Le pipeline d'Énergie Est pourrait arrêter à Lévis

Si le pipeline Énergie Est se concrétise, Valero... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Si le pipeline Énergie Est se concrétise, Valero pourrait y prendre 50 % de son approvisionnement.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) Le pipeline d'Énergie Est ne fera pas que traverser le Québec pour exporter le pétrole qu'il transportera. Valero a signé un contrat pour un approvisionnement possible de sa raffinerie, à Lévis. Tout indique que Suncor a fait de même pour ses installations à Montréal.

Les deux entreprises ont fourni ces indications. Elles contredisent les propos du chef du Bloc québécois. Il y a deux semaines, Gilles Duceppe a accusé TransCanada, le promoteur d'Énergie Est, de mentir lorsque la firme albertaine avance qu'une partie du pétrole sera raffinée au Québec.

Chez Valero, la directrice des affaires publiques fait remarquer que les plans pour l'oléoduc ont déjà prévu un branchement pour relier la raffinerie Jean-Gaulin au tuyau principal. Une entente commerciale avec TransCanada a d'ailleurs été signée au milieu de l'été, indique Julie Cusson, sans pouvoir donner de détails.

Le porte-parole de Suncor, dont les installations de raffinage se trouvent dans l'est de Montréal, indique que la politique de la compagnie consiste à ne pas parler des contrats et de leur contenu. Par contre, Dean Dussault signale qu'il est prévu qu'une conduite puisse amener les hydrocarbures vers le complexe de raffinage.

Dans les deux cas, les installations sont en mesure de traiter ce qui transitera par Énergie Est. Nos interlocuteurs rappellent que l'oléoduc transportera différentes sortes de pétrole, ce qui comprend du «léger», le type d'hydrocarbure idéal pour leurs installations.

Valero achète de l'étranger les 265 000 barils de pétrole qu'elle transforme. Julie Cusson mentionne que la firme entend obtenir environ la moitié de son approvisionnement par l'inversion d'un pipeline existant. Le projet «9 B» pourrait entrer en service à la fin de 2016. Le 50 % restant pourrait provenir d'Énergie Est, qui doit transporter, s'il se réalise, 1,1 million de barils par jour.

Double objectif

M. Dussault suggère que Suncor aurait un double objectif en se liant à Énergie Est. Sa raffinerie dépend de l'importation de 135 000 barils par jour. En outre, Suncor est un producteur dans l'Ouest et pourrait se servir des oléoducs Énergie Est et «9 B» pour écouler ses produits pétroliers non raffinés, y compris à Montréal.

Les deux responsables des communications ont refusé de commenter la sortie du chef bloquiste. Il n'a pas été possible d'obtenir des commentaires de M. Duceppe.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer