Démolition imminente de l'ancienne boucherie W.E. Bégin

La bâtisse de l'ancienne boucherie W.E. Bégin, laissée... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

La bâtisse de l'ancienne boucherie W.E. Bégin, laissée à l'abandon, est devenue objet de multiples plaintes des résidents et commerçants du secteur.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le propriétaire du local autrefois occupé par la boucherie W.E. Bégin, rue Saint-Jean, rencontre les représentants de la Ville de Québec cette semaine afin de trouver une entente au sujet des taxes impayées sur l'immeuble. Optimiste, Luc Massicotte espère obtenir dans la foulée un permis pour la démolition en septembre de cette bâtisse à l'abandon, devenue objet de multiples plaintes des résidents et commerçants du secteur.

«Il est temps que ça disparaisse...» lance au bout du fil Luc Massicotte, excédé par les délais pour la démolition de l'édifice, abandonné et placardé depuis 2012. L'état de décrépitude du bâtiment a eu comme conséquence d'attirer la vermine et de propager des odeurs désagréables, en plus de défigurer le paysage urbain. «Je m'excuse auprès des commerçants. Ce n'est pas de gaieté de coeur que j'ai vu tout ce qui est arrivé.»

Si tout va comme prévu, la démolition devrait avoir lieu d'ici la fin du mois, le temps d'obtenir les autorisations de la Ville. «Tout le monde veut que ça parte au plus vite. La Ville ne veut pas que ça soit démoli sans avoir l'assurance qu'il y aura un autre immeuble à cet endroit. Je peux comprendre, on veut pas se retrouver avec un trou au centre-ville.»

Rencontre demain

Luc Massicotte aura une rencontre demain avec les fonctionnaires du service d'évaluation et du contentieux pour mettre un terme à «la saga des taxes». L'homme d'affaires conteste la décision de l'administration municipale de lui réclamer des taxes sur un immeuble qui n'avait plus sa pleine valeur. «C'est un gros irritant, glisse-t-il. Il faut régler nos affaires. Je suis prêt à payer pour la pleine valeur du terrain. Ils [les fonctionnaires de la Ville] semblent vouloir faire preuve de bonne volonté. Je ne veux pas créer de précédent et aller en cour. Ce n'est pas comme ça qu'on va régler le problème.»

L'homme d'affaires, également avocat, n'a pas encore pris une décision définitive sur la formule commerciale qui prendra la place de la boucherie W.E. Bégin, une institution dans le quartier Saint-Jean-Baptiste. Il se demande si une boucherie traditionnelle a «encore sa raison d'être», d'autant plus que l'ajout de chambres froides entraînera inévitablement des dépenses supplémentaires. «Il va falloir prendre le temps de bien étudier tout ça. J'espère être en mesure de voir le concept prendre forme d'ici les Fêtes, afin de pouvoir livrer le local fin mai ou début juin, l'an prochain.»

M. Massicotte n'exclut pas la possibilité de s'associer avec un commerçant de la rue Saint-Jean afin de proposer une offre alimentaire en lien avec les nouvelles tendances. L'édifice de quatre étages comptera également sept condos. Deux sont déjà vendus.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer