Projet minier à Schefferville: Tata Steel s'entend avec Québec à Davos

Le site minier du projet DSO exploité par... (Fournie par Tata Steel Minerals Canada)

Agrandir

Le site minier du projet DSO exploité par Tata Steel Minerals Canada, près de Schefferville.

Fournie par Tata Steel Minerals Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spécialeAvec La Presse Canadienne

Le Soleil

(Sept-Îles) Québec place ses pions pour voir démarrer son fameux Plan Nord. L'État envisage d'investir dans le projet minier de Tata Steel Minerals Canada, qui pourrait allonger 400 millions $ d'ici deux ans à Schefferville.

Le premier ministre Philippe Couillard et le géant indien de l'acier ont annoncé mercredi, au premier jour du Forum économique mondial de Davos, la conclusion d'une entente de principe visant la participation du gouvernement dans la mine de fer à enfournement direct, le projet DSO, dans le Nord québécois. 

Malgré la déprime prolongée du prix du fer, Tata Steel Minerals Canada a ouvert la machine en 2015 en complétant la construction de son usine, ce qui lui a permis de faire bondir sa production annuelle. La minière a expédié 2,3 millions de tonnes de fer depuis Sept-Îles, comparativement à 73 000 tonnes en 2014. 

«C'est un défi, mais nous tentons de gérer nos coûts le mieux possible», a affirmé le directeur général de Tata Steel pour l'Inde et l'Asie du Sud-Est, T.V. Narendran. Pas moins de 1 milliard $ - le plus important investissement jamais effectué par Tata Steel à l'extérieur de l'Inde - a déjà été injecté dans le site minier. 

L'aide de Québec permettrait à la société de poursuivre son développement et consolider quelque 300 emplois, dont bon nombre sont occupés par des membres des Premières Nations de la région de Schefferville. Tata Steel espère extraire six millions de tonnes par an de ses gisements situés non loin de la fosse du Labrador. 

En conférence de presse, Philippe Couillard a estimé que l'engagement de Tata Steel démontre que des entreprises sont toujours intéressées à investir en dépit de la débâcle du marché du fer. «Ça envoie un signal d'espoir à la Côte-Nord», a-t-il ajouté, rappelant que la région minière avait reçu son lot de mauvaises nouvelles depuis la chute des prix. 

Actifs de Cliffs 

D'ici le 31 mars, Québec décidera de l'ampleur de la taille de sa participation dans le projet. L'entente prévoit également d'établir des conditions «mutuellement favorables» aux activités de manutention et d'expédition de la production de Tata Steel, via les installations portuaires de la Pointe-Noire à Sept-Îles. 

Le transit de minerai devra se faire en empruntant le chemin de fer Arnaud, le seul atteignant le nouveau quai multiusager, dans lequel Tata Steel Minerals Canada a investi 13 millions $. L'accès au quai est toujours compromis par la liquidation légale de Cliffs Natural Resources, propriétaire du chemin de fer. 

L'État est d'ailleurs en lice pour acquérir les actifs de Cliffs sur la Pointe-Noire, un secteur stratégique pour tout le déploiement du Plan Nord. La vente des installations de Cliffs doit connaître son dénouement d'ici les prochains mois. «Le frein au cours des dernières années était l'accès au port», a expliqué M. Couillard. «Là, on est en train de régler cette question.» 

«Excellente nouvelle»

L'annonce faite en Suisse n'a pas tardé à trouver écho à Sept-Îles, où l'économie tourne au ralenti depuis la dégringolade du cours des ressources naturelles. «C'est une excellente nouvelle», a réagi le président de Développement économique Sept-Îles, Luc Dion. «Ça vient consolider la position de Tata dans un marché qui est difficile.»

Tata Steel Minerals Canada annonçait au début du mois la mise en veilleuse de ses activités pour l'hiver, évoquant «les conditions difficiles» du marché. «Ce geste de confiance du gouvernement va sûrement être très bien reçu par les dirigeants parce que jusqu'à présent, Tata Steel n'avait demandé l'aide de personne», a poursuivi M. Dion. 

Selon lui, la participation possible de Québec dans le projet minier s'inscrit dans la suite des engagements du gouvernement pour déployer le Plan Nord. «C'est un effet combiné, Tata Steel est un partenaire du Port de Sept-Îles, c'est névralgique pour eux aussi que l'on puisse résoudre la question de l'accès au quai», ce que souhaite aussi l'État. 

Pour l'heure, Tata Steel expédie sa production via les installations portuaires de Rio Tinto IOC, le temps que le quai multiusager de Pointe-Noire soit désenclavé. 

Avec La Presse Canadienne

Le ministre de l'Économie, de l'Innovation et des... (MEIE) - image 2.0

Agrandir

Le ministre de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations, Jacques Daoust et le premier ministre, Philippe Couillard, ont signé une entente de principe avec les représentants de Tata Steel. 

MEIE

Qui est Tata Steel Minerals Canada?

  • Propriété de Tata Steel (80 %) et New Millennium Iron (20 %) 
  • Tata Steel, géant indien de l'acier 
  • New Millennium Iron, société canadienne 

Projet DSO

  • Minerai de fer à enfournement direct (Direct Shipping Ore)
  • 1 milliard $ d'investissements 
  • Capacité de production de six millions de tonnes

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer