Exclusif

Supermétal décroche son plus important contrat: l'échangeur Turcot

Une affaire de 3,7 milliards $, la construction... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Une affaire de 3,7 milliards $, la construction de l'échangeur Turcot est sans contredit le plus grand chantier au Québec.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Jean-François Blouin l'assure. Le contrat que vient de décrocher Supermétal des mains du consortium choisi par le ministère des Transports pour la construction de l'échangeur Turcot à Montréal est le plus important que l'entreprise spécialisée dans la fabrication et l'installation de charpentes métalliques n'a jamais obtenu depuis sa fondation en 1959.

Malheureusement, des obligations contractuelles empêchent le pdg de Supermétal de divulguer, pour le moment, le montant du contrat obtenu par la voie d'un appel d'offres fort couru.

«Tout ce que je peux vous dire, c'est que nous livrerons 16 000 tonnes métriques d'acier. C'est beaucoup. À titre comparatif, il en faut 350 tonnes pour construire un Walmart ou un Canadian Tire. Il en a fallu deux fois moins - environ 8000 tonnes métriques - pour la construction du Centre Vidéotron. Avec l'échangeur Turcot, en résumé, c'est comme si nous construisions deux Centres Vidéotron», explique Jean-François Blouin au Soleil

Rappelons que le Groupe ADF, de Terrebonne, avait remporté, en février 2013, l'appel d'offres pour la construction de la structure d'acier de l'amphithéâtre et le contrat de 46,6 millions $ de la Ville de Québec.

Une affaire de 3,7 milliards $, la construction de l'échangeur Turcot est sans contredit le plus grand chantier au Québec. Le projet est piloté par les firmes Construction Kiewit et Parsons du Canada avec la participation des firmes WSP Canada et Holcim Canada réunies sous le chapeau du consortium KPH Turcot.

Pour ce gigantesque projet, Supermétal - qui compte sur une brigade de 650 employés dans ses usines à Lévis, à Sherbrooke, en Alberta et en Caroline du Sud - fabriquera une cinquantaine de ponts en acier.

«Avec ce projet, nous aurons du pain sur la planche pour les trois prochaines années», indique M. Blouin en signalant que les premières poutres prendront la direction de la métropole au printemps prochain.

Maison Manuvie

À Montréal, il n'y aura pas que l'échangeur Turcot qui apportera de l'eau au moulin de Supermétal.

En effet, l'entreprise a été choisie par Ivanohé Cambridge - le bras immobilier de la Caisse de dépôt et placement - et la société de services financiers Manuvie pour la construction de la Maison Manuvie au 900, boulevard Maisonneuve Ouest. Fait à signaler, Supermétal participe à la construction d'un immeuble de 30 étages pour Manuvie à Calgary.

Pour ce qui est de Montréal, il s'agit d'un immeuble de catégorie AAA de 27 étages d'une superficie de 490 000 pieds carrés, qui s'élèvera au centre-ville. Un projet évalué à 200 millions $.

Comme à Calgary, Supermétal fabriquera et installera la structure métallique. La compagnie prévoit livrer 3000 tonnes métriques d'acier, et ce, à compter du printemps.

Encore une fois, Jean-François Blouin doit demeurer silencieux sur le montant du contrat octroyé à Supermétal. Le pdg se réjouit du retour des tours multiétagées fabriquées en acier au Québec. C'est le béton qui, traditionnellement, avait le haut du pavé.

«Dans le cas de la Maison Manuvie, nous assistons à un mariage entre l'acier et le béton», explique-t-il. 

Une structure de béton composera la partie centrale de l'immeuble à laquelle viendront s'attacher les planchers fabriqués en acier. Entre autres, ça évite de multiplier le nombre de colonnes un peu partout.

«Ça correspond ainsi à la demande grandissante des locataires qui réclament de grands espaces ouverts leur permettant d'apporter de la flexibilité dans les aménagements des espaces de travail.»

Là où les marchés sont vigoureux

Ces derniers mois, Supermétal a aussi décroché des contrats en Ontario pour la construction d'une centrale électrique alimentée au gaz naturel et d'une aciérie.

Si le marché de l'Ouest canadien fonctionne au ralenti en raison de la dégringolade du prix du pétrole, Supermétal parvient, malgré tout, à trouver de l'ouvrage ailleurs au Canada ainsi qu'aux États-Unis où la présence de son usine de la Caroline du Sud lui permet d'accéder aux contrats publics réservés aux sociétés américaines.

«L'Ouest canadien a été un marché important pour nous ces dernières années. Les projets de construction dans le secteur du pétrole et gaz ont diminué et cette tendance se poursuivra encore quelques années. Nous avons toujours été en mesure de nous tourner de bord rapidement quand un marché connaît un ralentissement et de nous imposer dans les marchés plus vigoureux, comme celui de la région de Montréal.»

Par ailleurs, Jean-François Blouin se montre toujours préoccupé par la rareté de main-d'oeuvre dans le secteur de la fabrication au Québec.

Au Soleil, il ne manque pas de rappeler que Supermétal est constamment à la recherche d'assembleurs, de soudeurs, de journaliers et de contremaîtres.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer