aurait géré de la décroissance», a-t-il souligné lors d'un point de presse. «Sans transaction, nous n'aurions pas disparu, mais soyez assuré que lorsqu'un concurrent avec les poches creuses arrive, cela met de la pression sur les résultats.»

Pour sa part, le président du conseil d'administration de RONA, Robert Chevrier, a répété à plusieurs reprises mercredi que la transaction était «inévitable».

Jusqu'à présent, la transaction a été approuvée à l'unanimité par les conseils d'administration des deux sociétés. Les actionnaires de RONA (TSX : RON, RON.PR.A) auront quant à eux à se prononcer lors d'une prochaine assemblée extraordinaire sur l'offre. Cette dernière est de 24 $ CAN par action ordinaire, une prime de 104 % par rapport au cours de clôture de l'action de RONA, mardi, à la Bourse de Toronto, et une prime de 38 % par rapport au haut de 17,36 $ CAN qu'a connu le cours de l'action au cours d'une période de 52 semaines.

Déjà, la Caisse de dépôt et placement du Québec - qui possède 17 % des actions de RONA - a souligné être en faveur de l'offre. «Dans l'ensemble, la Caisse estime que la transaction mènera au maintien ou à la croissance de l'activité économique générée par les bannières de RONA au Québec», peut-on lire dans un communiqué.

Outre le maintien du siège social des activités... (Photothèque Le Soleil, PC, Matt Rourke) - image 3.0

Agrandir

Outre le maintien du siège social des activités canadiennes à Boucherville, Lowe's compte notamment maintenir la «vaste majorité» des postes chez Rona en plus de conserver les diverses bannières.

Photothèque Le Soleil, PC, Matt Rourke

Déposée à l'automne

Afin de trouver un terrain d'entente, RONA et Lowe's étaient en pourparlers depuis plusieurs mois. L'offre finale a été déposée l'automne dernier. 

«Nous sommes très heureux de la transaction que nous annonçons aujourd'hui puisqu'elle mise sur les forces de deux grandes sociétés, nous positionnant pour être en mesure de connaître un succès durable au Canada au sein d'une industrie de la rénovation résidentielle en croissance représentant plus de 45 milliards $ CAN. Les motifs stratégiques de cette transaction sont indiscutables pour les deux sociétés», a déclaré par voie de communiqué le président du conseil, président et chef de la direction de Lowe's, Robert A. Niblock.

«Nous prévoyons être en mesure de générer un important bénéfice à long terme pour les actionnaires, les clients, les fournisseurs, les employés et les communautés que nous desservons», a-t-il ajouté.

Le numéro deux de la rénovation aux États-Unis gère actuellement 42 magasins au Canada, soit en Alberta, en Colombie-Britannique et en Saskatchewan. Si les actionnaires de RONA acceptent l'offre, Lowe's prévoit installer son siège social à Boucherville. D'ici cinq ans, la compagnie souhaite doubler la rentabilité de ses activités au pays qui sont dirigées par M. Sylvain Prud'homme, président de Lowe's au Canada.

Dans son contrat avec RONA, Lowe's a notamment accepté de prendre comme engagement de continuer «à exploiter les multiples bannières de RONA» ainsi que «les services de distribution aux détaillants indépendants». L'entreprise prévoit aussi «garder la vaste majorité des employés actuels» et «maintenir en poste des hauts dirigeants clés».

Quant à la question de voir apparaître la bannière Lowe's à la place de RONA, M. Prud'homme a souligné qu'il était «trop tôt pour en parler. Mais RONA a une excellente marque de commerce. Il faudrait que le consommateur envoie un signal très fort pour changer.»

À travers son réseau, RONA exploite près de 500 établissements commerciaux et magasins affiliés indépendants qui, ensemble, emploient plus de 23 000 personnes.  

Le titre de RONA bondit à Toronto

Immédiatement après l'annonce de la transaction faisant passer RONA aux mains de l'Américain Lowe's, le titre de l'entreprise québécoise (TSX : RON) en quincaillerie et rénovation a pratiquement doublé de valeur à Toronto. En effet, le cours de l'action a clôturé à 23,30 $, en hausse de 11,53 $ (+ 97,96 %).

À New York cependant, le titre de Lowe's (NYSE : LOW) n'a pas suivi l'explosion de RONA. L'action a clôturé à 67,42 $US, en baisse de 4,45 $ (- 6,19 %).

Ce qu'ils ont dit...

Le président du C. A. de RONA, Robert Chevrier... (La Presse Canadienne, Ryan Remiorz) - image 5.0

Agrandir

Le président du C. A. de RONA, Robert Chevrier (à gauche), sert la main du président de Lowe's International, Richard Maltsbarger, lors d'une conférence de presse tenue à Montréal, mercredi.

La Presse Canadienne, Ryan Remiorz

«Avec les engagements que Lowe's a pris envers nos employés, le potentiel de nouveaux marchés pour nos fabricants canadiens et l'étendue de l'offre de produits pour nos marchands indépendants, cette transaction représente une occasion idéale pour la croissance soutenue de notre entreprise, tout en procurant une prime attrayante à nos actionnaires.» 

- Robert Chevrier, président du C. A. de RONA

«La transaction permet aussi à Lowe's d'entrer au Québec, où RONA est le chef de file du marché et où nous ne sommes pas présents. Nous avons pris l'engagement de maintenir les activités de RONA à Boucherville, où se situera également le siège social de nos activités canadiennes. Nous planifions aussi de continuer à exploiter les multiples bannières de RONA dans le secteur du commerce de détail ainsi que les services de distribution aux détaillants indépendants.» 

- Robert Niblock, président et chef de la direction de Lowe's

«Si nous n'avions pas bougé et que Lowe's avait ouvert entre 20 et 30 magasins au Québec, c'est certain qu'on aurait géré de la décroissance.» 

- Robert Sawyer, président et chef de la direction de RONA

Dates importantes

6 octobre 1939 Voulant contourner un monopole, un groupe de quincailleries fonde Les Marchands en Quincaillerie ltée.

1960 Incorporation de Quincaillerie Ro-Na inc. Le nom provient des premières syllabes des prénoms de Rolland Dansereau, président de l'époque, et de Napoléon Piotte, agent aux relations extérieures.

1962 Quincaillerie Ro-Na achète Les Marchards en Quincaillerie ltée

1982 Quincaillerie Ro-Na achète les actifs de Botanix, une chaîne de magasins spécialisés en horticulture.

1988 Ro-Na fusionne avec Dismat, une entreprise spécialisée dans les matériaux de construction. L'entreprise prend alors le nom de Ro-Na Dismat.

1994 Les premiers magasins RONA à grande surface commencent à faire leur apparition afin de concurrencer Réno-Dépôt, son principal concurrent.

1998 Ro-Na Dismat, qu'on retrouvait aussi sous les bannières Ro-Na, Le Quincailleur et Dismat, se débarrasse de ces enseignes. L'entreprise prend alors le nom de RONA. 

2000 Début de l'expansion de RONA hors Québec. L'entreprise achète la chaîne Cashway Building Centers, une compagnie ontarienne. En 2001, elle se porte acquéreuse des magasins Revy, Revelstoke et Lansing.

2002 Entrée de RONA à la Bourse de Toronto. 

2003 RONA achète les magasins Réno-Dépôt. Cette acquisition aidera RONA, en guerre commerciale contre Home Depot.

2012 Lowe's fait une offre d'achat non sollicitée évaluée à 1,76 milliard $. Le ministre des Finances de l'époque, Raymond Bachand, s'y oppose. RONA conclut que l'offre ne va pas dans le sens des intérêts de l'entreprise. Lowe's retire son offre en septembre.

2016 RONA est vendue à Lowe's pour 3,2 milliards $ CAN. La transaction obtient la bénédiction du gouvernement du Québec ainsi que de la haute direction de RONA.

Avec Jean-Michel Poirier et La Presse Canadienne

Le fleuron québécois RONA passe aux mains du géant... (Infographie Le Soleil) - image 8.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer