PotashCorp suspend ses activités au Nouveau-Brunswick 

Une mine de potasse... (ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Une mine de potasse

ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michael MacDonald
La Presse Canadienne
Halifax, Nouvelle-Écosse

Tentant de s'ajuster à la faiblesse des marchés mondiaux d'engrais, Potash Corporation of Saskatchewan a annoncé mardi la fermeture de sa mine Picadilly, dans le sud du Nouveau-Brunswick, pour une période indéterminée, une décision qui privera de travail jusqu'à 430 employés.

La société de Saskatoon, en Saskatchewan, a dit devoir réduire ses dépenses en déplaçant sa concentration vers certaines activités à plus faibles coûts, dans sa province d'origine.

«C'est un jour très difficile pour nos employés et notre entreprise», a affirmé le chef de la direction de PotashCorp, Jochen Tilk, dans un communiqué. «Nous comprenons l'impact significatif que cela a sur nos gens au Nouveau-Brunswick et dans les communautés avoisinantes.»

Cette décision devrait permettre à PotashCorp d'économiser jusqu'à 50 millions $ en 2016, même si ces économies seront contrebalancées par des indemnités de cessation d'emploi non récurrentes de 35 millions $.

La fermeture de la mine porte un dur coup aux efforts du gouvernement provincial pour redresser l'économie du Nouveau-Brunswick.

Le maire de Sussex, Marc Thorne, a affirmé que la fermeture du plus grand employeur direct dans la région représentait un choc pour les 4300 habitants de la ville.

«Ceux qui ont grandi ici et sont allé à la mine pour trouver un emploi ont pu avoir un rythme de vie très confortable et fonder des familles (...) alors nous allons voir une perte significative», a-t-il expliqué lors d'un entretien.

Selon le maire, la société avait investi près de 2 milliards $ au cours des six dernières années pour préparer la mine pour la production, mais des problèmes d'équipement et d'autres difficultés ont entraîné des délais.

Cependant, les délais ne seraient pas à la source de la fermeture, a indiqué M. Thorne. Celle-ci serait davantage attribuable à la baisse de la demande de la part du Brésil, le principal marché pour la production de la mine.

En outre, les coûts d'exploitation de la nouvelle mine s'annonçaient environ trois fois plus élevés qu'en Saskatchewan, en raison de la profondeur des gisements de potasse, a-t-il poursuivi.

Malgré tout, M. Thorne s'attend à ce que la mine rouvre ses portes éventuellement. «Je peux vous assurer que PotashCorp n'a pas investi 2 milliards $ ces six dernières années simplement pour s'en aller.»

Environ 35 employés conserveront leur emploi pour assurer l'entretien de l'installation située près de Sussex. Quelque 100 autres travailleurs resteront en poste pendant une transition de quatre mois. Si la société devait décider de rouvrir Picadilly, il faudrait compter environ un an avant que les activités ne puissent reprendre.

Le leader du gouvernement libéral à la Chambre des communes et député au Nouveau-Brunswick Dominic LeBlanc a admis qu'il serait difficile pour les gens de la région de Sussex de trouver de nouveaux emplois.

«L'économie du Nouveau-Brunswick connaît des moments particulièrement difficiles», a-t-il dit à la conclusion d'une retraite du cabinet fédéral à Saint Andrews, au Nouveau-Brunswick.

«Nous ne devrions pas sous-estimer le dérangement personnel et l'inquiétude que cela représente pour ces centaines de familles. L'économie de Sussex dépendait largement de ce géant mondial.»

Faiblesse des marchés

PotashCorp est confrontée à la faiblesse des marchés depuis des années. Des coupes réalisées en 2013 avaient réduit sa production de 3,5 millions de tonnes de potasse.

Lorsque l'entreprise a fait état d'une baisse de ses profits trimestriels et de ses ventes en octobre, elle a aussi annoncé qu'elle fermerait de façon permanente sa mine Penobsquis au Nouveau-Brunswick, supprimant 140 emplois contractuels.

La mine, adjacente à l'installation de Picadilly, devait fermer en 2016, mais l'arrêt de ses activités a été devancé à novembre 2015.

À l'époque, PotashCorp avait indiqué que la fermeture de Penobsquis permettrait à la société d'augmenter la production à Picadilly, une installation à plus faibles coûts.

PotashCorp a précisé mardi que plus de 100 postes seraient rendus disponibles pour les employés du Nouveau-Brunswick à ses activités en Saskatchewan, et que des fonds seraient disponibles pour des relocalisations.

L'entreprise est le plus grand fournisseur mondial de potasse, utilisée principalement comme engrais. Elle produit aussi de grandes quantités d'azote et de phosphates, qui sont aussi utilisés comme nutriments pour les récoltes.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer