La Ville de Québec veut aider les entreprises technos de Saint-Roch

Les mesures fiscales du Centre national des nouvelles... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Les mesures fiscales du Centre national des nouvelles technologies de Québec du début des années 2000 avaient permis de créer près de 2000 emplois dans le quartier Saint-Roch avec un effet de levier majeur estimé à 88 millions $ investis.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Ville de Québec entend prendre les moyens afin que le quartier Saint-Roch demeure le principal pôle d'accueil et de développement des entreprises technologiques.

La mise au rancart, en 2013, des mesures fiscales associées au Centre national des nouvelles technologies de Québec (CNNTQ) a eu l'effet de ralentir la poussée initiée quelques années plus tôt.

Dans le cadre de sa Stratégie de développement économique, Québec met sur pied un programme de soutien pour les entreprises du monde des technologies de l'information et des télécommunications.

La Ville est à la recherche de projets qui favoriseront l'implantation de nouvelles entreprises dans Saint-Roch et qui encourageront la rétention et la croissance de celles qui y ont déjà pignon sur rue en soutenant financièrement les projets structurants de développement technologique.

Ainsi, tout projet de commercialisation d'un service ou d'un produit ayant un fort contenu technologique ou de haute technologie pourra faire l'objet d'une demande dans le cadre de ce programme destiné aux entreprises de plus de cinq employés et dont le chiffre d'affaires se situe entre 500 000 $ et 5 millions $. Ces entreprises devront avoir entre les mains un produit qui n'a besoin qu'un petit coup de pouce financier pour se rendre sur les marchés visés.

L'aide se fera sous forme d'une contribution financière non remboursable qui pourrait atteindre jusqu'à 25 % des dépenses admissibles (dépenses d'exploitation et honoraires professionnels associés au développement de marchés et à la commercialisation) pour un montant maximal de 200 000 $ par entreprise.

Sièges sociaux

En contrepartie, les entreprises qui bénéficieront des deniers publics devront s'engager à conserver son siège social et la majorité de leurs emplois dans le quartier Saint-Roch pour une durée minimale de 10 ans.

Un comité d'évaluation composé de cinq membres venant du milieu des affaires sera formé pour passer au crible les projets soumis par les entrepreneurs.

Dans un sommaire décisionnel, la Ville de Québec souligne que depuis la fin, en 2013, du programme d'aide du gouvernement du Québec associé au CNNTQ, les mesures fiscales de remplacement mises en place par le gouvernement provincial et étendues à l'ensemble du territoire n'avaient pas «favorisé le maintien des acquis du quartier Saint-Roch en termes de rétention des entreprises innovantes».

La Ville rappelle que, selon les données d'Investissement Québec et du rapport Gagné (2008) compilées par son Service du développement économique en 2011, les mesures fiscales du CNNTQ avaient permis de créer près de 2000 emplois dans le quartier Saint-Roch avec un effet de levier majeur estimé à 88 millions $ investis. Pour chaque dollar investi par l'État, le privé en mettait six sur la table.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer