Campagne de promotion pour inciter les talents à revenir à Québec

Lorsqu'il était président de la Chambre de commerce... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Lorsqu'il était président de la Chambre de commerce de Québec, M. Hamad avait déjà à coeur le développement économique de la région. C'est alors qu'il avait fait de l'immigration un cheval de bataille pour attirer des talents étrangers ici. Cette fois, il veut ramener les talents québécois à l'étranger dans leur ville.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Retomber en amour avec Québec, c'est le message derrière la campagne de promotion 1000raisons lancée vendredi pour ramener dans la région les talents qui se sont expatriés. Ce n'est pas une dépense, mais un investissement, affirme le ministre responsable de la région de Québec, Sam Hamad qui a lancé cette idée du retour des talents il y a quelques mois.

La page d'accueil du site www.1000raisons.quebec... - image 1.0

Agrandir

La page d'accueil du site www.1000raisons.quebec

Quelque 70 entreprises de Québec ont choisi de suivre l'intuition du ministre Hamad. Et avec un bassin de près de 3000 postes à pourvoir, ce n'est pas le travail qui manque. Il suffit d'aller les convaincre de revenir à la maison.

Cette fois, le ministre met la table pour que les entreprises embarquent dans l'aventure pour ramener à Québec ceux et celles qui pourraient donner une poussée au développement des entreprises locales et améliorer l'économie de la région par leurs expertises acquises à l'étranger et par les réseaux de contacts qu'ils ont développés au fil des ans.

«Nous n'avons pas d'objectifs», en terme de nombre de personnes à rapatrier, souligne M. Hamad, car «c'est aux entreprises maintenant à diffuser le messager à travers le monde pour convaincre les gens de revenir» puisque dans les prochaines années il y aura au moins 70 000 postes à pourvoir dans la région qui compte l'un des plus bas taux de chômage au pays.

Le retour de huit personnes ou de quatre familles dans la région payerait amplement la «dépense», soutient celui qui est aussi ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale. «Ceux qui sont partis de Québec il y a 15 ans ont encore des souvenirs d'il y a 15 ans, clame-t-il. Ils ne savent pas combien la ville a changé et combien elle est belle. Il y a de bons emplois, une excellente qualité de vie et des services gratuits que l'on ne trouve pas ailleurs, comme l'éducation et la santé.»

Le nerf de la guerre pour la croissance des entreprises, c'est son personnel. Or parmi les éléments qu'il met en lumière, M. Hamad insiste sur le fait que l'on peut faire des affaires avec la Chine, l'Europe ou les États-Unis à partir de Québec. C'est ce que font d'ailleurs plusieurs entreprises de Québec dont les revenus proviennent majoritairement des contrats à l'étranger.

Plus encore, dans les entreprises qui participent à cette première cohorte de rapatriement, plusieurs ont à offrir des postes de haut niveau et stratégiques pour leur compagnie. «C'est le genre d'emploi qui n'est pas offert par les canaux habituel, mais qui fait partie des incitatifs pour attirer des gens ici,» insiste-t-il.

Le contexte de Québec a changé, les opportunités sont là, continue le ministre pour qui le chiffre magique est 20. «Ça prend 20 minutes pour se rendre au travail. 20 minutes pour aller à la garderie, au cinéma, au restaurant au centre de ski, au golf ou au lac», lance-t-il.

Pour sa part, le pdg de Québec International, Carl Viel, illustrait lors de la conférence de presse au siège social d'EXFO, que 83 % des entreprises de la région ont des besoins importants de main-d'oeuvre, ce qui est un frein majeur pour leur développement.

Avec le partenariat de Jobillico et de Québec international, les postes seront diffusés partout par le Web, comme sur le site www.1000raisons.quebec. «Nous offrons aussi un accompagnement pour ceux et celles qui voudraient revenir à Québec pour créer leur entreprise», ajoute M. Viel.

Quant au maire de Québec, Régis Labeaume, il ne pouvait être contre une telle initiative affirmant qu'avec les projets réalisés et ceux à venir, la ville fait tout pour être attractive et attirante. «Il faut que l'on fasse du bruit pour témoigner du bonheur qu'il y a de vivre à Québec. Il faut crier notre bonheur», a-t-il clamé avec le bagou qu'on lui connait. «C'est souvent au moment d'inscrire les enfants à l'école qu'arrive le point de bascule où les gens prennent la décision de revenir ici à cause de notre système d'éducation, mais aussi parce qu'il est possible de se réaliser professionnellement et financièrement à Québec aussi bien qu'ailleurs.»

Une idée qui a fait son chemin

Lorsqu'il était président de la Chambre de Commerce de Québec, le ministre Sam Hamad avait déjà à coeur le développement économique de la région. C'est alors qu'il avait fait de l'immigration un cheval de bataille pour attirer des talents étrangers ici. Cette fois, il veut ramener les talents québécois à l'étranger dans leur ville.

«C'est lors d'une tournée des entreprises au cours de l'année que j'ai rencontré des gens qui avaient choisi de revenir à Québec pour poursuivre leur carrière, précise le ministre. Ces personnes avaient une peu la nostalgie du pays, mais ils savaient aussi qu'il était possible de poursuivre une carrière d'envergure internationale ici à Québec.»

C'est le cas des sept ambassadeurs en mai, M. Hamad, il rappelait que ces gens-là pouvaient travailler n'importe où dans le monde, mais ils ont choisi de revenir à Québec alors qu'ils étaient en Europe, dans la Silicon Valley, où dans les bureaux de la NASA aux États-Unis. Ce sont ces exemples et ces témoignages des ambassadeurs qui serviront à faire la promotion de la ville par le Web sur www.1000raisons.quebec

Les ambassadeurs partiront en tournée d'abord à Toronto bientôt, puis à Los Angeles, Calgary et Boston cet hiver parce qu'il a dans ces villes une bonne concentration de francophones.

La population et les entreprises sont aussi invitées à donner leur raison pour vivre à Québec. «Tous sont d'ailleurs invités à participer activement à la campagne par le biais des médias sociaux en partageant à l'aide du mot clic #1000raisons pourquoi ils aiment vivre et travailler à Québec. Les citoyens qui auront partagé leurs raisons sur Facebook, Instagram ou Twitter, pourront gagner l'un des trois forfaits hébergement et restauration offerts par Le Groupe Germain et l'Hôtel des Coutellier», indique-t-on par voie de communiqué.

Les sept ambassadeurs sont de cette campagne sont Nathalie Girard, directrice compositing, Volta (Frima); Nancy-Florence Savard, présidente, Productions 10e Ave; Barbara A. Simard, présidente, BluPanda Solutions Médicales; Stéphane Jean, vice-président marketing humain, Jobillico; Jean-François Lalonde, Ph. D., professeur adjoint, Département de génie électrique et de génie informatique à l'Université Laval; Pierre Paquet, président et fondateur, Icentia; et Frédéric Pelletier, président, KinetX Aérospatiale International.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer