Cinquième boutique en cinq ans pour Surmesur

Fondée par les frères Vincent (photo) et François... (PHOTO Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Fondée par les frères Vincent (photo) et François Thériault, Surmesur permet à ses clients de créer des vêtements distinctifs selon leurs goûts et taillés selon leurs mensurations prises par un scanneur.

PHOTO Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Avec l'ouverture d'une cinquième boutique au Canada et l'agrandissement de celle de Québec, le cofondateur de Surmesur, Vincent Thériault, constate aujourd'hui tout le chemin parcouru au cours des cinq dernières années. «Et dire qu'au début, mon frère François et moi ne savions même pas coudre un bouton!»

Cinq ans, cinq boutiques pour Surmesur, une jeune entreprise de Québec spécialisée dans la confection de vêtements sur mesure pour hommes. Surmesur permet à ses clients de créer des vêtements distinctifs selon leurs goûts et taillés selon leurs mensurations prises par un scanneur. Ils ont le choix parmi plus de 5000 tissus, cols, boutons, types de manches, etc.

«Un entrepreneur vous dira toujours que ça ne va pas assez vite à son goût», raconte Vincent Thériault qui a cofondé Surmesur avec son frangin dans le sous-sol de la maison familiale. «Aujourd'hui, nous comptons sur une équipe de 70 employés.»

Et chaque année, la jeune pousse a réussi à doubler son chiffre d'affaires.

Surmesur poursuit donc sa croissance avec l'ouverture, au début du mois d'octobre, d'une cinquième boutique au Canada. Après Québec, Montréal, Ottawa et Toronto, Surmesur établit ses pénates à Laval, sur le boulevard Le Corbusier, à un jet de pierre du Carrefour Laval. Un commerce de 3000 pieds carrés consacré à la confection de complets et de chemises sur mesure de milieu et haut de gamme.

«Nous avons inauguré notre boutique sur la rue de la Gauchetière à Montréal il y a trois ans. La demande de nos clients de la rive nord de la région métropolitaine était insistante pour que nous nous rapprochions d'eux. Nous les avons écoutés», commente Vincent Thériault qui voit grand pour Surmesur. Tous les grands centres urbains de l'Amérique du Nord sont dans la mire des frères Thériault. À court terme, ils tiennent cependant à s'implanter solidement au Québec et au Canada.

Jusqu'à maintenant, la création et l'expansion de Surmesur ont été financées par l'apport de love money, d'une bourse de 50 000 $ en services remportée à la Jeune Chambre de commerce de Québec et de judicieux réinvestissements des profits réalisés par les boutiques. «Nous grandissons à partir de nos propres moyens», signale-t-il en se félicitant d'avoir marié une comptable incomparable!

Quant aux banques et aux autres institutions prêteuses, elles ne sont pas encore dans le décor de Surmesur.

Réouverture à Québec

Dans les prochaines semaines, Surmesur procédera à la réouverture de sa première boutique, celle du boulevard du Versant-Nord dans la capitale qui fait l'objet de rénovations majeures. «En plus d'en doubler la superficie, nous avons remis le commerce au goût du jour», souligne Vincent Thériault.

Croître hors des centres commerciaux

Jusqu'à maintenant, la stratégie de croissance de Surmesur a été d'installer ses boutiques ailleurs que dans les grands centres commerciaux. «Nous ne voulons pas acheter l'achalandage que procure un centre commercial, mais plutôt devenir une destination pour notre clientèle», signale le cofondateur de Surmesur, Vincent Thériault.

Il y a aussi une question de billets verts. Un loyer dans un centre commercial, ça coûte cher pour une entreprise encore en démarrage.

«En sauvant des sous, nous pouvons ainsi offrir un produit à un meilleur prix. Nous tenons à demeurer un commerce qui propose un produit de qualité supérieure à un prix accessible», insiste Vincent Thériault en soulignant que le prix d'une chemise faite sur mesure variait entre 60 $ et 100 $ et qu'un complet se détaillait entre 375 $ et 1000 $.

Bouche-à-oreille... et médias sociaux

La clientèle de Surmesur a évolué au fil des cinq premières années d'existence. Les jeunes professionnels évoluant dans les cabinets d'avocats et les firmes de comptables et d'ingénieurs s'habillent encore chez Surmesur. Aujourd'hui, leurs patrons et leurs aînés les ont imités.

«Nous n'avons pas de grands panneaux aux abords des autoroutes pour annoncer nos produits. Notre meilleure publicité, c'est le bouche-à-oreille. La publicité informelle est tellement plus puissante.»

Et il y a évidemment les médias sociaux. Un incontournable.

Parmi les projets en cours chez Surmesur, il y a la refonte complète de sa plateforme de création en ligne qui sera accessible à la clientèle au mois de novembre. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer