Transcontinental ferme une imprimerie à Québec

Près 140 personnes perdent leur emploi avec la... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Près 140 personnes perdent leur emploi avec la fermeture de l'imprimerie de Transcontinental de la rue Jean-Perrin à Québec.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Transcontinental a annoncé mardi la fermeture de l'une de ses imprimeries à Québec. Cette décision a pour conséquence la perte de 140 emplois d'ici le 30 avril.

La compagnie a confirmé la nouvelle par voie de communiqué. Elle a indiqué que les activités d'impression de produits marketing de son établissement situé au 2850, rue Jean-Perrin, seront transférées dans d'autres usines appartenant à l'entreprise, «principalement vers ses installations de Transcontinental Interglobe en Beauce».

«Les conditions du marché de l'impression changent et nous devons sans cesse nous adapter», a souligné Jacques Grégoire, président de TC Imprimeries Transcontinental. «Dans ce contexte, nous devons revoir l'utilisation de nos équipements pour mieux optimiser notre plateforme.»

Les employés ont appris la mauvaise nouvelle mardi. En avant-midi, ils avaient été convoqués pour une rencontre d'information à 14h. L'employeur a par la suite invité tous les travailleurs qu'ils le désiraient à prendre le reste de leur journée de congé.

Rencontrés dans le stationnement par Le Soleil, certains d'entre eux étaient sous le choc, d'autres n'étaient pas surpris d'apprendre la fermeture des locaux.

Pour Rolland Gratton, un superviseur à la production, cette nouvelle est très difficile à prendre. «Ce n'est jamais agréable. On ne s'attendait pas à ça», affirme celui qui supervise une quarantaine de personnes. «L'imprimerie, ce n'est pas un domaine qui va aller en croissance... On voit que le marché est en baisse, mais de là à dire qu'on allait fermer, non. Je ne sais pas encore ce que je vais faire», ajoute celui qui oeuvre pour Transcontinental depuis environ un an et demi.

L'un de ses collègues, préférant taire son nom, n'est toutefois pas surpris de la fermeture de l'imprimerie, bien qu'il espérait que cela n'arrive pas. «C'est une journée difficile. C'est quelque chose qui pouvait toutefois arriver. La situation du marché est très difficile», confie celui qui compte cinq années d'ancienneté.

Les mises à pied vont se faire graduellement au cours des prochaines semaines. Dès février, plusieurs travailleurs se retrouveront sur le chômage. Une cellule d'aide a déjà été mise en place afin de soutenir les gens dans leur démarche pour se trouver un nouveau travail.

La direction de Transcontinental stipule que quelques employés de Québec pourraient être invités à postuler pour un emploi à l'usine située en Beauce. «Nous prévoyons que le transfert des activités va entraîner la création de quelques nouveaux emplois», a confirmé la vice-présidente aux communications, Jennifer F. McCaughey. «Il se pourrait que certains employés soient invités à postuler en fonction des compétences recherchées.»

«Profession perdue»

Joint en fin de journée, le syndicat des travailleurs de Transcontinental Québec, Teamsters du Canada, dit avoir été surpris «oui et non» par l'annonce. Il déplore le fait que les employés perdent leur emploi, mais aussi «leur profession».

«Il y a deux ans, il y a eu un renouvellement de la convention collective. À l'époque, nous avions fait de grandes concessions. Il fallait déjà envisager d'investir des sous pour mettre à niveau l'usine et cela ne s'est jamais concrétisé. On est très déçu», a commenté le porte-parole du syndicat, Stéphane Lacroix, inquiet de voir une autre imprimerie fermer ses portes.

«Il y a de moins en moins de gens qui travaillent dans ce quart de métier là. Cela disparaît à coup de centaines chaque année. L'âge moyen de nos travailleurs dans cette usine est la mi-quarantaine. C'est un défi considérable pour eux de se retrouver un travail dans une industrie en pleine mutation où il n'y a presque plus d'emplois offerts», ajoute-t-il. Teamsters représente 102 des 140 employés touchés.

Transcontinental (TSX : TCL.A TCL.B) compte plus de 8000 employés au Canada et aux États-Unis, et ses revenus ont été de 2 milliards $ en 2015.

Les activités de son autre imprimerie à Québec, où elle imprime notamment plusieurs journaux, ne sont pas touchées.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer