Contrat pour les nouveaux radars photo: Poëti entérine le choix de CGI

Le ministre des Transports Robert Poëti... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le ministre des Transports Robert Poëti

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les perdants de l'appel d'offres pour de nouveaux radars photo ont beau ruer dans les brancards et crier que le gouvernement paie deux fois le prix raisonnable pour les 37 appareils en commande, le ministre des Transports, Robert Poëti, se montre satisfait du processus d'attribution du contrat.

Mercredi, M. Poëti a affiché sa confiance dans la machine gouvernementale et son collègue au Trésor, Martin Coiteux, responsable du Centre de services partagés du Québec (CSPQ). L'organisme a mené au nom du ministère des Transports l'appel d'offres contesté, qui a désigné la firme CGI gagnante. Le Groupe Techna et Ver-Mac, des concurrents, affirment que leur offre a été rejetée pour des détails et qu'ils auraient pu fournir les radars photo et assurer le service pour la moitié du prix de CGI, soit 15 millions $ au lieu de 30 millions $.

Règles respectées

M. Coiteux a commandé une vérification après une première vague de contestation, au printemps. Les vérificateurs ont conclu que les règles d'attribution des appels d'offres avaient été respectées.

«La réponse qu'on a eue, c'est que tout avait été conforme», a répété le ministre Poëti, interrogé mercredi après une nouvelle sortie publique du Groupe Techna.

Est-il satisfait du résultat de l'appel d'offres? La réponse n'a pas été directe. «Moi, ce que je veux pour le Québec, c'est que les gens suivent les normes, ça, c'est clair, suivent les règlements des appels d'offres, ça aussi c'est clair. Lorsqu'on a suivi ce qu'il fallait faire et qu'on a bien fait ce qu'on doit faire, c'est sûr qu'on veut le meilleur prix pour l'argent des Québécois», a-t-il expliqué.

«Incompétence» du CSPQ

Éric Caire, porte-parole de la Coalition avenir Québec (CAQ) en matière de transports, a sauté sur l'occasion pour dénoncer «l'incompétence et la surbureaucratie du CSPQ qui va coûter 15 millions $ aux Québécois». «Ils [les acheteurs] ont juste mal fait leur travail comme d'habitude. Ça fait 10 ans qu'ils ne livrent pas la marchandise», a-t-il critiqué.

Michel Guay, président-directeur général du Groupe Techna, continue quant à lui de dire que l'appel d'offres était dirigé pour favoriser CGI.

«C'est un manque de respect des contribuables au moment où le gouvernement Couillard demande aux Québécois des grands sacrifices. Le ministre des Transports, qui est le client de cet appel d'offres, a toute la latitude pour l'annuler et recommencer, économisant ainsi 15 millions $. M. Poëti a non seulement le droit d'annuler cet appel d'offres, mais il en a l'obligation morale», a-t-il fait savoir par son porte-parole, Carlo Tarini.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer