Place aux lutins québécois pure laine

Denis Boivin s'est totalement entiché des personnages de... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Denis Boivin s'est totalement entiché des personnages de lutin créés par Régis Tremblay et Nadia Perron.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Véritable phénomène social depuis leur naissance en 2006, au Lac-Saint-Jean, les lutins du temps des Fêtes tentent de faire valoir leur identité québécoise pure laine grâce au travail du documentariste Denis Boivin. D'ici un mois, quelque 3000 poupées à l'effigie de ces éclaireurs du père Noël sortiront d'un atelier de Québec afin de concurrencer la prolifération de cousins made in China.

«Faire un lutin made in Québec, c'est quelque chose...», lance M. Boivin, à l'autre bout du fil, au sujet de cette aventure qui a «grugé» une bonne partie de ses économies. La majeure partie de l'argent a servi à payer des avocats pour faire valoir les droits d'auteur des créateurs de ces personnages, Régis Tremblay et Nadia Perron, qui ont écrit un livre sur le sujet. Un autre bouquin est à venir le 2 octobre.

Déterminé à en faire «une vraie marque de commerce», le réalisateur du documentaire Le pardon (1992) est devenu l'agent du duo de Lac-à-la-Croix, au Lac-Saint-Jean, dans la foulée de la popularité grandissante des petits personnages.

Régis Tremblay avait eu l'idée des lutins lors d'une promenade hivernale avec ses deux petits-enfants. Dans le temps de le dire, les gamins de la région, puis d'une bonne partie de la province, ont eu tôt fait de s'enticher de ces créatures espiègles, spécialistes des mauvais coups nocturnes grâce à la complicité des parents, bien entendu. En 2013, le phénomène a atteint la capitale, où plusieurs magasins se sont rapidement retrouvés en rupture de stock.

Or, le travail des deux créateurs a été repiqué à tout vent, sans qu'aucun droit d'auteur leur soit versé, d'où l'acharnement de M. Boivin à rendre à César ce qui appartient à César. «La légende est si forte que plusieurs se sont accaparés du concept, trop d'ailleurs. Les lutins ne sont pas du domaine public, c'est une création originale. C'est tellement facile de dire qu'ils appartiennent à tout le monde.»

Dans l'atelier de souliers pour enfants Hichaud, dans le quartier Charlesbourg, des couturières travaillent à fabriquer une nouvelle génération de lutins québécois qui viendront égayer le prochain Noël des tout-petits. Pas question de céder le plancher à des poupées made in China, uniquement décoratives, dont le prix varie entre 15 $ et 75 $. M. Boivin estime à 300 000 «minimum» le nombre de lutins fabriqués en Chine et vendus au Québec depuis 2008.

Les nouveaux lutins québécois, plus petits, des bébés lutins en fait, sont entièrement faits à la main et seront vendus moins de 30 $.

Long-métrage et série Web

Denis Boivin compte mettre ses talents de cinéaste à profit afin de mieux faire connaître ces colorés personnages. Un documentaire est en élaboration, ainsi qu'une série Web qui devrait être tournée en octobre, dans la région de Kamouraska.

Un projet de long-métrage est aussi dans l'air. Une demande d'aide sera bientôt déposée à la Sodec. M. Boivin verrait bien le comédien canadien William Shatner (Star Trek) dans la peau de Régis Tremblay. «C'est tellement une belle histoire. Si on ne fait rien, dans pas grand temps, ce sont les Américains qui vont mettre la patte dessus.»

Tous ces efforts, estime le cinéaste, visent à redonner le crédit qui revient à M. Tremblay. «Avec Pinocchio, Carlo Collodi a contribué à faire connaître l'Italie à travers le monde. C'est la même chose pour le Québec avec les lutins de Régis Tremblay.»

Joint par Le Soleil au Festival western de Saint-Tite, où plusieurs badauds le reconnaissent dans la rue comme le «grand-papa des lutins», le principal intéressé se félicite de cette initiative, lui qui n'a jamais cru que sa légende créerait un tel engouement.

«Je n'ai pas fait ça pour faire de l'argent, seulement pour amuser les enfants. Mais si ça peut apporter de la reconnaissance à la région d'origine des lutins, tant mieux. Ce serait ma paye.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer