H2O Innovation : la sécheresse en Californie apporte de l'eau au moulin

Le système de traitement d'eau conçu par H2O... (Photo fournie par H2O Innovation)

Agrandir

Le système de traitement d'eau conçu par H2O Innovation pour la Ville de Delaware, en Ohio.

Photo fournie par H2O Innovation

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le jeu de mots est facile mais juste. La sécheresse aux États-Unis, principalement en Californie, apporte de l'eau moulin de H20 Innovation, une société publique de Québec qui fabrique des systèmes de filtration membranaire pour le traitement de l'eau des villes et des industries.

Le vice-président aux Affaires corporatives de H2O Innovation,... (Photo le Soleil, Patrice Laroche) - image 1.0

Agrandir

Le vice-président aux Affaires corporatives de H2O Innovation, Marc Blanchet

Photo le Soleil, Patrice Laroche

L'hiver dernier, H2O Innovation volait au secours de la communauté de Cambria, située à mi-chemin entre San Francisco et Los Angeles, dont les réserves d'eau étaient à sec. En l'espace de neuf mois, H2O Innovation a livré un système d'urgence permettant de réaliser un traitement tertiaire des eaux usées et de pluie. Relativement rapidement, il a été possible de remplir les réserves d'eau et de fournir aux habitants de Cambria de l'eau de qualité en quantité suffisante.

La sécheresse en Californie - et dans des États voisins - représente une mine d'or pour les entreprises spécialisées dans le traitement de l'eau. Un marché qui pourrait atteindre 44 milliards $ en 2018, prédisent les experts.

H2O Innovation annonçait, plus tôt cette semaine, l'obtention de nouveaux contrats aux États-Unis d'une valeur totalisant 7 millions $. Ce qui faisait grimper son carnet de commandes à 44 millions $.

Sans vouloir révéler de grands secrets, le vice-président aux affaires corporatives, Marc Blanchet, laisse entendre au Soleil que H2O Innovation et ses partenaires ont soumissionné, ces derniers mois, sur plusieurs appels d'offres non seulement en Californie, mais aussi au Texas et en Arizona, là où la sécheresse fait rage. 

Fondée en 2000 au lendemain de la tragédie de Walkerton par Frédéric Dugré, l'actuel président et chef de la direction de la compagnie, H2O Innovation a le vent dans les voiles par les temps qui courent. 

Le 14 mai dernier, au terme du troisième trimestre de son exercice financier 2015, l'entreprise annonçait une croissance de 37,5 % de ses revenus - qui atteignaient

37 millions $ - pour les neuf premiers mois de l'année par rapport à la même période en 2014. «En neuf mois, nous avons enregistré des revenus équivalents à ceux que nous avions encaissés pour toute l'année en 2014», fait remarquer Marc Blanchet. 

Pour les neuf premiers mois de 2015, la compagnie a enregistré un bénéfice net de 550 601 $ comparativement à une perte nette de 1,1 million $ pour la période correspondante en 2014.

Cap sur le Golden State

Ce n'est pas que la sécheresse qui a amené H2O Innovation dans le Golden State. 

La Californie est un peu le centre névralgique de la filtration membranaire en Amérique du Nord. Au Québec, H2O Innovation a longtemps été seul dans sa chaloupe prêchant la plupart du temps dans le désert auprès des firmes d'ingénieurs-conseils et des villes. Heureusement, les temps changent et la filtration membranaire a fait ses preuves.  

Le principe de la technologie membranaire pour clarifier et désinfecter l'eau n'a rien de sorcier. Les eaux usées circulent à travers une membrane qui, agissant comme un filtre, retient les solides en suspension et autres pollens, algues, parasites, bactéries, virus, germes et molécules organiques. Contrairement au procédé de filtration traditionnelle, la technologie membranaire utilise peu de produits chimiques et requiert une consommation d'énergie moindre.

H2O Innovation a fait ses premiers pas en Californie en mettant le grappin, en 2006, sur une société détenant une expertise dans le dessalement de l'eau de mer et la construction d'usines de filtration membranaire. Ce fut le début d'une série d'acquisitions en sol américain pour la société québécoise qui compte maintenant 170 employés dans ses usines d'assemblage à Victorivaille, à Champlin (Minnesota) et à San Diego, ses bureaux régionaux à Toronto et à Calgary et à son siège social à Québec. Dans la capitale, H2O Innovation fait travailler une trentaine de personnes.

En plus de fabriquer et d'installer des systèmes pouvant traiter jusqu'à 10 millions de gallons d'eau par jour, la compagnie veut étendre son expertise jusqu'à l'opération de ses installations pour ses clients, indique Marc Blanchet.

Au fil des ans, H2O Innovation a diversifié ses activités. L'une de ses divisions vend des produits chimiques pour les systèmes de filtration. Une autre fabrique des raccords flexibles de tuyauterie en acier inoxydable. Piedmont vient d'ailleurs de vendre 33 500 raccords à des opérateurs d'une usine de dessalement au Qatar. Enfin, une autre division propose des solutions aux acériculteurs. Oui, la filtration membranaire est arrivée à la cabane à sucre!

600 systèmes installés 

En tout en partout, H2O Innovation compte plus de 600 installations dans une quarantaine de pays, principalement au Canada et aux États-Unis.

À l'époque où les vents étaient plus favorables pour l'industrie pétrolière, H2O Innovation avait fait une percée, au début des années 2010, dans l'Ouest canadien. Les sociétés pétrolières faisaient alors appel à la compagnie québécoise pour installer des systèmes de traitement d'eau dans leurs campements qui pouvaient abriter jusqu'à 10 000 travailleurs.

En attendant que les prix de l'or remontent un peu et que les pétrolières redémarrent la machine, H2O Innovation a choisi de mettre le paquet sur les États du sud des États-Unis.

À Carlsbad, une communauté de près de 100 000 habitants située au nord San Diego, les autorités ont donné le feu vert à un projet de 44 millions $ pour la réalisation d'un nouveau système de recyclage d'eau. H2O Innovation contribuera à la fabrication, à la livraison et à la mise en service d'un tout nouveau d'une capacité de trois millions de gallons d'eau par jour qui traitera l'effluent d'une usine de traitement des eaux. «Plutôt que de renvoyer l'effluent de l'usine d'eaux usées dans un cours d'eau qui se jette à la mer, il sera acheminé à notre usine et cette eau sera traitée de nouveau afin de la rendre potable et ainsi de pouvoir la réutiliser pour de l'irrigation et des usages industriels», explique Marc Blanchet.

Par ailleurs, pour la Sweetwater Authority, H2O Innovation participera à l'expansion d'une usine de dessalement - une installation que la compagnie de Québec avait conçue en 2000 - pour fournir plus d'eau potable aux habitants des communautés de Bonita, de Chula Vista et de National City, près de San Diego.

À la Bourse de Toronto, l'action de H2O Innovation (TSXV : HEO) valait, vendredi, 1,46 $, en baisse de 1 ¢.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer