Du pétrole du pipeline Enbridge bientôt à la raffinerie Valero

Le brut en provenance de l'Ouest sera acheminé... (Archives La Presse)

Agrandir

Le brut en provenance de l'Ouest sera acheminé jusqu'au terminal de Suncor de Montréal-Est, où il sera entreposé avant de prendre la route vers Québec, sur le Saint-Laurent, à bord de pétroliers.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Valero commencera à recevoir dans les prochaines semaines du pétrole en provenance de l'Ouest canadien, via l'inversion du pipeline 9B de la firme Enbridge. Ces 130 000 barils quotidiens permettront d'assurer la moitié de l'approvisionnement en brut de la raffinerie lévisienne.

Le brut sera acheminé jusqu'à son terminal de Montréal-Est, où il sera entreposé avant de prendre la route vers Québec, sur le Saint-Laurent, à bord de pétroliers, explique la directrice générale Martine Péloquin. Valero a procédé dans les dernières années à des investissements de près de 200 millions $ pour être en mesure de composer avec cette nouvelle source d'approvisionnement.

«Le renversement du projet Enbridge n'a pas commencé, mais ça devrait se faire en décembre», précise Mme Péloquin en entrevue au Soleil, ajoutant que le prix du brut de la ligne 9B est «très attrayant pour nous».

«Ce pétrole n'est pas plus sale que celui qu'on reçoit d'outre-mer. Il est même meilleur, il n'est pas préraffiné», précise-t-elle.

L'autre moitié de l'approvisionnement en hydrocarbures de Valero provient pour l'instant de l'international, surtout du golfe du Mexique, de l'Afrique et de la mer du Nord. «Nos achats sont effectués par une équipe à San Antonio, qui étudie les approvisionnements de toutes nos raffineries, selon les types de pétrole brut disponibles sur le marché. On cherche à obtenir le brut qui offre la meilleure marge [bénéficiaire].»

Pipeline TransCanada : un intérêt

Dans le cas du controversé pipeline d'Énergie Est, de TransCanada, Mme Péloquin indique que Valero, malgré son intérêt, n'a rien signé en vue d'un approvisionnement pour ce pétrole, «de qualité similaire à celui de la ligne 9B, c'est-à-dire du pétrole préraffiné».

«[TransCanada] a un projet de tracé qui passe pas loin de la raffinerie. Nous avons une entente de branchement [au pipeline], mais, par contre, aucun contrat d'approvisionnement. Mais c'est certain que s'il passait [à proximité], nous serions intéressés puisque ça nous donnerait encore plus de flexibilité et de choix. Reste à voir si ce pétrole serait plus profitable pour nous que celui offert à l'international.»

Les installations de Valero ne peuvent que traiter du pétrole léger ou moyen. Il s'agit d'une des formes d'hydrocarbures que transportera le pipeline d'Énergie Est.

Ce projet de pipeline, décrié par les groupes environnementaux et par une partie de la population, fait dire à la patronne de Valero que tous les moyens sont pris pour assurer un transport sécuritaire du pétrole. Le dévoilement du projet final par TransCanada est attendu pour la fin de l'année.

«Du transport pétrolier, il va toujours y en avoir, que ce soit par voie maritime, ferroviaire, terrestre ou par pipeline. On n'a pas le choix, tout le monde se déplace en voiture. Ça en prend. Il faut seulement s'assurer que ça se fasse de façon la plus sécuritaire possible, ce que font les compagnies.»

Le «volet acceptabilité sociale» demeure «important» à la raffinerie lévisienne, insiste-t-elle. «Nous voulons rester le plus transparent possible vis-à-vis la communauté. Nous avons beaucoup investi dans nos programmes d'inspections et environnementaux pour vivre en harmonie avec la communauté et assurer la pérennité de l'usine, qui demeure un joyau pour Lévis.»

À l'heure du réchauffement climatique, une entreprise comme Valero est montrée du doigt par les écologistes pour ses émissions de gaz à effet de serre. Encore là, la directrice générale explique avoir multiplié les efforts pour rendre les installations moins polluantes. «Depuis 1990, nous avons réduit notre intensité énergétique de 21 % pour rencontrer les nouvelles normes, comme le pourcentage de soufre dans le diesel. Pour nous, c'est une priorité.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer