Projet de 4000 logements près de la rivière Chaudière à Lévis

Quatre hommes d'affaires veulent changer la vocation de... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Quatre hommes d'affaires veulent changer la vocation de terrains situés tout près de la rivière Chaudière (en haut à gauche) afin d'y bâtir un nouveau pôle urbain, qui relierait les quartiers Saint-Étienne-de-Lauzon, Breakeyville et Saint-Rédempteur.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Quatre hommes d'affaires influents demandent à la Ville de Lévis de changer la vocation de terrains situés tout près de la rivière Chaudière afin d'y bâtir un tout nouveau pôle urbain, qui relierait les quartiers Saint-Étienne-de-Lauzon, Breakeyville et Saint-Rédempteur. Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, soutient qu'il est encore «trop tôt» pour se prononcer sur ce projet.

Appelé le Quartier des dialogues, le projet prévoit des investissements de 1 milliard $ et la construction de 4000 logements, dont une communauté pour personnes âgées. Il est présenté pour la toute première fois dans un mémoire de 30 pages soumis lundi lors de consultations publiques sur le nouveau schéma d'aménagement de la Ville.

Le projet est soutenu par Serge Dussault, vice-président chez Roche et promoteur immobilier, Jacques Tanguay, d'Ameublements Tanguay, et les frères André et Daniel Bertrand, anciens distributeurs en alimentation et copropriétaires des terrains depuis 25 ans. Joint au téléphone, M. Dussault n'a pas voulu commenter davantage ce projet qu'il qualifie d'«embryonnaire». M. Dussault est aussi copropriétaire du club de golf La Tempête, à Breakeyville.

Le mémoire déposé permet toutefois d'apprendre que des habitations de toutes sortes sont envisagées. Des commerces de proximité, des industries de pointe (par exemple des pharmaceutiques) et des sentiers linéaires le long des berges des rivières Chaudière et Beaurivage compléteraient le portrait de ce nouveau quartier.

Quatre hommes d'affaires influents demandent à la... (Infographie Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

Nouveau pont

L'emplacement visé, nommé la pointe Saint-Grégoire, est présentement complètement boisé. Il est enclavé entre l'autoroute 73 et la rivière Chaudière, là où elle forme un grand méandre, à Saint-Étienne-de-Lauzon.

Pour désenclaver le secteur, les promoteurs suggèrent ni plus ni moins la construction d'un nouveau pont au-dessus de la rivière Chaudière. Selon eux, ce pont serait un véritable «trait d'union» entre l'est et l'ouest de la ville.

Appelé à commenter ce projet, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, s'est fait très prudent. «On va le regarder, mais on va aussi regarder tous les autres projets et on va juger de façon globale», a-t-il réagi. Le maire veut s'assurer de densifier la ville «aux bons endroits».

Et la possibilité de construire un pont au-dessus de la Chaudière? «Ce pont-là, nous, c'est du moyen à long terme. Je pense pas que ça va se faire avant 10 ans», lance-t-il. Au ministère des Transports, le porte-parole Bryan St-Louis affirme qu'aucun projet semblable n'est dans les cartons d'ici 2024.

Les hommes d'affaires souhaitent que la Ville revienne sur sa position de qualifier cette zone de «rurale» pour les 10 prochaines années et qu'elle entre plutôt dans le périmètre urbain. Le maire a répété à de nombreuses reprises qu'il n'y aurait pas de développement à Lévis en dehors du périmètre urbain.

Vision concurrente

La vision du groupe Dussault, Tanguay et Bertrand pourrait s'entrechoquer avec celle du Boisé de la chaudière, un camping haut de gamme avec un potentiel de 371 emplacements situé plus au sud de la pointe Saint-Grégoire, tout près de Méchoui international. Dans son mémoire présenté à la Ville, le président Nicolas Chouinard indique qu'il souhaite investir 30 millions $ pour développer une zone récréotouristique comprenant un parc aquatique, avec glissades et piscine à vagues, de même que des sentiers en forêt avec tyrolienne.

Renouveau Lévis trouve que la Ville va trop vite

Seul parti d'opposition (qui ne compte aucun élu), Renouveau Lévis a souhaité réagir au nouveau schéma d'aménagement de la Ville.

«On s'interroge surtout sur le rythme que la Ville s'impose. Accueillir 25 000 nouveaux résidents en 10 ans, c'est beaucoup», estime Gaston Cadrin, porte-parole du groupe.

Dans son mémoire, Renouveau Lévis soutient que ce développement accru «paraît téméraire et incompatible avec le développement durable».

«Le hic là-dedans, c'est que le transport ne suit pas! Si tous ces nouveaux résidents-là ont une voiture parce que l'autobus rapide, il n'est pas encore là, ça va être quoi sur les routes? Ça va être encore plus congestionné», ajoute M. Cadrin.

***

Lévis investit 17 millions $ dans ses parcs industriels

La Ville de Lévis a annoncé mercredi qu'elle investira 17 millions $ au cours des cinq prochaines années pour faire de l'espace dans deux de ses parcs industriels : Bernières, à l'ouest de la ville, et Lauzon, à l'est. De ce montant, 12 millions $ serviront à construire des rues et 5 millions $ iront à l'acquisition de terrains. À terme, la Ville veut rendre disponibles deux millions de mètres carrés supplémentaires pour de nouvelles entreprises. «Je ne vous mens pas, depuis le mois d'août, on a reçu une trentaine de demandes d'entreprises qui voulaient s'installer chez nous et on a été capables de dire oui seulement à cinq. On a été obligés de rejeter toutes les autres», lance le maire de Lévis, Gilles Lehouillier. C'est pourquoi les investissements sont pressants, surtout dans le parc industriel Bernières, qui est très demandé. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer