Rio Tinto suspend les activités jusqu'en mars de la mine Tio à Havre-Saint-Pierre

Rio Tinto suspend les activités de sa mine... (Photo fournie par Rio Tinto Fer et Titane)

Agrandir

Rio Tinto suspend les activités de sa mine Tio, située à environ 43 kilomètres de Havre-Saint-Pierre, en Minganie.

Photo fournie par Rio Tinto Fer et Titane

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Havre-Saint-Pierre) L'hiver sera plus long qu'à l'habitude à Havre-Saint-Pierre, en Minganie. Rio Tinto Fer et Titane suspend les activités de sa mine d'ilménite pour cinq mois, mettant à pied une centaine de travailleurs et au chômage, quelque 200 autres.

«C'est un jour sombre pour tout le Havre», a lancé le maire de la municipalité de 3500 âmes, Berchmans Boudreau. «[Rio Tinto], c'est notre moteur économique, ça va toucher tout le monde chez nous.» Pas moins de 350 ouvriers et cadres de la région subissent les conséquences directes d'un marché du dioxyde de titane à la baisse. 

«C'est un coup de masse en plein front», a réagi le coordonnateur du syndicat des Métallos sur la Côte-Nord, Dominic Lemieux. «Dans une petite communauté comme ça, c'est encore plus majeur que la fermeture de Cliffs [Natural Resources] pour Sept-Îles. [...] On parle de pères et mères de famille, c'est un drame là-bas», a-t-il poursuivi.

L'arrêt de production s'amorcera le 17 octobre pour s'échelonner jusqu'en mars 2016. Une quarantaine de travailleurs seulement demeureront en poste pour le maintien des «services essentiels». Des mises à pied et des licenciements sont à prévoir, selon les besoins de l'entreprise qui évolueront en fonction des marchés. 

«On parle d'environ 90 personnes [cadre et syndiqués] qui vont perdre leur emploi, mais il reste encore des calculs à faire, c'est sous toute réserve», a indiqué la porte-parole de Rio Tinto, Claudine Gagnon. «Ce ne sont des décisions faciles à prendre, mais nécessaires pour assurer les perspectives à long terme.»

Efforts pour 2016 

Le syndicat des Métallos, qui a travaillé de près avec l'employeur toute la semaine, tourne son regard vers 2016. «C'est un coup dur aujourd'hui [vendredi], mais il faut en éviter un autre», a assuré M. Lemieux. «Pour 2016, on veut trouver des solutions, faire des démarches pour pouvoir faire travailler notre monde le plus longtemps.» 

Rio Tinto entend également travailler «en étroite collaboration» avec les représentants des travailleurs et la communauté pour «minimiser les impacts» de l'arrêt temporaire, «la meilleure décision» dans le contexte actuel, a indiqué l'entreprise dans un communiqué transmis tout juste après la rencontre des travailleurs en avant-midi. 

Il est encore trop tôt, selon le maire Boudreau, pour évaluer les répercussions qu'aura la nouvelle dans la municipalité minganoise. «L'hiver va être long, mais Havre-Saint-Pierre s'est construit sur des jours sombres et d'autres, ensoleillés. C'est ça, le monde des mines», a-t-il tenu à exprimer, avec un peu d'optimisme. 

La suspension des activités de la mine Tio n'affecte pas pour l'instant, les opérations du complexe métallurgique de Sorel-Tracy, où est transformée l'ilménite. Rio Tinto Fer et Titane avait déjà planifié l'arrêt de ses activités pendant huit semaines à Havre-Saint-Pierre, en 2015.

*****

LA MINE TIO 

  • À ciel ouvert, située à 43 kilomètres de Havre-Saint-Pierre 
  • Reliée par un chemin de fer aux installations portuaires 
  • Expédition du minerai par bateau de Havre-Saint-Pierre vers Sorel-Tracy
Production : environ trois millions de tonnes d'ilménite par année

La situation du Plan Nord reste positive, selon le ministre Pierre Arcand

Le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable du Plan Nord, Pierre Arcand, estime que la situation du Plan Nord demeure positive au Québec malgré l'annonce par Rio Tinto qu'elle suspendrait pendant cinq mois les activités de sa filiale Fer et Titane de Havre-Saint-Pierre.

«Je viens d'apprendre cette nouvelle. Pour moi, les éléments du Plan Nord demeurent toujours positifs, même si, parfois, il y a des entreprises en difficulté. Également, le gouvernement est toujours là pour voir s'il peut aider dans cette situation et contribuer à sauver les emplois des travailleurs», a-t-il commenté en marge d'une conférence de presse annonçant l'octroi d'un certificat d'autorisation du ministère de l'Environnement au projet minier Nemaska Lithium.

«Au moins 17 projets»

M. Arcand a d'ailleurs mentionné que l'intérêt demeurait présent pour le Plan Nord malgré les déboires de Rio Tinto, Fer et Titane. «Il y a au minimum de 17 projets d'entreprises prêtes à investir dans le Plan Nord. Le domaine minier est très cyclique et les choses peuvent repartir très rapidement.»

«Rio Tinto est une entreprise qui est redevable à ses actionnaires et qui exploite à travers le monde entier. Et on sait que la situation économique mondiale est difficile. Cependant, la situation au Québec par rapport au Plan Nord est positive. Les gens viennent nous voir pour investir», poursuit le ministre.

Citant le projet Nemaska et la demande importante pour le lithium ainsi que l'inauguration de la mine Éléonore de Goldcorp à la fin du mois de juillet, Pierre Arcand a également tenu à insister sur les bons coups de l'industrie minière dans le Nord-du-Québec. «Ce n'est pas parce que ça ne va pas bien dans certains métaux que c'est le cas partout. Regardez, le prix de l'or a augmenté un peu depuis l'ouverture de Goldcorp.»  Ian Bussières

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer