Icentia veut révolutionner l'équipement des électriciens du coeur

Une installation du CardioStat... (Photos fournies par Icentia)

Agrandir

Une installation du CardioStat

Photos fournies par Icentia

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'entrepreneuriat, la science et la médecine font bon ménage à Québec.

Une installation typique d'un moniteur Holter à l'Institut... - image 1.0

Agrandir

Une installation typique d'un moniteur Holter à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec

Depuis trois ans, les cardiologues électrophysiologistes - ceux que l'on appelle les «électriciens du coeur» - de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ) accompagnent une jeune pousse qui veut devenir un leader mondial dans le domaine de l'appareillage médical destiné aux tests diagnostiques.

Fondée en 2012 par Pierre Paquet, Yannick Le Devehat et Pierre Fecteau, Icentia entame la commercialisation de son premier produit, CardioStat, un moniteur compact à usage unique conçu pour détecter les troubles du rythme cardiaque, notamment la fibrillation auriculaire qui, en l'absence d'un traitement adéquat, peut être à l'origine d'un accident vasculaire cérébral (AVC).

À la différence de l'appareil d'électrocardiographie portatif Holter que fait porter généralement un cardiologue à son patient pour diagnostiquer les arythmies, le CardioStat enregistre tous les battements de coeur en continu pendant une plus longue période, de 7 à 14 jours. Le moniteur Holter, pour sa part, enregistre l'activité électrique cardiaque pendant 24 ou 48 heures.

«Les études démontrent qu'il y a une réelle valeur ajoutée au monitorage prolongé», indique Isabelle Nault, cardiologue électrophysiologiste à l'IUCPQ et investigatrice principale de l'étude en cours sur le CardioStat. Elle mentionne que les données préliminaires obtenues auprès des premiers patients qui ont utilisé le CardioStat montrent une corrélation quasi parfaite avec ceux obtenus par l'utilisation du moniteur Holter.

Forme d'arythmie la plus courante - elle affecte de 1 % à 2 % des Canadiens, un pourcentage qui devrait augmenter avec le vieillissement de la population - la fibrillation auriculaire peut se produire de façon persistante ou par des épisodes de plus ou moins courte durée.

Le cardiologue va recourir à l'électrocardiographie lorsque le trouble du rythme cardiaque est permanent. L'examen se fait à l'hôpital ou en clinique.

C'est lorsque ce trouble est épisodique que le cardiologue va recommander à son patient de porter un appareil d'électrocardiologie portatif Holter.

«Il se peut que le patient ne présente aucun symptôme pendant la journée au cours de laquelle il porte le moniteur», fait remarquer Jean Champagne, cardiologue électrophysiologiste à l'IUCPQ. Le port de l'enregistreur de battements du coeur n'aura donc pas donné grand-chose. «Pour nous guider dans les interventions que nous faisons auprès de nos patients, nous avons besoin d'un enregistrement de longue durée des battements du coeur de façon à obtenir un diagnostic plus précoce et éventuellement sauver des vies.»

De plus, compte tenu du nombre limité de moniteurs Holter que possède l'IUCPQ - le seul centre de référence de l'Est du Québec en électrophysiologie cardiaque - les délais d'attente pour les refiler aux patients se comptent en semaines, sinon en mois. «Il arrive même que nous n'ayons pas le personnel pour faire l'installation du moniteur sur les patients.»

Faciliter la vie du patient

En développant CardioStat en collaboration avec l'IUCPQ au cours des trois dernières années, Icentia a aussi pensé au confort des patients.

Comme nous pouvons le constater sur la photo, l'installation typique d'un moniteur Holter faite à l'IUCPQ n'a rien de bien confortable.

Difficile de vaquer à ses occupations quotidiennes avec un attirail aussi encombrant sur l'abdomen. Dormir? Oubliez ça. La douche aussi.

«Le CardioStat, vous allez oublier que vous le portez!», témoigne le docteur Jean Champagne, qui, gardien de but à ses heures, l'a testé lors d'un match de hockey.

Avec son moniteur de rythme cardiaque - deux électrodes autocollantes reliées à un appareil enregistreur -, Icentia veut aussi faire sauver des pas et du temps aux patients.

Pour l'installation d'un moniteur Holter, le patient doit se rendre à l'hôpital. Il devra y retourner, 24 ou 48 heures plus tard, afin qu'un technicien débranche le tout et récupère l'appareil.

Une visite à l'hôpital est également nécessaire pour l'installation du CardioStat. Toutefois, dès que la période de 7 ou 14 jours sera terminée, le patient pourra lui-même retirer le moniteur, le glisser dans une enveloppe-réponse et déposer celle-ci dans la boîte aux lettres la plus proche.

L'arythmie

L'arythmie correspond à un trouble de la fréquence cardiaque. Le coeur a alors tendance à battre trop lentement, trop rapidement ou de façon irrégulière.

Les battements de coeur sont provoqués par des impulsions électriques. Ces petites décharges entraînent la contraction des ventricules et des oreillettes du coeur de façon à propulser le sang dans les poumons, puis dans tout le corps.

De façon générale, la plupart des formes d'arythmie n'entraînent aucun problème de santé. Toutefois, elles risquent de causer des étourdissements ou une douleur dans la poitrine.

D'autres formes d'arythmie nécessitent toutefois une prise en charge médicale.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer