Financement: l'Institut national d'optique en a ras-le-bol

Jean-Yves Roy, pdg de l'Institut national d'optique, et... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Jean-Yves Roy, pdg de l'Institut national d'optique, et Jean-Guy Paquet, président du conseil d'administration

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une fois de plus, l'Institut national d'optique (INO) reprend son chemin de croix auprès de Québec et d'Ottawa pour le renouvellement des ententes quinquennales de financement qui prendront fin le 31 mars 2016.

Jeudi, à l'occasion de l'assemblée générale annuelle du centre de recherche en optique-photonique qui réunit sous son toit 185 employés, le président du conseil d'administration de l'INO, Jean-Guy Paquet, n'a pas caché son ras-le-bol.

«En 20 ans, vous pouvez imaginer le nombre de ministres, de sous-ministres, de chefs de cabinet que nous avons rencontrés pour parvenir à financer notre organisation. J'ai cessé de les additionner», a soulevé celui qui fut pdg de l'INO de 1995 à 2005 avant d'en devenir le président du conseil. «L'INO est le centre de recherche qui a été le plus évalué par les deux paliers de gouvernement depuis 20 ans.»

Dans la section Points de vue de son site Web, Le Soleil publie les commentaires exprimés par M. Paquet lors de l'assemblée générale.

Pour la petite histoire, l'ancien recteur de l'Université Laval a expliqué que de 1985 à 1995, l'INO était financé par un programme spécial établi à la suite d'une entente entre Québec et Ottawa.

«Nous avons donc renégocié en 1995, pour trois ans, en 1998, pour un autre trois ans, en 2001, pour cinq ans, en 2006, pour cinq ans et, en 2011, pour un autre cinq ans. Et nous négocions actuellement pour une autre entente de cinq ans qui couvrira la période 2016-2021», a expliqué Jean-Guy Paquet en précisant que l'INO n'avait pas accès, comme c'est le cas pour les universités, aux autres programmes de financement de la R et D.

«Si vous avez bien noté, vous aurez retenu qu'il y a eu sept négociations avec chaque palier de gouvernement, c'est-à-dire 14 négociations de contrat en 20 ans. Comme pdg et président du conseil d'administration, j'ai été associé à ces 14 négociations. À ceci s'ajoutent les nombreuses rencontres que notre pdg, Jean-Yves Roy, doit faire pour alléger certaines coupures budgétaires qui nous sont imposées.»

Hausse des revenus externes

En attendant que l'INO puisse s'appuyer sur un financement stable à plus long terme lui permettant d'assurer la continuité de ses activités et de demeurer un leader mondial en optique-photique, le centre de recherche est donc contraint, encore une fois, d'aller vendre sa salade à Québec et à Ottawa. «Pendant ce temps, les autres centres de recherche comme le nôtre à travers le monde amassent des millions de dollars tellement l'optique-photonique est reconnue, aujourd'hui, comme une technologie d'avenir en vue de l'amélioration de la performance des entreprises.»

Notons que les gouvernements ne sont pas que les seules sources de financement de l'INO qui, de plus en plus, accroît ses revenus externes, notamment, en obtenant des contrats de recherche et de développement d'entreprises du Canada, des États-Unis, de l'Europe et de l'Asie. En 2014-2015, les revenus externes de l'INO ont totalisé 16,4 millions $, en hausse de 19 % par rapport à l'exercice précédent. Aujourd'hui, 54 % du financement de l'INO provient de ses revenus externes.

«L'INO considère donc qu'un montant de 75 millions $ provenant de chacun des gouvernements pour un total de 150 millions $ est absolument essentiel pour lui permettre d'accomplir sa mission qui est d'aider les entreprises à augmenter leur productivité et leur compétitivité en utilisant les technologies qui sont développées à l'INO», a revendiqué Jean-Guy Paquet en rappelant la volonté du centre de recherche à accroître sa présence au Canada.

«Ce message doit être clairement exprimé et entendu par les deux paliers de gouvernement, tous partis confondus», a-t-il ajouté.

«Et dans le cadre de l'élection fédérale, il faut que tous les partis s'engagent à appuyer l'INO de façon irrévocable, pour un financement adéquat afin de réaliser son plan quinquennal 2016-2021.»

Les conservateurs l'ont fait. Les néo-démocrates ont fait un bout chemin. Les libéraux sont silencieux pour le moment.

Du même souffle, Jean-Guy Paquet demande aux politiciens l'adoption d'une «vraie» politique axée sur l'innovation et sur la création de richesse.

À son avis, il est illusoire de penser que l'on ne peut compter que sur la force du dollar ou sur les divers programmes de crédits d'impôt pour encourager les entreprises à investir pour se doter d'équipements modernes qui permettront d'accroître leur productivité.

Impact économique

Au cours de l'assemblée générale annuelle, Jean-Yves Roy a tenu à rappeler que l'INO n'avait pas à rougir de sa performance au cours des cinq dernières années. Au contraire.

«Plus de 5000 contrats ont été effectués pour le compte d'entreprises privées; 23 transferts technologiques vers des compagnies existantes ou menant à la création de nouvelles entreprises ont été complétés et plus de 80 nouveaux brevets ont été obtenus.» 

Une enquête indépendante menée en décembre 2014 par la firme Deloitte auprès de 130 clients de l'INO indiquait que chaque dollar investi dans l'INO représentait 10 dollars de croissance économique.

L'enquête révélait également que pour chaque emploi créé à l'INO, neuf autres étaient maintenus ou créés dans l'économie canadienne, dont six au Québec.

Depuis sa création en 1985, le centre de recherche a donné naissance à 30 entreprises qui, aujourd'hui, font travailler plus de 1000 personnes.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer