Ebola: au tour du Canada de faire appel à Medicago

Pour produire des vaccins et des protéines thérapeutiques,... (Medicago)

Agrandir

Pour produire des vaccins et des protéines thérapeutiques, Medicago utilise des plantes.

Medicago

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après avoir répondu à l'appel du gouvernement américain pour lutter contre le virus Ebola, Medicago se voit attribuer un contrat de l'Agence de la santé publique du Canada, cette fois pour la production de deux anticorps contre la souche Soudan de ce virus qui a fait plus de 10 000 morts en Afrique de l'Ouest.

C'est à partir de son usine située dans le Parc technologique du Québec métropolitain que Medicago produira cet anticorps. Le travail débute immédiatement et le produit sera livré au cours de la prochaine année.

«Medicago met sa technologie et son système de production au service du gouvernement canadien pour la mise en place d'une solution en cas de résurgence de cette maladie dévastatrice», a expliqué le président et chef de la direction de l'entreprise, Andy Sheldon.

Pour produire des vaccins et des protéines thérapeutiques, Medicago utilise des plantes.

L'une des principales caractéristiques de la technologie mise au point par la société biopharmaceutique de Québec est sa rapidité de production. Alors que la durée de production de vaccins à partir d'oeufs se compte en mois, Medicago a démontré, ces dernières années, qu'il était possible de produire des vaccins en grande quantité en seulement 19 jours.

«Devant les menaces constantes pour la santé auxquelles sont exposées les autorités mondiales telles que des pandémies de grippe et l'Ebola, Medicago pourrait jouer un rôle de premier plan dans les situations d'urgence en permettant une réponse rapide, en améliorant les capacités d'intervention et en permettant d'accroître les réserves mondiales de vaccins et d'anticorps», fait valoir la compagnie qui fait maintenant partie de la grande famille de pharmaceutique japonaise Mitsubishi Tanabe Pharma. Rappelons que Medicago a annoncé, en mai, qu'elle investira 245 millions $ dans l'Espace d'innovation D'Estimauville, à Québec, pour l'érection d'une usine qui sera en mesure de produire jusqu'à 50 millions de doses de vaccins contre la grippe saisonnière.

Pour le gouvernement américain, Medicago avait décroché un contrat pour trouver une méthode de production d'anticorps pour une autre souche du virus Ebola, la souche Zaïre. Un mandat «rempli avec succès», a fait valoir Medicago.

«Nous travaillerons de concert avec le gouvernement canadien à la création d'anticorps contre la souche Soudan en nous appuyant sur les travaux réalisés précédemment sur la souche Zaïre, virus à l'origine de l'épidémie actuelle en Afrique occidentale. Selon l'Organisation mondiale de la santé, la souche Soudan a déjà été associée à des éclosions en Afrique. La disponibilité d'un anticorps efficace permettrait d'intervenir rapidement si une éclosion de la souche Soudan survenait à nouveau», a souligné, jeudi, la direction de Medicago par la voie d'un communiqué de presse.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer