Des retombées par milliards pour Star Wars

Pour Star Wars épisode VII - Le réveil... (Fournie par Disney)

Agrandir

Pour Star Wars épisode VII - Le réveil de la force, il y a huit fois plus de billets réservés que le film ayant eu le record précédent.

Fournie par Disney

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La force est certainement du côté de Disney, qui frappera fort en matière de retombées économiques, autant avec les entrées au cinéma pour l'épisode VII de Star Wars qu'avec les produits dérivés, qui vont des figurines aux jouets, en passant par le maquillage et les vêtements.

La valeur émotionnelle de la franchise s'est transmise d'une génération à l'autre depuis près de 40 ans et ne semble pas sur le point de faiblir. Maître Yoda dirait assurément qu'il sent «le réveil de la force»... économique.

Selon le Daily Telegraph de Londres, Disney a dépensé près 300 millions $ pour tourner le septième épisode en Grande-Bretagne.

Si le montant semble astronomique, les spécialistes du cinéma s'attendent à ce que cet épisode fracasse les records des entrées au cinéma de Hunger Games et de Jurassic World, voire d'Avatar, qui détient le record global de tous les temps avec 2,8 milliards $.

Pour The Hollywood Reporter, les revenus au box-office varieront entre 170 millions et 240 millions $ pour la première fin de semaine de présentation du film aux États-Unis.

D'autres sources parlent de recettes dépassant les 600 millions $, pour frôler le milliard de dollars dans les premières semaines à travers le monde. Et les produits dérivés pourraient apporter des revenus additionnels de 5 milliards $ dans la prochaine année.

Le magazine Forbes affirme que si la prévente des billets pour le cinéma est un bon indicateur, le film fera tout un tabac. Il y a huit fois plus de billets réservés que le film ayant eu le record précédent. Pour Forbes, les revenus au box-office pourraient varier de 517 millions à 625 millions $ en Amérique du Nord. En comparaison, Hunger Games en 2012 avait fait un peu plus de 650 millions $ dans le monde.

Le professeur Aswath Damodaran, du Stern School of Business de l'Université de New York, évalue les revenus globaux de l'épisode VII à un peu plus de 1 milliard $. Incluant les ventes de DVD du film et la location, les jouets, les livres, les jeux vidéo sur console ou sur le Web, notamment celui produit par Electronic Arts, les sériés télévisées et tous les autres objets dérivés possibles, M. Damodaran estime l'ensemble des revenus possibles à 5,3 milliards $.

Selon les données compilées par CNBC et The Hollywood Reporter, lorsque le conglomérat Disney a acheté Lucasfilm en 2012, il a payé 4,1 milliards $ pour l'entreprise et la franchise. Certains concurrents et des analystes trouvaient que Disney avait payé trop cher... Pourtant, les finances de Disney semblent bien se porter, car l'entreprise a déclaré des revenus de 49 milliards $ l'an dernier.

Les produits dérivés, la manne pour Disney

Disney joue gros sur tous les tableaux avec le prochain film de la série Star Wars, affirme le professeur Yan Cimon, de la Faculté des sciences de l'administration de l'Université Laval. «Les perspectives de revenus sont phénoménales», avoue-t-il.

Si l'engouement est grand pour le film, mais c'est tout ce qu'il y a autour qui sera payant pour le conglomérat dont toutes les divisions pourront décliner l'univers Star Wars sous toutes les formes imaginables.

«Disney pourra lancer un nouveau parc thématique, une nouvelle série dans ses réseaux de télévision, des bandes dessinées et des dessins animés», continue M. Cimon. «Sans compter l'entente avec Hasbro jusqu'en 2020 pour la production de jouets et de figurines tirés du film. Hasbro pourrait avoir des revenus entre 500 millions $ et 750 millions $ uniquement avec les jouets Star Wars. Je parie qu'il y aura beaucoup de ces jouets sous le sapin à Noël.»

Selon lui, la grande force de Disney réside dans la cohérence de l'utilisation de la marque Star Wars dans toutes ses divisions. Il note même ce qui se passe dans l'alliance avec la chaîne Subway. Dans les publicités télévisées, on ne vend pas un sandwich, mais on parle de verre Star Wars. La marque fait sa place dans les produits de consommation quotidiens.

«Un film comme Avatar a été un succès monstre au cinéma. C'était spectaculaire, mais il n'a pas créé le même engouement que Star Wars, qui mise sur une relation émotive des amateurs avec cette franchise depuis les tout débuts. Une émotion qui s'est transmise de génération en génération», analyse-t-il.

L'engouement est si grand pour le nouvel épisode de Star Wars, souligne-t-il, que plusieurs producteurs ont choisi de retarder la sortie de leur film au lieu d'être éclipsés et de passer sous le radar des cinéphiles. 

La valeur de la franchise

Les revenus de la franchise Star Wars selon CNBC et The Hollywood Reporter avant la sortie de Star Wars épisode VII - Le réveil de la force

4,4 G$ 

au box-office pour les six premiers films et la série animée Clone Wars 

3,8 G$ 

Vente et location de DVD 

2,9 G$ 

Les jeux vidéo  

1,8 G$ 

Les livres (romans et bandes dessinées)

12 G$ 

Les jouets, ainsi que 1,3 milliard $ pour les autres produits dérivés

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer