La dette des ménages a atteint 163,7 % du revenu disponible

La semaine dernière, Ottawa a annoncé de nouvelles... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La semaine dernière, Ottawa a annoncé de nouvelles mesures visant à stabiliser le marché de l'immobilier, en exigeant notamment des mises de fonds plus importantes pour les habitations de plus de 500 000 $.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Craig Wong
La Presse Canadienne
Ottawa

La dette des ménages canadiens a atteint un nouveau record au troisième trimestre, la croissance de l'activité d'emprunt ayant surpassé celle du revenu.

Le niveau d'endettement des ménages, soit le ratio de leur dette au revenu disponible, s'est établi à 163,7 %, a indiqué lundi Statistique Canada, en hausse par rapport à 162,7 % au deuxième trimestre.

Cela signifie que le ménage moyen a une dette d'environ 1,64 $ pour chaque dollar de revenu disponible.

«La détérioration observée dans les manchettes était attendue, alimentée par la stagnation de la croissance des revenus combinée à un emprunt toujours copieux», a observé l'économiste en chef de la Banque de Montréal, Doug Porter.

«Les vigoureux marchés du logement en Colombie-Britannique et en Ontario font grimper la croissance des hypothèques, ce qui a le dessus sur la faiblesse dans les régions productrices de pétrole. D'un autre côté, le déclin soutenu des prix du pétrole et des autres matières premières ralenti la croissance des revenus.»

Le revenu disponible des ménages a progressé de 0,8 %, tandis que la dette des ménages contractée sur le marché du crédit a avancé de 1,4 %.

La dette totale des ménages sur le marché du crédit, qui comprend le crédit à la consommation, les hypothèques et les prêts non hypothécaires, a atteint 1892 milliards $. Le crédit à la consommation se chiffrait à 572,3 milliards $, tandis que les hypothèques totalisaient 1234 milliards $.

La dette des ménages et le marché du logement sont des sources d'inquiétude pour les économistes et les décideurs politiques.

Nouvelles règles

La semaine dernière, Ottawa a annoncé de nouvelles mesures visant à stabiliser le marché de l'immobilier, en exigeant notamment des mises de fonds plus importantes pour les habitations de plus de 500 000 $.

Mais selon l'économiste Diana Petramala, les nouvelles règles ne toucheront vraisemblablement qu'un petit segment de l'ensemble du marché du logement.

«Cependant, dans un paysage où le chômage est en hausse, le niveau d'endettement devrait toujours continuer à avancer pendant 2016», a souligné Mme Petramala.

«La combinaison de la hausse du chômage et du déclin des prix des maisons est une inquiétude immédiate pour les régions productrices de pétrole comme l'Alberta et la Saskatchewan.»

La faiblesse des taux d'intérêt a aidé les consommateurs à gérer leurs dettes, mais certains observateurs s'inquiètent de ce qui pourrait arriver lorsque les taux d'intérêt vont éventuellement commencer à grimper.

La publication du plus récent rapport de Statistique Canada survient à la veille de celle de la Revue du système financier de la Banque du canada, laquelle comprendra un examen de la dette des ménages et des potentielles vulnérabilités du système financier.

Pas d'impact sur la banque centrale

Mais M. Porter a noté que même si le niveau d'endettement des ménages était à un nouveau sommet, il n'aurait vraisemblablement pas d'impact sur la politique monétaire de la banque centrale.

«Dans sa plus récente déclaration sur la politique, la banque a laissé entendre que même si "des vulnérabilités dans le secteur des ménages continuaient à augmenter", elle jugeait que "les risques d'ensemble à la stabilité financière évoluent comme prévu"», a souligné M. Porter.

Le ratio du service de la dette des ménages, qui correspond au total des paiements obligatoires de capital et d'intérêts en proportion du revenu disponible ajusté pour tenir compte des intérêts payés, a glissé à 13,6 %.

Le ratio du service de la dette correspondant aux intérêts versés sur les emprunts hypothécaires et non hypothécaires en proportion du revenu disponible a reculé à un creux record de 6,1 %.

Le ratio de la dette totale des ménages au total des actifs a légèrement progressé au troisième trimestre pour atteindre 17 %, comparativement à 16,9 % au deuxième trimestre.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer