Mises en chantier à Québec: deux ans de recul, prédit la SCHL

Pour 2016 et 2017, les mises en chantier... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Pour 2016 et 2017, les mises en chantier seront à la baisse, autant pour le secteur résidentiel que le secteur locatif, selon la SCHL.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pour 2016 et 2017, les mises en chantier seront à la baisse, autant pour le secteur résidentiel que le secteur locatif, pour la région métropolitaine de recensement de Québec, indiquent les prévisions de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

Les principales causes seront l'augmentation du nombre de maisons existantes à vendre, le coût élevé des propriétés neuves en raison du prix élevé des terrains, le nombre élevé de condominiums invendus et un relâchement sur le marché du logement locatif.

«Les mises en chantier de maisons jumelées et en rangée baisseront en 2016, avant de se stabiliser en 2017. Il s'est accumulé un certain stock de produits neufs, tandis que l'offre de propriétés existantes est à la hausse. Cela devrait amener les constructeurs à ralentir la cadence afin de mieux s'ajuster à la demande. De 450 en 2015, le nombre d'unités commencées descendra à 350 en 2016 et se stabilisera l'année suivante», souligne la SCHL.

Marché d'acheteurs

Le marché de la revente devrait continuer d'être à l'avantage des acheteurs. En même temps, le marché du condominium essayera de vendre les stocks invendus et le marché des copropriétés devrait connaître une baisse de 33 %.

S'il y a eu une forte croissance cette année du côté du marché locatif, soit 2250 mises en chantier prévues pour cette année comparativement à 1643 l'année dernière, cette croissance devrait être au ralenti pour les deux prochaines années. Le taux d'inoccupation pourrait se rendre jusqu'à 5 % en 2017, prévoit-on. Par contre, ce ne sera pas le cas pour les résidences de personnes âgées. 

La SCHL ne voit pas de changements notables à l'horizon du côté du marché du travail. «La conjoncture économique et démographique sera plutôt stable dans la région métropolitaine de recensement (RMR), de sorte que la demande d'habitations restera comparable à celle qui sera observée en 2015», précise-t-on.

Cependant, l'organisme fédéral croit que les taux hypothécaires demeureront proches des niveaux actuels, mais ils pourraient connaître une légère augmentation vers la fin de 2016.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer