L'accord sur le climat, la cerise sur le gâteau pour CO2 Solutions

L'usine pilote de CO2 Solutions installée à Salaberry-de-Valleyfield.... (Fournie par CO2 Solutions)

Agrandir

L'usine pilote de CO2 Solutions installée à Salaberry-de-Valleyfield.

Fournie par CO2 Solutions

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pour Evan Price, l'accord international intervenu à l'occasion de la conférence de Paris sur le climat pour limiter le réchauffement de la planète est un peu comme la cerise sur le gâteau.

«Il y a eu, à Paris, une entente globale. Bravo! Par contre, avant ça, il y avait eu les engagements pris individuellement par les pays participants. C'est aussi important, à mon avis, que l'entente globale qui, elle, va permettre de réaffirmer les engagements pris par les gouvernements et même, dans certains cas, de les bonifier.»

Selon le président et chef de la direction de CO2 Solutions, une entreprise de Québec qui a mis au point des technologies brevetées permettant la capture et la séquestration du dioxyde de carbone (CO2) notamment pour les sables bitumineux de l'Alberta et autres sources de combustion du gaz naturel, c'est le message envoyé aux entreprises privées par les participants à la COP21 qui est important à retenir.

Surtout à celles qui se traînent les savates et continuent à rejeter des tonnes de CO2 dans l'atmosphère sans en mesurer les conséquences sur le climat.

«Un échec de la conférence de Paris aurait été interprété par certaines entreprises récalcitrantes comme une excuse pour continuer à se traîner les pieds. Aujourd'hui, elles doivent prendre acte de l'accord de Paris et comprendre que l'on ne peut plus émettre du CO2 comme elles le font actuellement», indique Evan Price.

CO2 Solutions se prépare depuis 1997 à cette prise de conscience collective des effets de l'émission des gaz à effet de serre sur le climat.

«Notre entreprise a vu le jour avant son temps», explique Evan Price, qui dirige une équipe d'une vingtaine de personnes. «Toutes ces années de recherche et de développement nous ont permis de bâtir un portefeuille de propriétés intellectuelles qui est déterminant, aujourd'hui, pour l'avenir de la compagnie.» Au 30 septembre, CO2 Solutions détenait 48 brevets. Une quarantaine d'autres sont en cours d'homologation.

Toutes ces années de recherche et développement ont aussi coûté cher aux actionnaires et aux partenaires financiers de la société publique. Evan Price évoque une somme de 50 millions $.

Heureusement pour CO2 Solutions, l'heure de la commercialisation approche.

Usine pilote

La recette secrète de CO2 Solutions, c'est l'utilisation d'une enzyme pour la capture du CO2 rejeté dans l'atmosphère à partir de différents procédés industriels tels que les sables bitumineux et les centrales électriques alimentées au gaz. Cette fameuse enzyme, l'anhydrique carbonique, est présente dans les organismes vivants.

Pour leur part, les principaux concurrents de CO2 Solutions ont plutôt recours à des produits chimiques toxiques. «La solution, à notre avis, n'est pas de remplacer un polluant par un autre polluant. Contrairement aux technologies conventionnelles, la nôtre est propre», insiste Evan Price.

En laboratoire, CO2 Solutions a réussi à faire la démonstration que sa technologie enzymatique brevetée réduisait les coûts associés à la capture du carbone à un niveau commercialement viable.

Restait à construire une usine pilote de grandeur nature pour confirmer le potentiel de sa technologie de capture et de séquestration du carbone.

Ce qui a été fait, ces derniers mois, alors qu'une unité de démonstration d'une capacité de 10 tonnes installée sur un générateur de vapeur a fonctionné pendant 2500 heures. Chaque jour, elle capturait 15 tonnes de CO2. «Il s'agissait du plus grand et du plus long projet de démonstration de capture du CO2 à base d'enzymes jamais construit et exploité à ce jour», fait valoir Evan Price.

D'ici peu, une firme d'ingénierie indépendante rendra son verdict sur les résultats obtenus par l'usine pilote.

La compagnie, elle, parle déjà d'une réussite. La capture de CO2 a été constante durant les 2500 heures de fonctionnement et la pureté du CO2 produit répond aux normes industrielles en vue de sa réutilisation pour les serres, les papetières ou pour la fabrication de boissons gazeuses.

Chez CO2 Solutions, les actionnaires et les dirigeants attendent depuis bientôt 20 ans les premières retombées commerciales de sa technologie enzymatique.

Leur patience sera-t-elle bientôt récompensée?

En attendant, le titre de CO2 Solutions (TSX de croissance : CST) à la Bourse de Toronto affichait 21 ¢ jeudi à la fermeture des marchés.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer