Hydrocarbures à Anticosti: Pétrolia rappelle Couillard à l'ordre

Une étude démontrerait que le projet a plus... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Une étude démontrerait que le projet a plus de 80 % de chances d'être économiquement viable et qu'il a le «potentiel» de générer des profits de 75 milliards $.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Baie-Comeau) Pétrolia a prévenu lundi matin le gouvernement du Québec qu'il ne le laisserait pas couler le projet d'exploitation d'hydrocarbures sur l'île d'Anticosti, malgré les propos du premier ministre Philippe Couillard à la Conférence sur les changements climatiques de Paris au début du mois.

On se rappellera qu'à cette occasion, M. Couillard avait tenté de clouer le cercueil sur les intentions de Pétrolia de soutirer les hydrocarbures du sous-sol de l'île. Le premier ministre avait notamment déclaré n'avoir «aucun enthousiasme pour les hydrocarbures» et aussi que «l'avenir du Québec ne repose pas sur les hydrocarbures», des propos qui ont d'ailleurs réjoui le milieu environnementaliste.

Pétrolia réplique en soulignant que rien dans les ententes entre la compagnie et le gouvernement ne permet à ce dernier de se retirer ou de se soustraire de ses obligations. C'est que le gouvernement, par l'entremise de Ressources Québec, est propriétaire à hauteur de 35% de la société Hydrocarbures Anticosti SEC, qui conduit depuis juillet 2014 les travaux d'exploration sur l'île.

Dans ces ententes, selon l'entreprise, Ressources Québec (57 millions $) et la multinationale française Saint-Aubin (43 millions $) se sont engagées à financer en deux phases les travaux d'exploration de l'île. Jusqu'ici, Québec a versé 13 millions $ et Saint-Aubin, 10 millions $. De plus, même si le premier ministre n'aime pas les hydrocarbures, le président-directeur général de Pétrolia, Alexandre Gagnon, lui a rappelé que l'entente entre Québec et l'entreprise a été négociée à partir d'août 2012, alors que les libéraux étaient au pouvoir.

Déclarations «hautement préjudiciables»

La compagnie indique aussi que les déclarations de M. Couillard sont «hautement préjudiciables». D'ailleurs, le titre de Pétrolia en Bourse a été malmené, perdant de la valeur au cours des derniers jours. Cinglante, l'entreprise soutient dans sa mise au point au premier ministre que les ententes conclues entre les deux parties continuent de s'appliquer et doivent «avoir préséance sur les influences et les ingérences politiques».

Poursuivant dans la même veine, le grand patron de Pétrolia clame que les déclarations du premier ministre sont «irréconciliables avec les résultats très favorables» obtenus jusqu'ici par le programme d'exploration. Il ajoute au passage qu'une étude commandée par le gouvernement conclut «qu'il est tout à fait possible de réaliser le projet de développement économique d'Anticosti tout en assurant la protection de l'environnement et le respect des populations locales».

M. Gagnon dit aussi que l'étude démontre que le projet a plus de 80% de chances d'être économiquement viable et qu'il a le «potentiel» de générer des profits de 75 milliards $. Le pdg conclut en affirmant qu'à «la lumière des déclarations récentes, il est nécessaire de rappeler que ces ententes existent, qu'elles s'appliquent et qu'elles ne sauraient être occultées ou, pire encore, sabotées.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer