Les changements à l'impôt affecteront le budget des Canadiens

Avec la baisse d'impôt pour les salaires situés... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Avec la baisse d'impôt pour les salaires situés entre 45 282 $ et 90 563 $, cela signifie que tout le monde, pas seulement le un pour cent des salariés, devra surveiller ses finances.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Craig Wong
La Presse Canadienne
Ottawa

Bien que la vaste majorité des Canadiens ne soient pas touchés par l'ajout d'une nouvelle tranche d'imposition pour les salaires de plus de 200 000 $ par année, tout le monde devra revoir ses plans financiers, conseillent des experts.

Si cette hausse d'impôts ne touchera que le un pour cent le plus fortuné, la limite de cotisation aux comptes d'épargne libre d'impôts (CÉLI) sera réduite à 5500 $ pour tous, en 2016.

Avec la baisse d'impôt pour les salaires situés entre 45 282 $ et 90 563 $, cela signifie que tout le monde, pas seulement le un pour cent des salariés, devra surveiller ses finances.

Pour Peter Bowen, vice-président, Recherche sur la retraite et la fiscalité chez Fidelity Investments, ces changements rendent «plus important que jamais» de demander conseil à des experts.

Ce qu'il faut faire dépend de votre tranche de revenu. Mais comme ces fourchettes étant plus nombreuses désormais, la planification est plus complexe.

À ceux qui voient leur taux d'imposition baisser, M. Bowen conseille de s'assurer de réclamer la déduction sur les revenus de l'année 2015 pour maximiser sa valeur, si vous prévoyez cotiser à un Régime enregistré d'épargne-retraite (REER). Toutefois, ceux qui gagnent plus de 200 000 $ pourraient vouloir retarder la déduction d'impôt sur leurs cotisations à un REER à 2016, année où entrent en vigueur les nouveaux taux d'imposition.

David Steinberg, associé en fiscalité chez Ernst & Young, affirme que ceux qui gagnent plus de 200 000 $ par année devraient aussi tenter de maximiser leurs revenus de 2015 en cristallisant tout gain en capital ou en empochant maintenant tout bonus ou revenu différé avant que n'entre en vigueur le nouveau taux d'imposition.

«Je pense qu'on va voir beaucoup de gens gérer leurs revenus imposables», croit-il.

M. Bowen conseille aussi aux Canadiens de prévoir avec précaution leurs besoins financiers futurs lorsque viendra le temps de cotiser à un CÉLI ou un REER. Combien gagnerez-vous tout au long de votre carrière? À quel stade de votre carrière vous trouvez-vous? Où serez-vous à la retraite? Toutes ces questions comptent.

«Ce sont les questions auxquelles les gens doivent être préparés à penser, à tout le moins, parce qu'ensuite, la décision d'utiliser un REER ou un CÉLI devient plus importante», explique M. Bowen.

Avantages d'un REER

L'avantage d'un REER est que l'argent cotisé aujourd'hui ne sera pas imposé jusqu'à la retraite, alors que vos revenus seront probablement moins élevés, donc correspondant à une braquette d'imposition moindre.

Au contraire, les cotisations à un CÉLI ne génèrent pas de déduction d'impôt, mais tout revenu d'investissement sur cet argent ne sera pas imposé. Donc si vous pensez que vous serez dans la même catégorie d'impôt ou dans une plus élevée, cotiser à un CÉLI est plus sensé.

La nouvelle limite de cotisation à un CÉLI touchera cependant tous les Canadiens, pas seulement les plus riches. Les retraités cherchant à abriter une partie de leur bas de laine de l'impôt devront donc aussi y penser.

Les changements à l'impôt faisaient partie de la plateforme libérale lors de la campagne électorale.

La baisse d'impôts de la seconde tranche de revenu fera économiser jusqu'à 679 $ aux Canadiens qui gagnent moins de 200 000 $.

En plus de ces changements, les libéraux ont mis fin au controversé programme de fractionnement du revenu pour les familles, mis en place par les conservateurs. Les impôts seront donc plus élevés pour les familles où un parent gagne beaucoup plus d'argent que l'autre.

D'autres nouveautés pourraient aussi venir. Les libéraux ont notamment promis un programme de prestations pour enfants pour remplacer dès juillet 2016 la prestation universelle pour la garde d'enfants. Ce nouveau programme prévoit de meilleures prestations pour les familles les plus pauvres. Les montants baisseront à mesure qu'augmente le revenu familial, jusqu'à être nul pour les plus riches.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer