Sportium veut réinventer le magasin de sport

La superficie de Sportium est de 65 000 pieds... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

La superficie de Sportium est de 65 000 pieds carrés.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Sportium veut réinventer le magasinage pour les sportifs dans tous les sports, individuels ou d'équipe. Non seulement le magasin sera une grande surface, mais les vendeurs qui y travailleront ont été triés sur le volet et viennent du monde du sport. Ceux-ci sont soit marathoniens, cyclistes, joueurs de soccer, hockeyeurs ou encore adeptes du yoga.

À quelques jours de l'ouverture des deux nouveaux magasins Sportium, à Québec et à Saint-Hubert, Normand Décarie, président et chef de la direction de SAIL, sent la fébrilité dans les deux magasins dont il a bien hâte d'ouvrir les portes mercredi.

Joint au téléphone alors qu'il jetait un oeil aux derniers préparatifs dans le Sportium de Saint-Hubert, M. Décarie soutient que ces deux commerces constituent une première au Canada. «Nous offrirons des produits spécialisés et une grande sélection digne des spécialistes dans une grande surface, mais avec un service à la clientèle attentionné comme ceux d'une petite boutique», clame-t-il.

La plupart des employés sont en formation pour quelques jours encore afin de parfaire leurs connaissances sur les différents produits. Cependant, affirme M. Décarie, le personnel qui sera dans la section des chaussures de sport vient du milieu de la course. Ce sera la même chose dans les différents rayons, que ce soit pour l'entraînement individuel ou les sports d'équipe.

Pour la grande section du prêt-à-porter, les vendeurs viendront du secteur de la mode, alors que pour les vêtements d'entraînement et ceux pour la pratique de différents sports, ce seront des connaisseurs dans le domaine.

Dans les magasins SAIL, qui se consacrent au plein air, au camping, à la chasse et à la pêche, les vêtements vendus correspondent à ces types d'activités. Chez Sportium, toutefois, ce sera bien différent, dit M. Décarie. «Ce sont des articles pour les sportifs. 

«Il n'est pas question que l'un et l'autre des commerces se cannibalisent dans le marché. Chacun aura son segment de marché et ses spécialités, même si certains clients auront des intérêts dans les produits des deux commerces», précise-t-il. «Si vous cherchez un gant de baseball de type professionnel pour un receveur ou un joueur de champ, je vous promets que vous trouverez ce dont vous avez besoin chez Sportium. Et il n'y aura pas seulement un choix, mais plusieurs options dans les marques reconnues. Ce sera la même chose pour les autres sports d'équipe.» Ce ne sera pas une simple boutique généraliste, répète-t-il.

Pourquoi un magasin à grande surface? «Parce que cela manquait dans le marché, un tel magasin spécialisé», avoue celui qui connaît bien la concurrence pour avoir travaillé quelques années dans le réseau Sports Experts. Il connaît ses concurrents. Mais il ne craint pas la concurrence; il parle plutôt d'un marché spécialisé où il souhaite se démarquer rapidement.

«C'est une niche inexploitée. Avec 65 000 pieds carrés de superficie, nous ne sommes pas limités en termes d'articles à présenter. Il n'y a pas un grand magasin de sport au Québec avec une section de 43 000 pieds carrés pour les vêtements uniquement. Dans bien des cas, cet espace est plus grand que bien des boutiques au grand complet.»

«C'est une niche inexploitée. Avec 65 000 pieds carrés... (fournie par Sportium) - image 2.0

Agrandir

«C'est une niche inexploitée. Avec 65 000 pieds carrés de superficie, nous ne sommes pas limités en termes d'articles à présenter» - Normand Décarie, président et chef de la direction de SAIL

fournie par Sportium

Une section de 43 000 pieds carrés est consacrée pour... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 2.1

Agrandir

Une section de 43 000 pieds carrés est consacrée pour les vêtements uniquement.

Le Soleil, Patrice Laroche

Pas seuls longtemps

Les deux nouveaux Sportium ne resteront pas seuls bien longtemps. M. Décarie veut en ouvrir quelques autres au fil des ans dans les mêmes secteurs où l'on trouve des magasins SAIL au Québec comme en Ontario. Ça fait partie du plan d'affaires d'envisager une expansion en fonction de la réponse des consommateurs à ce nouveau modèle de commerce.

Les deux bâtiments ont nécessité des investissements de 2,5 millions $ chacun, alors que l'inventaire de chacun des commerces vaut dans les 7,5 millions $. Sportium embauchera de 100 à 125 personnes à Québec comme à Saint-Hubert.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer