Sondage SOM sur l'habitation: les grands défis du Québec

L'accès à la propriété unifamiliale est un objectif... (123RF/noodles73)

Agrandir

L'accès à la propriété unifamiliale est un objectif visé par la majorité des personnes sondées.

123RF/noodles73

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le vieillissement de la population (67 %) et la capacité des ménages à se loger (66 %) constituent les principaux défis que le Québec aura à relever en matière d'habitation.

Voilà des données tirées d'un sondage SOM et dévoilées lundi à l'occasion du neuvième Rendez-vous de l'habitation qui se tenait au Centre des congrès de Québec.

Mené auprès de 1200 personnes, entre le 9 octobre et le 7 novembre, ce sondage téléphonique visait à évaluer la perception des Québécois à l'égard de l'habitation. «Il s'agit de données préliminaires», a prévenu Julie Fortin, directrice du département de recherche évaluative et des communications chez SOM.

Le prix du loyer (56 %) et l'espace intérieur (50 %) sont les principaux critères de choix d'une résidence, devant la grandeur du terrain (26 %) et la capacité à répondre à des besoins futurs (25 %). Quant à l'emplacement, plus de la moitié des répondants (53 %) le choisissent en fonction de la proximité des services (53 %), de la sécurité de son environnement (39 %), de l'environnement lui-même (33 %) et de la proximité de leur travail (28 %).

Le tiers des répondants (32 %) prévoit déménager dans les cinq prochaines années. Pour quelles raisons? Pour bénéficier d'un meilleur site (61 %), pour avoir un logement d'une grandeur plus appropriée (59 %), pour avoir un logement rénové ou plus récent (49 %), ou pour diminuer ses frais de logement (45 %).

Selon Mme Fortin, il ressort de ce sondage que l'accès à la propriété unifamiliale est un «objectif» visé par la majorité. Parmi les gens qui prévoient déménager, 43 % des propriétaires de maison unifamiliale veulent aller dans ce même type d'habitation; 39 % des propriétaires de condo et 41 % des propriétaires de maison en rangée souhaitent aller vivre dans une résidence unifamiliale.

Qui est responsable de loger les plus démunis? Soixante-dix pour cent des gens ont répondu que le gouvernement, les personnes concernées elles-mêmes et les municipalités se partageaient cette obligation.

Part du revenu

La part du revenu consacrée à l'habitation est en hausse. En 2007, 63 % des répondants au sondage y consacraient moins de 30 % de leurs revenus, par rapport à 42 % cette année. En 2007, 37 % consacraient plus de 30 % de leurs revenus à l'habitation, par rapport à 58 % en 2015. Julie Fortin en conclut que «les dépenses d'habitation occupent une part importante des revenus».

En revanche, 71 % des gens affirment que leurs revenus restants leur permettent de subvenir entièrement ou assez aux autres besoins de leurs ménages.

Les Québécois estiment à 8,1 sur 10 leur satisfaction globale concernant leur résidence et leur environnement. Les gens les plus satisfaits? Les propriétaires, les 55 ans et plus et les habitants des zones rurales.

La marge d'erreur de ce sondage est de plus ou moins 3,9 %.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer