La rareté de la main-d'oeuvre bilingue, un problème généralisé à Québec

«Peu importe le secteur d'activité, les employeurs sont... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

«Peu importe le secteur d'activité, les employeurs sont confrontés au même problème», constate Marcel Bérubé, président du Groupe Perspective, une agence de placement de personnel de Québec.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il y a de l'avenir au sein des entreprises de la région pour les professeurs d'anglais!

Il n'y a pas que les sièges sociaux des compagnies d'assurances qui éprouvent toutes les misères du monde à dénicher des candidats bilingues.

Mardi, devant la Chambre de commerce et d'industrie de Québec, René Hamel, le président du Centre de développement en assurances et services financiers (CDASF), déplorait le fait que les assureurs - dont la croissance dans le reste du Canada est fulgurante - devaient doter des emplois à Montréal ou à Toronto parce qu'ils ne trouvaient pas à Québec ou à Lévis du personnel bilingue pour servir la clientèle anglophone.

«Peu importe le secteur d'activité, les employeurs sont confrontés au même problème», constate Marcel Bérubé, président du Groupe Perspective, une agence de placement de personnel de Québec. Pendant près de 10 ans, M. Bérubé a présidé Québec multilingue, un comité visant à soutenir les entreprises dans leurs efforts en faveur du développement du multilinguisme au sein de leur organisation.

«Je dénote une certaine amélioration de la part des jeunes qui sortent des écoles. Le contact avec les nouvelles technologies et les réseaux sociaux a fait en sorte qu'ils lisent et comprennent mieux l'anglais que la génération précédente. Par contre, c'est une autre affaire lorsqu'ils doivent entretenir une conversation ou rédiger un document. Rares sont ceux que l'on peut qualifier de réellement fonctionnels dans la langue de Shakespeare.»

Des 3090 postes qui étaient affichés, mercredi, sur le site de Jobilico pour les territoires de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches, 15 % exigeaient le bilinguisme.

«C'est beaucoup», fait remarquer Stéphane Jean, le vice-président du marketing de Jobilico, une PME de Québec qui a conçu une plateforme Web de recrutement. «Un pourcentage qui se compare à celui de Montréal. C'est surprenant, car nous aurions pu penser que la demande de personnel bilingue aurait été plus forte à Montréal qu'à Québec.»

Professeur d'anglais à temps plein

Groupe Perspective et Jobillico sont dans le même bain que les autres entreprises québécoises qui brassent des affaires au Canada.

Ce n'est pas parce qu'elles évoluent dans l'univers du recrutement qu'elles n'ont pas des difficultés de recrutement de ressources bilingues!

Pour corriger la situation, les deux entreprises ont recours à la formation continue de leurs travailleurs.

«Nous avons donné des cours d'anglais à nos employés pendant huit ans. Nous reprendrons bientôt l'exercice, le midi, trois jours par semaine», raconte Marcel Bérubé.

«De notre côté, nous avons embauché un professeur d'anglais à temps plein», souligne Stéphane Jean.

Avant d'ouvrir son bureau à Toronto, Jobillico a évidemment cherché à se faire connaître là-bas auprès des employeurs. Le travail se faisait à partir de Québec par l'équipe de développement des affaires de l'entreprise.

«Nous avons organisé un blitz de formation des membres de l'équipe afin qu'ils puissent s'exprimer correctement en anglais et qu'ils s'approprient le langage particulier à notre business. La formation durait le temps qu'il fallait pour que l'employé soit à l'aise et que, nous, de la direction de l'entreprise, soyons totalement satisfaits des progrès réalisés», explique M. Jean.

Le professeur d'anglais embauché par Jobilico accompagne constamment la cinquantaine d'employés de Jobillico. Il conseille, écoute et corrige.

M. Jean invite d'ailleurs les employeurs à recourir aux services d'un professeur d'anglais afin de compenser la pénurie de main-d'oeuvre bilingue à Québec.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer